Navigation – Plan du site
2013

Terrasses de l'Ariège et du terrefort molassique sud-toulousain (zone interfluve Ariège-Garonne)

Notice rédigée par : René Scandiuzzi

Entrées d’index

Mots-clés :

matériel lithique

Chronologique :

Paléolithique, Néolithique

Géographique :

Midi-Pyrénées

Nature des opérations :

Prospection inventaire (PI)
Haut de page

Texte intégral

1L’interfluve Ariège-Garonne matérialise une zone de transition comprise entre la vaste plaine de la Garonne au débouché du Bassin aquitain, et le contrefort des petites-Pyrénées ariègeoises. Dans ce contexte, un substrat marno-molassique tertiaire constitue l’assise géologique d’une mosaïque de petits faciès paysagers composés de vallées hiérarchisées, de terrasses alluviales, de serres collinaires et de plateaux disséqués.

2Le cadre administratif s’inscrit majoritairement dans le département de la Haute-Garonne : cantons de Muret, Auterive, Carbonne, Cazères et Montesquieu-Volvestre. Dans une moindre mesure, dans le nord-ouest du département de l’Ariège, les cantons de Saverdun et du Fossat constituent le sud de la zone de prospection.

3Les résultats des opérations de prospections systématiques pour 2013 ont permis d’intégrer à l’inventaire archéologique 14 nouveaux gisements qui illustrent la variété chrono-culturelle qui résulte de l’approche diachronique et pérenne des divers géocontextes.

La vallée de l’Arize et ses affluents

4Pour ce bassin versant, les opérations systématiques 2013 concernent les divers paliers de terrasses alluviales et, plus à l’ouest : le vallon du ruisseau l’Azau. Ces contextes sont localisés dans les communes de Montesquieu-Volvestre, Gouzens et Saint-Christaud.

5Au sein du vallon du Figaro, tributaire du ruisseau de l’Azau, on observe un vaste site localisé sur un replat de rupture de pente. Il comporte 3 principaux locus séparés par des petits chenaux perpendiculaires au vallon du quartier de Milieu. Ces locus sont matérialisés par des assemblages lithiques en matériaux siliceux pré-pyrénéens. Le système technique des trois locus peut se décrire par une production d’éclats, de petites lames et lamelles rectilignes. Ces dernières sont débitées sur nucléus prismatiques à gestion semi-tournante. Les supports semblent importés sous forme de blocs et de gros éclats de gîtes primaires des quères situées à 5 km plus au sud. L’outillage, rare, est composé de grattoirs sur éclat et quelques lames à retouches marginales. Bien qu’il s’agisse ici d’une première opération de prospection, que les données ultérieures devront compléter, nous pouvons avancer une attribution chrono-culturelle comprise entre le Magdalénien moyen et le Tardiglaciaire, pour un site dont la fonction essentielle semble orientée dans la production de supports laminaires. Ces derniers semblent destinés à une diffusion territoriale qui s’intègre à la problématique d’analyse spatiale de l’interfluve Ariège-Garonne.

6Plus en amont, dans ce même vallon, une petite entité archéologique témoigne d’activités artisanales antiques à la marge des grandes vallées. Dans une circonférence d’une dizaine de mètres, on relève des fragments de briques fortement rubéfiées, accompagnées de tegulae et de gros galets de quartzite. Cette entité évoque une probable structure de combustion de type four bâti.

7Toujours dans le contexte du vallon de l’Azau, le quartier de Lamarque, recèle une vaste occupation néolithique en position dominante. De nombreux couteaux à dos, ébauches de haches, galets à surfaces fonctionnelles, fragments de meules dormantes, constituent un assemblage tout à fait comparable aux sites du Néolithique moyen des bords de Garonne.

La vallée de la Lèze

8La Lèze matérialise l’artère hydrographique médiane de l’interfluve Ariège-Garonne. Les unités morphologiques de son bassin versant (vallée, terrasses alluviales, serres collinaires et résidus de plateaux pour ses hauteurs) offrent un cadre privilégié pour un inventaire archéologique global.

9Dans le contexte collinaire du terrefort molassique (communes de Saint-Sulpice-sur-Lèze et Saint-Ybars), on enregistre plusieurs gisements qui concernent les périodes antiques et médiévales. On note que ces sites sont relativement excentrés des axes de grandes vallées. Toutefois, ils jalonnent d’anciennes voies de communication des grandes vallées, et constituent ainsi des points de relais dont les vestiges attestent une pérennité d’occupation des périodes gallo-romaines au xviiie s.

10Plus au sud, au sein de petits cols inter-collinaires dominant les vallées du Latou ou du Canalès (communes du Carla-Bayle et Durfort), on enregistre des petites concentrations d’éléments lithiques. Réalisés majoritairement en silex tertiaire pré-pyrénéen, ces ensembles présentent une production d’éclats issue en partie de nucléus polyédriques, complété par une série laminaire et lamellaire issue de nucléus essentiellement pyramidaux. Les produits sont destinés assez classiquement à la confection de grattoirs à retouche irrégulière, de lames à retouches marginales et de becs sur éclats. Ce type de gisement, que l’on peut attribuer au Magdalénien ancien ou moyen, est déjà bien connu plus au nord de la zone interfluve, où une dizaine d’occurrences font l’objet d’un suivi depuis plus de 20 ans. Sur le plan technique on note que cet assemblage, bien que distant de 15 kilomètres des sources de matières siliceuses, présente une stratégie économique différente des gisements de la vallée de l’Arize.

11En guise de conclusion : nous pouvons extraire d’un corpus archéologique diachronique de la zone de l’interfluve Ariège-Garonne, un ensemble de données du Paléolithique supérieur, dont les systèmes techno-économiques offrent des variables qui s’inscrivent dans un espace compris entre 5 et 50 kilomètres, et dont il convient d’affiner les paramètres tels que la fonction et l’éventuelle spécialisation pour chaque site, et esquisser ainsi les modalités de transitions dans un contexte compris entre le piémont pyrénéen, et le débouché du bassin d’Aquitaine.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

René Scandiuzzi, « Terrasses de l'Ariège et du terrefort molassique sud-toulousain (zone interfluve Ariège-Garonne) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17661

Haut de page

Responsable d'opération

René Scandiuzzi

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org