Navigation – Plan du site
2013

Saillac – La Perte du Cros

Responsable(s) des opérations : Karim Gernigon
Notice rédigée par : Karim Gernigon

Entrées d’index

Mots-clés :

grotte, inventaire, céramique

Chronologique :

Néolithique

Géographique :

Midi-Pyrénées, Lot (46), Saillac

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.698;44.312;1.789;44.347

1La priorité que P. Fouéré et moi-même avions assignée aux travaux menés en 2013 (après une interruption en 2011 et 2012) était de traiter le mobilier déjà extrait lors des campagnes précédentes, tout en avançant la fouille des secteurs localisés dans la grotte et ses abords (ce qui excluait donc le secteur du champ).

2Pour atteindre ces objectifs, une série d'inventaires a été lancée. L'inventaire du mobilier lithique et du macro-outillage (tous secteurs et toutes périodes confondues) a été achevé. L'inventaire du mobilier céramique du Néolithique moyen a été également mené à terme et un travail de recollage, toutes couches confondues, a été entamé. L'analyse de ces recollages est encore en cours mais ils permettent d'ores et déjà d'établir la contemporanéité d'unités stratigraphiques différenciées sur le terrain (notamment parce qu'elles ne présentaient pas de liens stratigraphiques entre elles) et qui se révèlent constituer manifestement une même couche sédimentaire. Il était prévu initialement d'axer les travaux d'inventaire et de remontage vers les mobiliers céramiques des diverses unités stratigraphiques du Néolithique final, étant donné que ces US avaient été entièrement explorées dans l'emprise assignée à nos travaux. Ces mobiliers étant cependant déposés au dépôt de Pessac, il n'a pas été possible d'organiser leur rapatriement en Midi-Pyrénées, en raison de l'inondation des dépôts voisins de l'UMR PACEA et de l'indisponibilité consécutive de nos collègues du SRA Aquitaine.

3Parallèlement, la fouille des secteurs stratifiés situés dans la grotte et ses abords immédiats a été poursuivie. Dans la grotte elle-même ont été fouillés d'une part les niveaux Néolithique moyen actuellement les plus profonds (carrés X2 et X3) et, d'autre part, la transition entre Néolithique final et Néolithique moyen (carrés A2, A3, Z2 et Z3), le Néolithique récent étant évanescent dans ce secteur. Dans le secteur central (témoin Galan), la fouille du sommet de l'éboulis du Néolithique moyen s'est poursuivie. Les travaux ont consisté principalement à tenter de rattraper le pendage entre la travée B et les travées voisines C et D, moins stratifiées et où l'éboulis apparaissait plus haut. De l'autre côté de la voûte, dans le secteur 5, les accumulations sédimentaires en cours d'exploration sont bien datées du Néolithique. Cette année, le seul élément pouvant éventuellement être intrusif est une anse en ruban, potentiellement attribuable à l'âge du Bronze. Cette quasi-intégrité des niveaux s'accompagne malheureusement d'une faible richesse en mobilier, d'un état très abîmé de celui-ci et de l’impossibilité d'individualiser des US chronologiquement homogènes. La céramique découverte est très érodée. Par son aspect et ses caractéristiques stylistiques, elle rappelle aussi bien le Néolithique récent crosien que la céramique du secteur voisin du champ, datée quant à elle de la fin du Néolithique.

4À l'issue de ces travaux, il semble qu'il soit envisageable d'achever la fouille de deux des trois secteurs explorés dans le cadre d'un nouveau programme triennal. Dans le secteur de la grotte, la présence de gros blocs à la base actuelle de la stratigraphie se confirme et le pendage montre que l'épaisseur des niveaux restants à fouiller dans la partie nord du secteur est sans doute faible. Dans le secteur 5, le rocher en place commence à apparaître par endroits et il est donc probable que le sédiment à fouiller s'avère peu important. Dans le secteur central (témoin Galan) par contre, la complexité de l'enchevêtrement des éboulis ralentit les travaux de fouille et ne permet d'envisager au mieux, dans le cadre de cette triennale, que l'achèvement de la fouille de ces éboulis et la mise au jour des niveaux sous-jacents, mieux stratifiés et riches en documentation tant carpologique que faunique et mobilière. Dans ces conditions, il est prévu de reconduire pour les trois années à venir la formule adoptée en 2013, afin de pouvoir envisager d'achever en 2016 la fouille du secteur de la grotte et la rédaction de la partie de la future monographie consacrée aux secteurs de la grotte et de ses abords. La fouille du champ ne serait éventuellement reprise qu'ensuite, avec comme objectif essentiel d'explorer l'horizon du Néolithique récent (9006), période qui s'est révélée presque absente du secteur central et de celui de la grotte.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Karim Gernigon, « Saillac – La Perte du Cros », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17560

Haut de page

Responsable d'opération

Karim Gernigon

SDA

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org