Navigation – Plan du site
2013

Du Solutréen au Magdalénien : changements dans l’organisation socio-économique des groupes humains entre 24 et 19 Ka cal. BP

Notice rédigée par : Sylvain Ducasse

Entrées d’index

Mots-clés :

silex, ossement

Chronologique :

Solutréen, Magdalénien

Géographique :

Midi-Pyrénées

Nature des opérations :

Projet collectif de recherche (PCR)
Haut de page

Texte intégral

Rappels des cadres et objectifs du programme

1Depuis 2012, le projet « SaM » a comme principal objectif de préciser la nature des changements techniques, économiques et, dans une moindre mesure, symboliques, survenus dans le sud-ouest français entre la fin du Solutréen et les tout débuts du Magdalénien (soit entre 24 000 et 19 000 cal. BP). D’ampleur variable et touchant divers éléments du registre archéologique, ces changements doivent être abordés dans une perspective interdisciplinaire. À terme, et à partir de ce travail documentaire, notre intention est de tenter d’interpréter ces variations en termes socio‐économiques, de mieux en cerner la temporalité et le rythme, mais aussi d’enquêter sur leurs conjonctions et/ou corrélations éventuelles avec l’évolution du milieu externe.

2Dans la continuité de la première année d’exercice du PCR, les travaux menés cette année correspondent essentiellement (1) à la poursuite de la réévaluation des diverses collections de la grotte des Harpons (Lespugue, Haute-Garonne) (2), à la mise en route du travail de réévaluation de la séquence solutréo-badegoulienne de Cassegros (Trentels, Lot-et-Garonne) ainsi qu’au (3) traitement des données radiométriques d’ores et déjà acquises. Cette année a également été rythmée par plusieurs réunions de travail, l'une d’elles ayant permis d'amorcer une discussion commune autour des corpus de sites exploités/exploitables dans le cadre de nos travaux, et ce pour chacun des registres techniques et/ou symboliques considérés. Cette démarche a permis d'harmoniser nos corpus de comparaison, assurant in fine la solidité et l’efficacité du croisement des données.

L’abri des Harpons

3À la suite d'un premier travail de réévaluation collective des séries Saint-Périer conservées au Musée d'Archéologie Nationale qui avait permis dès 2012 de confirmer l'hétérogénéité chrono-culturelle de la couche D (sur des bases non seulement typo-technologiques mais également radiométriques via plusieurs datations directes de déchets techniques caractéristiques en os et en bois de renne), mais aussi de démontrer la présence d'indices badegouliens indéniables, cette seconde année visait à poursuivre et compléter ce diagnostic par l'analyse des séries déposées aux Musées de Saint-Gaudens et d'Aurignac. Ce travail a notamment permis de proposer une lecture technologique de la composante solutréenne - si caractéristique du monde pyrénéen - en interrogeant la diversité des types de pointes rencontrées (pointes à cran, à base concave, pointe à face plane, feuilles de laurier, pointe de Montaut) et leur traitement différentiel (origine des matières premières et niveaux de savoir-faire) à la lueur de scénarios économiques et/ou diachroniques. Enfin, la consultation d’un lot de matériel lithique et osseux conservé à Montmaurin et vraisemblablement issu des déblais de la fouille Saint-Périer est venue confirmer l’existence d’une composante badegoulienne sur le site. Au-delà de la publication prochaine des principaux résultats de cette réévaluation (APP 2014), l’ensemble de ces éléments nous conduit à envisager la mise en place d’une opération de terrain en 2015 (ravivage de coupe, prélèvements pour datations) afin de préciser a minima le cadre archéo-stratigraphique et chronologique de la transition solutréo-badegoulienne qui, dans cette aire géographique, demeure extrêmement flou.

La grotte de Cassegros

4En dehors des travaux menés autour de la grotte des Harpons puis d’un retour sur la collection Lemozy du Petit Cloup Barrat, un pas important a été fait en 2013 pour la mise en route du projet de réévaluation des industries solutréennes et badegouliennes de la grotte de Cassegros (fouilles J.-M. Le Tensorer). Amené dans un avenir proche à s’individualiser du PCR (projet de publication monographique ; SRA Aquitaine), cette partie du programme a consisté (1) en un bilan de l’état et de la disponibilité des collections déposées au Musée National de Préhistoire ; (2), un premier diagnostic des armatures lamellaires de la couche 9 ; (3), une réflexion sur le degré de préservation de l’archéo-séquence badegoulienne (c. 7 à 10) et sur la nature de l’ensemble solutréen (c. 11). Sur ce dernier point, les analyses archéozoologiques tendent à montrer la mixité de certains ensembles dont les causes devront être évaluées (difficultés de lecture stratigraphique et/ou mélanges post-dépositionnels ?). Ces premiers éléments, ajoutés à l’obtention de datations 14C manifestement divergentes au sein d’un même assemblage (c. 10), confirment l’orientation nécessairement « taphonomique » que devront prendre nos futures analyses (séances de raccords et de remontages d’intérêt stratigraphiques planifiées pour 2014).

De nouveaux repères radiométriques

5Dimension importante du projet dès l’origine, l’effort voué au complément/renouvellement du cadre radiométrique a porté ses fruits puisque 17 des 21 pièces soumises aux laboratoires de mesure 14C ont donné lieu à datation (via Lyon/Saclay et Oxford). Sans rappeler ici les stratégies d’échantillonnage mises en œuvre (cf. rapport et BSR 2012) et en dehors des difficultés rencontrées dans certains cas (Mirande, « Cave à Endives »), les résultats obtenus permettent globalement de répondre à des questions intra-site (Les Harpons, Cabrerets), de révéler d’éventuelles incohérences (Cassegros), et ce tout en étayant un corpus régional fragile et inégal. À titre d’exemple, l’obtention de nouvelles datations pour le Cuzoul de Vers a permis (1) de réfuter la diachronie des occupations solutréennes suggérée par les premières données 14C mais déjà contredite par les analyses techno-économiques ; (2) et d’offrir un cadre renouvelé pour la transition solutréo-badegoulienne au nord des Pyrénées (circa 23,5/23 ka cal. BP). Si un article a été récemment soumis à la revue Paléo, la publication de l’ensemble de ces mesures est prévue à court terme dans le cadre d’articles monographiques pour lesquels une demande d’APP a été déposée.

Perspectives

6Sur ces bases, l’exercice 2014-2015 visera avant tout à valoriser les travaux d’ores et déjà réalisés, à la fois dans le cadre de publications (APP Cabrerets et Les Harpons) mais également à travers la participation à plusieurs colloques internationaux (UISPP à Burgos en septembre 2014 ; Colloque d’Antibes en octobre 2014). Il s’agira ensuite de recentrer et réorganiser nos analyses autour de l’axe « Pyrénées » notamment, mais aussi par le biais de la comparaison des archéo-séquences du Cuzoul de Vers et de Cassegros.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvain Ducasse, « Du Solutréen au Magdalénien : changements dans l’organisation socio-économique des groupes humains entre 24 et 19 Ka cal. BP », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17649

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvain Ducasse

SUP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org