Navigation – Plan du site
2013

Cabrerets – Petit Cloup Barrat

Responsable(s) des opérations : Jean-Christophe Castel
Notice rédigée par : Jean-Christophe Castel

Entrées d’index

Chronologique :

Paléolithique
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.553;44.479;1.689;44.552

1L'année 2013 était la dernière d'un programme de fouille triennal. La campagne de terrain a duré un peu plus de cinq semaines (juillet-début août 2013), avec une équipe composée d’une trentaine de personnes. Comme l'année précédente, l'opération s'est déroulée en parallèle à l'accueil du public sur le site archéologique. Le toit posé sur le site en 2011 autorise désormais l'appréhension du gisement sur une superficie de 80 m2 dans des conditions réellement satisfaisantes.

2Dans le secteur principal de fouille, à l’avant du porche de la grotte-abri, la fouille de la couche 4 a mobilisé, cette année encore, l’essentiel de l’effort humain. Elle a pu être investie sur 6 m2. L’essentiel des vestiges est attribuable au Magdalénien inférieur. À la base, des éléments rapportables au Badegoulien ont été identifiés. À son sommet, la présence de vestiges du Magdalénien moyen se confirme. Cette couche 4 se révèle plus épaisse que prévue dans l’angle est de la fouille et nécessiterait encore au moins deux campagnes pour être totalement fouillée.

3À une trentaine de centimètres sous la couche 4, deux enrichissements significatifs en vestiges archéologiques avaient été repérés en 2012 sur la bordure nord. Le niveau le plus haut est marqué par l’abondance de galets verts taillés associés à une faible densité de matériel. Le niveau sous-jacent, constitué notamment de longues lames en silex allochtone attribuées au Gravettien récent, n’a pas été fouillé cette année.

4Dans la zone abritée du secteur principal de fouille, la couche 8a a été investie sur un volume de 90 litres. Elle a livré de nombreux vestiges lithiques indubitablement solutréens, notamment des pointes à cran et des éclats de retouche débités à la pression.

5La surface fouillée des niveaux de base (9/10R, 10N, 11, 12) a pu être sensiblement augmentée pour atteindre désormais plus de 2 m2. Cet ensemble a livré des vestiges lithiques qui sont attribués au Gravettien récent. La structure en fosse, mise au jour en 2011 et comblée de blocs d’origines diverses ne correspondant pas au toit de l’abri, a été partiellement démontée. Un des éléments fondamentaux pour la base actuelle de la séquence consiste en un remontage entre un éclat issu de la première nappe de la bordure nord et un second provenant du matériel exhumé plus profondément sous l’abri. L’existence d’une nappe de vestiges étendue au moins à la moitié du secteur de fouille est donc suspectée. Outre de nombreux vestiges lithiques et osseux, la fouille du Gravettien récent a, pour la première fois, livré un objet de parure sur coquillage ainsi que trois éléments d'industrie osseuse.

6La poursuite de l'intervention archéologique dans le sondage sud s'est trouvée ralentie suite à la découverte d'un bois de renne de 40 cm de longueur, juste à proximité de celui qui a été trouvé l’an dernier et qui est décoré. La fragilité extrême du bois a nécessité une fouille très minutieuse ainsi qu'une consolidation et un plâtrage avant prélèvement. La longue durée de ces différentes opérations n'a pas permis d'investir plus avant le reste du sondage. L'analyse des coupes et des entités sédimentaires mises au jour permet d'ores et déjà de proposer un certain nombre de corrélations stratigraphiques entre ce sondage et la zone principale de fouille. Ces corrélations concernent en premier lieu la couche 4, qui, au niveau du sondage sud, est visible sous une forme beaucoup plus complète et dilatée que dans le secteur principal. D'autres relations sont également envisagées. L'intervention dans ce sondage se révèle en définitive problématique dans la mesure où la méthode de fouille appliquée pour le secteur principal est impraticable. A l'avenir, seule une structure surélevée, sur laquelle les fouilleurs pourront évoluer sans toucher les niveaux archéologiques, permettra de l'investir correctement.

Fig 01

A : Éléments lithiques issus de la couche 4 : 1 à 5 : lamelles à dos dextre marginal attribuées au Magdalénien inférieur (cœur de la couche), 6-7 : raclettes diagnostiques du Badegoulien. B : 8 à 11 : exemplaires de pointes à cran provenant de la couche 8a ; C : 12 : exemple de remontage de produits issus de l’exploitation d’un "burin-nucléus" sur lame épaisse ; 13 : lame retouchée révélant un débitage laminaire unipolaire convergent ; 14 : microgravette ; en vignette en bas à droite, situation stratigraphique des deux ensembles rapportés au Gravettien récent et/ou final et localisation d’un remontage de deux éclats de ravivage de plan de frappe (silex du Bergeracois probable), provenant respectivement du devant et du fonds de l’abri

(1 à 7 : S. Ducasse ; 8 à 14 et infographie : C. Renard).

7 Connu depuis 2003 comme un gisement renfermant des niveaux archéologiques datés du Solutréen supérieur, du Badegoulien et du Magdalénien inférieur, le Petit Cloup Barrat a vu sa stratigraphie largement complétée à l'issue de l'opération programmée en 2011-2013. Dans les carrés nouvellement fouillés de la zone externe du site, la couche 4, publiée en 2011 et considérée jusqu’à présent comme homogène et rapportable uniquement au Magdalénien inférieur, s'avère plus complexe que ce qui avait été initialement perçu avec la présence, à son sommet et à sa base, de vestiges bien localisés et caractéristiques du Magdalénien moyen et du Badegoulien. Au cours de cette triennale, la mise au jour de vestiges lithiques et osseux rapportables à un Gravettien récent s’est progressivement étendue à la quasi-totalité du secteur principal de fouille. Il a toutefois été décidé de n'aborder ces ensembles que sur une surface volontairement restreinte (le reste étant protégé par de la bande plâtrée). La séquence Paléolithique supérieur est désormais jalonnée de 11 dates AMS et bénéficie d'un programme de datations toujours en cours.

8 Entre 2011 et 2013, l'équipe scientifique s'est renforcée et comprend à ce jour 22 membres qui embrassent des domaines d'étude aussi variés que l'analyse géologique (géométrie, constitution, modalités d'apport et de redistribution des sédiments), techno-économique des industries lithiques (outillages en silex et manuports) et osseuses, archéozoologique (méga- et mésofaune, ichtyologie, microfaune), la parure sur matières organiques et minérales, les colorants, l'approche Lidar et la numérisation 3D du site à des fins d'archivage et de prospective...

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17483/img-1.png
Fichier image/png, 146k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Christophe Castel, « Cabrerets – Petit Cloup Barrat », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17483

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Christophe Castel

MCT

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org