Navigation – Plan du site
2013

Vayrac – Le Puy d’Issolud

Responsable(s) des opérations : Guillaume Clamens
Notice rédigée par : Guillaume Clamens

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.670;44.916;1.719;44.971

1Ce diagnostic a été prescrit dans le cadre de divers projets d’aménagement (garage, mares, plantations de noyers) envisagés par un propriétaire sur le plateau du Puy d’Issolud. L’intervention archéologique s’est déroulée en deux parties avec tout d’abord la réalisation de sondages mécaniques dans trois zones au nord du plateau, puis avec une prospection consistant à l’observation de 155 trous d’arbres creusés à différents endroits du plateau.

2Les deux premières parcelles diagnostiquées au lieu-dit les Temples n’ont révélé aucune occupation, le terrain naturel ayant été rencontré directement sous la terre végétale, entre 0,10 et 0,50 m de la surface du sol actuel. La troisième zone sondée recélait en revanche divers vestiges protohistoriques. Le sondage ainsi réalisé se situait dans la partie occidentale du plateau, au-dessus de la Fontaine de Loulié. Les niveaux les plus anciens qui ont été perçus se caractérisent par quatre creusements (fossé, trou de poteau, fosses) qui ont pu être datés de la transition entre le Bronze final et le premier âge du Fer. La présence de fragments de torchis, dont certains présentaient des traces de clayonnage de bois, laisse supposer l’existence de constructions en matériaux périssables dans ce secteur. Un paléosol caillouteux scelle cette première phase et pourrait être interprété comme une mise en culture de la zone. Une nouvelle occupation est ensuite matérialisée par la présence d’un trou de poteau et d’un négatif de sablière basse. L’absence de mobilier, que ce soit dans le paléosol ou bien dans les comblements des deux structures, ne permet pas de dater ces niveaux. La première phase d’occupation offre néanmoins un terminus post quem au premier âge du Fer. De plus, leur position géographique et topographique, en bordure du plateau, au-dessus du lieu de la bataille d’Uxellodunum, inciterait à dater – de manière hypothétique – ces structures de La Tène finale.

3Le ramassage de surface, effectué dans les déblais des 155 trous de plantation de noyers creusés dans 11 secteurs du plateau, a permis de recueillir un important mobilier lithique et céramique. Ainsi, des éclats et éléments de débitage en silex, ramassés en grand nombre dans trois zones, témoignent de gîtes à silex exploités à l’époque du Néolithique. La confrontation avec les découvertes antérieures confirme la forte activité d’extraction de silex sur le plateau durant cette période. Le ramassage d’une dizaine d’éléments en silex importé laisse par ailleurs supposer des occupations temporaires, peut-être au Mésolithique.

Fig 01.

Localisation des zones d’intervention et des découvertes archéologiques

d’après J.-P. Girault et J. Gasco (2011).

4Les 515 tessons de céramique pré-romaine attestent, quant à eux, d’une occupation très dense du Puy d’Issolud durant la Protohistoire. Si du mobilier a bien été recueilli dans tous les secteurs prospectés, trois d’entre eux, ayant livré plus de 50 tessons, semblent avoir clairement fait l’objet d’une occupation importante. L’étude des fossiles directeurs indique une datation relative entre le Bronze final et le premier âge du Fer. Là aussi, la comparaison avec les recherches précédentes, notamment celles de J.-P. Girault et J. Gasco, corrobore le fait que le plateau du Puy d’Issolud a, à l’instar de la boucle de la Dordogne, connu une occupation importante entre le ixe s. et le viie s. av. J.-C.

5La prospection menée a également permis de mettre en évidence des occupations de la fin du second âge du Fer. Une trentaine de fragments d’amphores tardo-républicaines a en effet été ramassée dans six secteurs du plateau.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Guillaume Clamens, « Vayrac – Le Puy d’Issolud », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17571

Haut de page

Responsable d'opération

Guillaume Clamens

COL 46

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org