Navigation – Plan du site
2013

Mazamet

Saint-Sauveur d’Hautpoul, Le Moulin à Papier
Responsable(s) des opérations : Marie-Élise Gardel
Notice rédigée par : Marie-Élise Gardel

Entrées d’index

Mots-clés :

église, céramique

Chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=2.298;43.417;2.474;43.517

1La deuxième campagne de prospection-inventaire organisée en juillet et novembre 2013 sur le site de Saint-Sauveur d’Hautpoul a permis de préciser l’organisation générale de cet éperon. Un premier plan topographique complet de l’éperon a pu être établi, en y reportant les vestiges découverts.

2L’intérêt de ce site réside non seulement dans la présence à son sommet d’une église mentionnée dès le milieu du xiie s. (1162), mais également dans les aménagements rocheux et les vestiges de fortifications qui ne sont pour la plupart perceptibles qu’après des débroussaillements raisonnés.

3L’Hautpoulois concentre plusieurs sites ecclésiaux ou castraux et plusieurs voies de communication est- ouest et nord-sud, formant un ensemble cohérent autour des activités économiques de cette partie de la Montagne Noire. Centre politique et économique de cette seigneurie, le village d’Hautpoul, qui fait face au site de Saint-Sauveur, est un ensemble castral exceptionnel, dominant l’Arnette, célèbre notamment grâce au récit du siège de 1212, raconté par Pierre des Vaux de Cernay. La seigneurie d’Hautpoul est très puissante à cette époque. Le village d’Hautpoul comporte toujours les vestiges de l’ensemble castral, encore bien visibles, mais le village étant habité, les recherches archéologiques n’y seraient possibles qu’à la faveur de travaux. En revanche, le site de Saint-Sauveur, totalement inhabité et en friche, se prête beaucoup mieux à ce type d’investigations.

4La prospection inventaire, effectuée par l’Amicale Laïque de Carcassonne, en partenariat avec l’Association de Valorisation du Patrimoine Mazamétain (AVPM), le CDA du Tarn, les Archives départementales du Tarn et la Mairie de Mazamet, a ainsi permis :

5• d’effectuer des recherches complémentaires en archives, permettant de mieux cerner l’histoire du site ;

6• de réaliser, en partenariat avec le CERAC (Castres) le relevé topographique du site offrant une meilleure lecture des vestiges et leur géo-référencement ;

7• de mener à bien un inventaire et une étude des vestiges bâtis (église, murs, fortifications) et creusés (bâtiments et structures excavés, chemins, fossés) existants sur l’éperon rocheux de Saint-Sauveur ;

8• de recueillir et d’étudier un corpus mobilier de 1 359 objets, parmi lesquels 630 tessons de céramique dont 453 de céramique réductrice médiévale et alto- médiévale (plus de 70 % du total de la céramique) et 63 tessons de céramique protohistorique (10 % du total céramique), et de proposer ainsi une première approche chronologique de l’occupation du site.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marie-Élise Gardel, « Mazamet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17593

Haut de page

Responsable d'opération

Marie-Élise Gardel

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org