Navigation – Plan du site
2013

Montans – Rue Acutus

Responsable(s) des opérations : David Adelle
Notice rédigée par : David Adelle

Entrées d’index

Mots-clés :

céramique, enduit, habitat, tegula

Chronologique :

Gallo-romain

Géographique :

Midi-Pyrénées, Tarn (81), Montans

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.807;43.825;1.922;43.876

1Un suivi de travaux a été prescrit en juillet 2014 dans le cadre d’une installation d’adduction d’eau et d’assainissement dans la rue Acutus sur une longueur de 50 m. La situation de ces travaux au cœur de l’agglomération protohistorique et gallo-romaine et dans un quartier du faubourg médiéval du fortin villageois de Montans, a motivé la mise en place de ce suivi.

2Dans ce secteur du plateau du Rougé, sur la partie nord de l’éperon, s’étendait un oppidum du premier et second âge du Fer. Dans le courant du iie s. av. J.-C., une activité potière s’installe avec la production d’imitations de céramiques italiques d’importation, puis de céramiques sigillées qui feront de Montans un des grands centres de production du sud de la Gaule.

3Les limites de l’agglomération gallo-romaine s’étendent bien au-delà du bourg actuel, sur près de 40 ha, mais l’habitat antique se concentre essentiellement sur le haut de l’oppidum alors que les ateliers de potier sont situés plus au sud-est du bourg actuel dans le quartier de La Bouygue. Si le site de Montans semble péricliter à partir du iiie s., il ne fut pas pour autant abandonné et resta occupé pendant la période médiévale, où il renaît avec la construction d’un fortin villageois doté d’une tour-porche au tout début du xive s.

4La rue Acutus se trouve sur cet éperon occupé par le bourg actuel, entre la limite nord du plateau du Rougé et le large fossé barrant cet éperon, dont l’origine antique ou médiévale est difficile à déterminer. À la différence du quartier de la Bouygue, la présence des habitations n’a laissé facilement accessible que le plateau du Rougé, occupé par des cultures. Seules quelques nouvelles constructions ont permis de découvrir des traces d’activités de potier avec quelques fours ou dépotoirs de céramiques. En revanche, des travaux de voirie dans la rue principale ont permis d’identifier, il y a une vingtaine d’année, une zone d’habitat antique organisée et structurée selon un axe orthonormé et de découvrir un riche trésor monétaire.

5Au début de la surveillance archéologique, la tranchée a coupé ce qui semblait être un alandier de four. Orienté selon un axe est-ouest, celui-ci se trouvait à 0,3 m de profondeur sous le niveau de bitume et de remblai de la rue. La partie supérieure des parois de la voûte était effondrée vers l’intérieur. L’intérieur de l’alandier était comblé, comme à l’extérieur, d’une couche de terre noire. Quelques mètres plus loin, nous avons découvert la fondation d’un mur d’époque indéterminée situé seulement à 0,2 m de profondeur sous le bitume et le remblai de la rue. Elle était constituée d’un niveau de blocs de mollasse assemblé sans mortier, recouvert de cailloux et de fragments de terres cuites. La tranchée mesurait 0,64 m de large et était creusée dans une couche de terre noire argileuse contenant des fragments de charbon de bois, quelques esquilles de faune et des petits tessons de céramiques protohistoriques ; mais c’est à mi-longueur de la tranchée qu’a été mise au jour une couche de remblai d’enduits peints qui s’étendait sur environ 2 m. De larges fragments étaient posés à plat face recto ou verso, parfois superposés. Cependant, l’emprise réduite de la tranchée nous a obligés à les découper pour les prélever, laissant en place une partie des vestiges. Les plaques étaient essentiellement peintes en rouge ou en blanc avec parfois des traces de décor (lignes noires, blanches ou rouges). La restauration des fragments par le laboratoire Materia Viva a permis d’isoler quelques décors d’architecture (colonne cannelée) et un visage.

6À la fin de cette surveillance, sous un remblai de terre et de fragments de terres cuites, a été mis en évidence un niveau de morceaux de tuiles damées qui contenait une structure de tegulae dégagée sur une longueur de 3,20 m. Son prolongement formait un angle hors de l’emprise de la tranchée. Là encore les conditions difficiles de surveillance n’ont pas permis de faire des observations fines et de déterminer avec certitude la nature exacte de cet aménagement. Ses bords étaient constitués de grands morceaux de tegulae régulièrement agencés. La faible largeur et profondeur de la tranchée n’a pas permis d’engager de véritable fouille qui s’est limitée à des observations. On peut toutefois esquisser quelques éléments d’interprétation sur l’état de conservation des vestiges et leur chronologie.

7Les remaniements successifs de la rue ont certainement détruit les niveaux en relation avec l’agglomération médiévale. L’époque romaine est ici représentée par les restes d’un four et des décors provenant d’un habitat, que l’on serait tenté de mettre en relation avec ceux découverts en place à 20 m à l’ouest sous la rue principale du village (RD 87). En tout point de la tranchée, des niveaux protohistoriques sont apparus à une profondeur comprise entre 0,8 et 0,9 m. Le mobilier céramique recueilli semble plutôt dater du premier âge du Fer.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

David Adelle, « Montans – Rue Acutus », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17599

Haut de page

Responsable d'opération

David Adelle

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org