Navigation – Plan du site
2013

Verdun-sur-Garonne – Gravière de Verdun (Tanéria, Juillias, Pissou)

Responsable(s) des opérations : Fabrice Pons
Notice rédigée par : Fabrice Pons

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.154;43.798;1.280;43.884

Phase 1

1La première campagne de diagnostic dirigée sur le projet de la gravière de Verdun-sur-Garonne aux lieux-dits Tanéria, Juillias et Pissou a concerné une surface totale de 170 900 m2 sur les quelques 70 hectares de l’emprise. Cette première phase s’est déroulée du 21 janvier au 22 février 2013. Au total, elle comptabilise 637 sondages représentant une surface globale ouverte de 14 430 m2 ce qui correspond à un taux moyen de 10 %.

2Les résultats obtenus apportent des éléments nouveaux sur l’occupation de la basse plaine de la Garonne. La découverte majeure est celle d’une occupation médiévale à Pissou (secteur 3), en marge d’un – ou plusieurs – habitat(s), que l’on peut situer aux alentours du xe s. L’emprise actuelle de ce site est importante avec une surface avoisinant les 14 000 m2 mais elle demeure incomplète. Son extension, plus que probable, ne pourra être réellement définie qu’au terme des autres reconnaissances archéologiques à venir.

3Un autre apport important de cette première campagne de diagnostic est la mise au jour d’un réseau fossoyé de la fin de l’âge du Fer à Tanéria (secteur 1) qui laisse suggérer la présence d’un établissement rural ; là aussi, les diagnostics réalisés sont pour l’instant trop limités sur le plan spatial.

4Enfin, on ne manquera pas de jeter un regard intéressé sur les structures du premier âge du Fer découvertes dans le secteur 3, qui, bien qu’isolées, constituent un nouveau témoignage de l’occupation humaine à cette période.

Phase 2

5La deuxième campagne de diagnostics s’est déroulée du 14 mai au 5 juin 2013. Initialement prévue sur une surface de 575 862 m2, elle n’a concerné qu’une partie des terrains, le secteur de Pissou (secteur 3) n’étant pas libre d’accès, soit une surface globale diagnostiquée de l’ordre de 152 000 m2. Au total, l’opération comptabilise 605 sondages représentant une surface globale ouverte de 13 168 m2 ce qui correspond à un taux moyen de 8,6 %.

6Les résultats obtenus confirment la présence d’un enclos fossoyé de la fin de l’âge du Fer à Tanéria (secteur 1) correspondant vraisemblablement à un établissement rural. Des vestiges d’un autre réseau fossoyé associé à plusieurs structures de la même période ont également été découverts à Juillias (secteur 2). Dans ce secteur, des traces de fréquentation attribuables à l’époque néolithique ont également été mises au jour mais restent très lacunaires.

Phase 3

7La troisième et dernière campagne de diagnostic s’est déroulée du 14 novembre au 18 décembre 2013 au lieu-dit Pissou. Ce secteur d’une superficie de 398 700 m2 avait déjà fait l’objet d’une première évaluation au début de l’année 2013 sur une surface d’environ 43 000 m2. Cette troisième phase a concerné la surface restante, soit au total environ 355 000 m2 dont 48 400 m2 qui n’ont pu être diagnostiqués. L’opération comptabilise 1247 sondages représentant une surface globale ouverte de 28 020 m2, ce qui correspond à un taux moyen de 9,10 % pour la surface accessible.

8Les résultats obtenus ont permis de circonscrire l’occupation médiévale révélée à l’occasion de la première phase. Les vestiges mis au jour, principalement des silos, confirment la présence d’une vaste aire d’activité couvrant une surface d’au moins 40 000 m2 dans l’emprise du projet avec potentiellement plus d’un millier de structures. Les éléments de chronologie actuels convergent tous vers une occupation que l’on peut situer aux alentours du xe s. Toujours pour la période médiévale, la découverte d’une autre zone d’activité dans la partie occidentale de l’emprise est à signaler avec la présence de trois fours hémisphériques dont l’un a été daté par 14C aux alentours du viiie s. La fin de l’âge du Fer est également représentée avec plusieurs ensembles fossoyés attribuables à la fin du iie s. av. J.-C. Les traces de ces occupations demeurent toutefois fugaces du fait d’un nivellement général des terrains. On notera notamment l’absence de structure au sein des espaces définis par les fossés identifiés.

9Enfin, les résultats de cette reconnaissance archéologique permettent de compléter nos connaissances sur l’occupation protohistorique de la vallée de la Garonne avec la découverte d’une tombe à incinération du premier âge du Fer.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabrice Pons, « Verdun-sur-Garonne – Gravière de Verdun (Tanéria, Juillias, Pissou) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17645

Haut de page

Responsable d'opération

Fabrice Pons

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org