Navigation – Plan du site
2013

Flaujac-Poujols – Camp de l’église nord

Responsable(s) des opérations : Jean-Michel Beausoleil
Notice rédigée par : Jean-Michel Beausoleil

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.467;44.384;1.525;44.432

1La découverte en 2000 sur le tracé de l’autoroute A20 de la nécropole du Camp de l’Église Nord à Flaujac-Poujols renouvelle de manière spectaculaire nos connaissances sur le monde funéraire entre le vie s. et la fin du ve s. av. J-C. Ce gisement, intégralement fouillé entre 2000 et 2013, rassemble 41 monuments à incinération en pierres, et s’impose déjà comme un site de référence pour l’étude de la fin du premier et du début du second âge du Fer dans le sud-ouest de la France. La dernière campagne de fouilles de 2013 a permis d’étudier trois nouveaux monuments funéraires à incinération : T.37, T.39 et MF 40. Les informations obtenues sont une nouvelle fois d’une très grande richesse. Elles permettent de cerner l’originalité et l’évolution des pratiques funéraires et cultuelles de la nécropole du Camp de l’Église nord et d’en souligner l’importance.

Le tumulus 37

2Ce monument, relativement bien conservé, est implanté dans la partie médiane de la nécropole. D’aspect relativement imposant, ce tertre en pierres présente un profil sub-hémisphérique et décrit un grand cercle de 11,20 m de diamètre maximum. Un parement de pierres parfaitement circulaire, de 10,20 à 10,60 m de diamètre, ceinture le tumulus.

3La sépulture réalisée au centre du tumulus est constituée d’un dispositif de couverture et d’un entourage de dalles calcaires disposées horizontalement. La construction de forme quadrangulaire occupe une surface externe de 3 m sur 3,50 m environ (soit 10,5 m2 de superficie). La chambre funéraire couvre une surface interne de 2 m sur 2 m, pour une profondeur maximale de 0,60 m environ. Son comblement est formé d’un sédiment cendreux noir, qui comprend dans sa masse quelques os humains incinérés, des ossements de faune non brûlés, des tessons, des charbons de bois, des éléments calcaires rougis ou bleuis, ayant été exposés au feu, des objets en fer (rivet, deux anneaux de suspension, six clous) et des fragments indéterminés en fer. Le mobilier et les ossements non brûlés d’animaux ont été jetés en vrac dans une petite fosse, de 0,05 m de profondeur maximale, très légèrement surcreusée par rapport au niveau de base du reste du monument. À proximité des vestiges osseux d’animaux, agencés dans la zone centrale de la tombe, au moins trois céramiques et du mobilier métallique (éléments de fixation en alliage cuivreux de deux récipients en matériaux périssables) sont disposés en différents endroits dans le dépôt.

Fig 01

Vue des tumulus T.37 et T.39 en cours de fouille (vue prise du nord-est). Au premier plan, le tumulus T.39. À l’arrière-plan et au centre, le coffrage en pierres de la sépulture centrale du tumulus T.37 et sur le côté droit, le coffrage en pierres renfermant les squelettes des deux chevaux.

4Trois fibules à timbale, brûlées et brisées, ont été dégagées à proximité des éléments métalliques de vaisselle contre la paroi ouest du dépôt funéraire. Aucun vestige d’une aire sépulcrale n’a été mis en évidence dans ce monument. En revanche, un coffrage en pierres de forme quadrangulaire, matérialisant le lieu d’inhumation de deux chevaux, deux fosses de forme ovalaire, contenant des os humains brûlés, et un petit monument funéraire en pierres (MF 40) ainsi qu’un tumulus accolé (T.39) ont été observés respectivement dans la masse, à la base et en périphérie du tertre T.37.

5Le tertre T.37, daté du dernier tiers du ve s. av. J.-C., témoigne de pratiques funéraires complexes mais aussi originales par rapport aux autres tertres. Au vu de ce que nous connaissons de ce monument, il est difficile de dire d’après le mobilier déposé dans la tombe centrale si un homme était enterré dans celle-ci avec un autre individu (femme ?). Un fait est certain, les deux anneaux de suspension de la sépulture centrale, qui sont les seuls indices de la possession par le (ou l’un des) défunt(s) du tumulus T.37 d’une arme de poing laténienne, sont attribués à un guerrier. Malgré l’absence de mobilier typiquement féminin, quelques indices tendent à faire penser à une sépulture double et peut-être aussi mixte.

Le monument funéraire MF 40

6Découvert sous l’angle sud de la structure d’entourage du dépôt funéraire du T.37, ce petit monument en pierres, de forme semi-ovale, mesure 2,10 m environ dans son axe nord-sud, 1,70 m dans sa plus grande largeur est-ouest et 0,20 m de haut.

Fig 02

Vestige du soubassement en pierres du bûcher funéraire du tumulus T.39 (vue prise du nord-est).

7L’édifice est limité par une bordure parementée de dalles calcaires parfaitement conservée sur son côté ouest et partiellement démolie sur son côté est. De nombreux vestiges mobiliers (tessons, fibule et fragments en alliage cuivreux), noyés dans un sédiment argilo-limoneux brun, sont éparpillés en surface et à la périphérie du monument.

8La tombe centrale a été déstructurée à une date ancienne. En effet, le côté est du monument est formé d’un empilement de dalles mal agencé. Il ne subsiste que la dalle ouest, fichée de chant et encore en place, du coffrage de la chambre funéraire. Le mobilier semble également avoir été manipulé et déplacé. Quelques petites esquilles osseuses humaines, des charbons de bois, des pierres chauffées, un petit bracelet ouvert en alliage cuivreux et une fibule de type Golfe du Lion sont disséminés en vrac et sur une surface restreinte dans un sédiment cendreux noir, peu épais, dans la zone centrale du monument, en surface de dalles calcaires, qui reposent sur la couche de cailloutis colluviés. Ce petit monument, recouvert par l’édification du tumulus T.37, est daté des deux premiers tiers du vie s. av. J.-C. La découverte d’un bracelet à enroulements terminaux, de petit diamètre, et d’une fibule (amulette) montée en pendentif, à valeur apotropaïque, laisse à penser avec la perle en verre découverte en surface du monument que nous sommes en présence d’une tombe d’un individu immature, peut-être de sexe féminin.

Le tumulus 39

9Le tumulus T.39 a été mis au jour sur le côté nord-est du tumulus T.37. Partiellement inclus dans l’enceinte du T.37 (sur une de ses moitiés, l’autre moitié se développant à l’extérieur), le monument funéraire T.39 a été construit postérieurement à l’édification du T.37. Vu en plan, il apparaît comme une excroissance de ce dernier. Les constructeurs ont, semble-t-il, utilisé les matériaux pierreux du T.37 pour réaliser la construction du T.39. La chape du tumulus T.37 a été en effet entièrement démontée, sur une surface semi-circulaire de 6 m2 environ, pour loger la sépulture du tumulus T.39. Seule la base de la couronne du T.37 a été partiellement conservée par les constructeurs.

10Le tumulus T.39 présente un parement parfaitement visible sur la moitié nord-est de sa surface, absent en revanche sur l’autre moitié du monument. Cette demi-couronne, de 4 m à 4,50 m de diamètre, est constituée d’une assise de dalles et de blocs calcaires, mal calibrés et non taillés. Son élévation varie entre 0,05 m et 0,15 m.

Les vestiges d’un bûcher funéraire

11Une fois n’est pas coutume, les restes de l’aménagement d’un bûcher funéraire ont été mis au jour dans la zone centrale du tumulus T.39, au nord-est et en périphérie de la couronne du T.37, dont certains blocs de la base étaient brûlés. Ces vestiges étaient scellés par une couverture, peu épaisse, de dalles calcaires non brûlées.

12La découverte d’une base de bûcher funéraire, en position primaire, matérialisée par un aménagement horizontal de blocs calcaires brûlés, voire même fondus (de 0,70 m × 0,57 m, haut de 5 à 8 cm) et profondément altérés en surface (blocs fortement chauffés de couleur grise à rose), apporte des informations importantes sur le processus opératoire des pratiques funéraires mises en œuvre sur le site du Camp de l’Église nord. Ces vestiges, bien qu’incomplets, ont été identifiés sur moins de 1 m2 avec quelques esquilles osseuses humaines et des charbons de bois disséminés à la base et dans les interstices des blocs dans un sédiment cendreux noir. Aucune trace rubéfiée n’a été observée à la base de la construction.

13Le lieu de l’incinération s’individualise donc du reste du tertre par la présence de cet aménagement de calcaires brûlés, mêlés à une terre noire cendreuse (de 1 à 2 cm d’épaisseur) qui recouvre la zone centrale du monument. On remarquera une forte concentration d’os brûlés humains englobée dans ce sédiment cendreux gris-noir sur le côté sud-est du tertre. La découverte de ce soubassement en pierres, exceptionnellement conservé, permet d’expliquer d’une part la quasi-absence de toute trace de rubéfaction sur le sol et dans la plupart des monuments de la nécropole et d’autre part, l’alternance de pierres brûlées et non brûlées dans les aménagements des aires sépulcrales (quand cette structure bâtie est présente dans le monument). Compte tenu de ces observations, il paraît fort logique d’envisager que le bûcher de ce tumulus ait été constitué à sa base d’une plate-forme de dalles et blocs calcaires, empêchant de fait la rubéfaction des terres sous le bûcher. Comme c’est le cas ici, une fois démontés, ces vestiges pierreux ne laissent aucune trace au sol. À la fin de la crémation, cet aménagement a été partiellement démoli et certains blocs dispersés dans la masse du tertre. Les nombreuses pierres brûlées retrouvées à la base, dans la masse et en surface du tertre, proviennent très probablement de cette plate-forme de blocs calcaires brûlés.

La tombe, le dépôt funéraire du T.39

14Contrairement à la plupart des autres sépultures rencontrées dans la nécropole, cette tombe ne semble pas avoir été délimitée par un petit coffrage ou un parement de pierres. La couverture pierreuse de ce secteur était simplement constituée de dalles calcaires, qui ne présentaient pas un agencement particulier. Un dépôt de 5 ou 6 vases, dont certains sont incomplets et fragmentés, avait été constitué contre la couronne du T.37. Ce mobilier céramique est accompagné de nombreux tessons disparates, d’esquilles d’os incinérés et de charbons de bois. Un petit couteau en fer et une céramique (mobilier – intentionnellement ? – dissocié de la tombe centrale), sont disposés à 1 m environ à l’ouest-sud-ouest du dépôt funéraire. Des fragments de céramiques, un rasoir en fer incomplet, brisé et brûlé, et quelques charbons de bois sont également présents à la base du tertre. L’ensemble de ce mobilier repose sur la couche de cailloutis calcaires colluviés. Le couteau et le rasoir présents dans le tertre T.39 permettent de reconnaître une sépulture masculine. Le tumulus T.39 n’a pas livré d’éléments datants mais s’inscrit dans le tumulus T.37. Il est logiquement daté du dernier tiers du ve s. av. J.-C.

15Les fouilles effectuées sur les 41 monuments permettent dès à présent d’appréhender dans sa globalité la complexité des gestes et des pratiques funéraires, ainsi que l’organisation topo-chronologique (distribution orthonormée de la nécropole) de la nécropole du Camp de l’Église nord. La publication exhaustive de ce complexe funéraire, dans les trois années à venir, devrait contribuer à approfondir nos connaissances sur les populations protohistoriques du bas Quercy entre 600 et 400 av. J.-C.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Michel Beausoleil, « Flaujac-Poujols – Camp de l’église nord », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17534

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Michel Beausoleil

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org