Navigation – Plan du site
2013

Séméac

Parc de l’Adour, tranche 2
Responsable(s) des opérations : Marie-Luce Merleau
Notice rédigée par : Marie-Luce Merleau

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.090;43.211;0.131;43.238

1L’intervention archéologique correspond au diagnostic de la tranche 2 d’un vaste projet de ZAC dit Parc de l’Adour, sur les communes de Séméac et de Soues. Situé dans la proximité orientale de Tarbes au niveau de la sortie autoroutière n° 13, ce diagnostic porte sur 5,8 ha, soit une surface dix fois plus modeste que celle de la tranche 1. La carte archéologique locale signale des indices gallo-romains et médiévaux repérés par prospection, tandis que les interventions d’archéologie préventive menées par l’Inrap sur la tranche 1 (diagnostic et fouille) ont livré deux structures néolithiques isolées (Pons, 2012), un ensemble de structures en creux (foyers, trous de poteau, fosses) d’une Protohistoire ancienne, probablement du premier âge du Fer (op. cit.), et des aménagements antiques assez lâches, mais qui signalent une structuration du secteur à cette période (Grimbert, 2010). Toutes montrent un degré d’arasement très fort, dû principalement aux travaux aratoires, les caractéristiques géologiques locales correspondant à une plaine alluviale en rive droite de l’Adour propices à une exploitation agricole intensive.

2Les observations archéologiques faites sur la tranche 2 confirment d’une part une érosion importante des sols, et d’autre part la fréquentation ancienne du secteur. La Protohistoire ancienne est représentée par un vase à fond plat retrouvé isolé en limite orientale de prescription, sans contour perçu de structure associée, et sans autre indice contemporain aux alentours. L’occupation antique se signale par un four à languette malheureusement très érodé mais environné par un niveau détritique associant céramiques communes, amphores et matériaux de construction en terre cuite, qu’il est tentant d’interpréter comme l’une des zones-dépotoir d’un atelier de potier du Haut-Empire. La fondation d’un mur (?) ouest-est, en galets montés à sec ou en terre crue, se suit sur plus de 50 m immédiatement au sud de ce four et marque possiblement la limite d’extension de cet atelier supposé, tandis qu’à 80 m plus au nord, un calage de poteau (?) en fragments de tegula et d’imbrice signale peut-être un bâtiment.

3Deux fossés orientés ouest-est, étroits et superficiels, semblent correspondre à un ancien parcellaire de chronologie indéterminée et pourraient tout aussi bien s’intégrer à l’occupation antique qu’appartenir à un réseau plus récent. La dispersion apparente des vestiges identifiés est une conséquence directe de l’arasement important subi par les niveaux archéologiques. Pour autant, elle ne doit pas minorer l’importance de l’information obtenue. Le vase de la Protohistoire ancienne apparu isolé serait l’ultime témoignage d’une implantation plus importante maintenant disparue, à mettre en relation avec le site du premier âge du Fer de La Palanque, à moins de 300 m au sud-ouest (Pons, 2012). Le constat d’une érosion dramatique est le même pour les vestiges antiques. Le four à languette découvert est à notre connaissance le premier reconnu dans le secteur, tandis que les niveaux mobiliers, le mur (?) en galets et le socle de poteau (?) sont peut-être les indices complémentaires d’un atelier de production céramique. La production céramique antique retrouvée dans le secteur de Tarbes présente des caractéristiques morphologiques et techniques bien repérables, avec en particulier des pâtes très cuites ; or les sites de production font actuellement défaut, même si des prospections pédestres suggèrent des localisations possibles. Le four trouvé lors de ce diagnostic daté du Haut-Empire, est donc un premier indice important, d’autant qu’il serait contemporain du sol en galets de l’habitat reconnu à 350 m plus au sud, lors du diagnostic de la tranche 1 (Grimbert, 2010), dont il reste à estimer l’extension lors du diagnostic de la tranche 4. Le chemin antique à 500 m à l’ouest, lui aussi repéré lors du diagnostic de la tranche 1 (op. cit.), matérialiserait la limite ouest de cette implantation rurale aux marges sud-est de la cité antique de Tarbes, point de passage privilégié entre les cols et vallées des Pyrénées et le bassin Aquitain.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marie-Luce Merleau, « Séméac  », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17467

Haut de page

Responsable d'opération

Marie-Luce Merleau

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org