Navigation – Plan du site
2013

Sites de crash d’avions anciens

Notice rédigée par : Gilles Collaveri

Entrées d’index

Mots-clés :

avion

Chronologique :

ép. contemporaine

Géographique :

Midi-Pyrénées
Haut de page

Texte intégral

1La méthodologie retenue a consisté à repérer des sites de crashs d’avions anciens, à effectuer un repérage sur site, à retrouver dans le sol des pièces desdits appareils, à procéder à leur nettoyage/restauration, à leur interprétation, et enfin procéder à la reconstitution de l’événement qui s’est déroulé grâce à des recoupements avec les archives.

2Une hiérarchie des sites en trois niveaux d’intérêt s’est imposée naturellement :

3• les sites exceptionnels par leur richesse : le Dornier 217 et le Latécoère 298

4• les sites intéressants mais affectés par les labours, et dont le nombre ou l’état des pièces n’est pas exceptionnel : le JU 88 de Pouvourville, le Bloch 210, le D520 N° 693, le JU 88 de Cugnaux et le FW190 de Verfeil

5• les sites ne présentant plus aucune pièce : le Latécoère 28-8.

Deux sites exceptionnels

Le Latécoère 298.

6Cet hydravion s’est crashé en juin 1940. Le site est d’une richesse étonnante pour deux raisons : il n’y a pas eu de labour et l’histoire est tombée dans l’oubli. De plus, l’accès est malaisé (proche de Montségur, fortes pentes, longue marche nécessaire). Il n’y a donc eu aucune visite depuis près de 40 ans.

7Les pièces découvertes ont permis de retrouver le bleu « aéronaval » de 1940 dont aucun échantillon ne subsistait (objet de polémique entre spécialistes aéronautiques), et de mettre à jour de nombreuses pièces dont certaines en très bon état d’un avion dont le nom est mythique.

8D’un point de vue historique, l’histoire complète de cet avion et celle de ses deux navigants ont pu être reconstituées. Les descendants des deux familles ont été retrouvés et contactés.

Le Dornier 217

9La récupération des pièces de cet appareil a fait l’objet d’une opération spéléologique de grande ampleur. En effet, elles avaient été jetées après la guerre au fond d’un gouffre profond de 90 m. Une pré-reconnaissance avait permis de valider leur présence. Le concours d’une vingtaine de spéléologues a permis la réalisation d’un examen plus complet et le prélèvement de pièces significatives.

10Ces pièces ont permis de valider le type de l’appareil (Do 217K3) grâce à sa plaque, la présence à bord de bombes volantes de type Henschel 293 (plaque « FUG203 ») et de mettre au jour des pièces portant la peinture de la Luftwaffe de 1944 quasiment intactes, car protégées des intempéries par le gouffre pendant près de 70 ans.

11L’histoire opérationnelle de cet avion ainsi que celle de son ailier (également crashé la même nuit) a été retrouvée, ainsi que le nom des membres d’équipages. Il est à noter que ces deux types d’avions (Laté 298 et Do 217) ont aujourd’hui totalement disparu, les pièces retrouvées ont donc un intérêt historique marqué.

12Ces deux opérations ont fait l’objet de publications dans le Fanatique de l’Aviation et Flugzeug Classic en Allemagne.

Sites présentant un certain intérêt

13Appareils : Bloch 210 Cugnaux, Dewoitine 520 N° 693, Junkers 88 Pouvourville, Junkers 88 Cugnaux, Focke Wulf 190 Verfeil.

14Ces appareils présentent la même caractéristique : ils sont tombés dans des champs régulièrement labourés et les pièces ont été malmenées par la charrue. Leur état est donc plutôt médiocre, mais des éléments intéressants peuvent parfois être trouvés.

15Dans le cas du Bloch 210, des pièces avec des marquages ont été découvertes permettant de valider la date (3/38) et le type (210). En ce qui concerne les JU 88, des composants d’équipement retrouvé ont pu être identifiés : plan électrique pour le JU 88 de Pouvourville, ou prise électrique pour le JU 88 de Cugnaux. Parfois des traces de peinture apparaissent ou des composants d’équipement peuvent présenter un intérêt visuel. L’ensemble des autres pièces mises au jour ne présente malheureusement pas beaucoup d’intérêt : pièces petites, tordues, peinture disparue, etc.

16L’histoire de ces appareils a pu être reconstituée : ce fut dans la plupart des cas un accident à l’entraînement, découlant d’une faute de pilotage ou d’un problème mécanique. L’un des appareils (le JU 88 de Cugnaux) a été victime de la défense de son propre camp, ayant été aveuglé par les projecteurs de la DCA allemande. Les noms des navigants de chacun des appareils ont été retrouvés et parfois des photos de certains d’entre eux.

Site « perdu »

17C’est le cas le plus frustrant : nous avons face à nous un avion exceptionnel (Latécoère 28-8) piloté par un pilote mythique (Jean Mermoz), une localisation précise, tous les éléments permettant donc de mettre à jour des vestiges uniques, mais sur le site, nous nous retrouvons face à un vide immense. Une gravière a été creusée, quelques mois seulement avant notre intervention, et il n’y a plus le moindre vestige aéronautique.

Conclusion

18De grandes découvertes ont été faites, présentant un réel intérêt archéologique et historique et validant la démarche. Nous proposons de la continuer dans le sud-ouest pour 2014 avec d’autres appareils.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gilles Collaveri, « Sites de crash d’avions anciens », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 23 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17658

Haut de page

Responsable d'opération

Gilles Collaveri

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org