Navigation – Plan du site
2013

Fréchet-Aure

Grotte du Noisetier
Responsable(s) des opérations : Vincent Mourre
Notice rédigée par : Vincent Mourre

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.364;42.918;0.403;42.941

1En 2013, le site moustérien de la Grotte du Noisetier a fait l’objet d’une deuxième campagne de fouille programmée dans le cadre de l’autorisation pluriannuelle 2012-2014. Il s’agit donc de la dixième campagne menée par l’équipe scientifique actuelle, depuis la reprise des fouilles en 2004. La fouille a concerné 26 m² sur la cinquantaine que compte le gisement. Elle a surtout porté sur les différents secteurs déjà explorés de la grotte du Noisetier, ainsi que sur une petite sépulture médiévale identifiée en 2011 dans un sondage de la grotte du Lierre.

Vestiges microfauniques

2M. Jeannet a poursuivi en 2013 l’étude de l’abondante microfaune de la grotte du Noisetier (80 000 vestiges réputés déterminables sur plus de 140 000 restes recueillis). Deux contributions concernant la microfaune du gisement ont été publiées.

3La première porte sur la définition d’une nouvelle espèce de rongeur, Mimomys pyrenaïcus n. sp. (Jeannet, Mourre, 2013). Elle s’appuie sur la description de deux molaires rhizodontes d’un minuscule arvicolidé. La taille réduite, l’abondance de cément dans les angles rentrants et la nette séparation des triangles t1 et t2 attestent leur appartenance au phylum mimomyen de Mimomys reidiM. pusillus et M. blanci étalé sporadiquement sur l’ensemble du Quaternaire. Chronologiquement, cette nouvelle découverte se place dans la lignée de Mimomys blanci, dans la période isotopique du MIS 3 ou plus ancien, en présence d’industrie moustérienne, et précède Mimomys salpetrierensis de la fin de la Dernière glaciation. Morphologiquement, Mimomys pyrenaicus nov sp. est intermédiaire par sa taille entre Mimomys blanci et Mimomys salpetrierensis comme il l’est dans la chronologie. Il diffère cependant de tous les autres Mimomys de la lignée par l’absence de triangles clos et la présence associée d’un « rhombe pitymyen » nettement développé, qui en font les caractères spécifiques de ce nouveau taxon.

4La seconde est une note concernant les soricidés dans laquelle M. Jeannet démontre que la musaraigne de Fréchet appartient à la forme la plus commune Sorex araneus Linné, 1758 et non à la musaraigne ibérique Sorex granarius Miller, 1910 comme aurait pu le laisser supposer sa très petite taille (Jeannet, 2013).

Fig 01

Molaires rhizodontes ayant permis la définition de Mimomys pyrenaicus nov. sp. (en haut, a à c, holotype : m1D ; en bas, d à f, paratype : M3D) (échelle = 1 mm, commune aux trois vues.

Dessin M. Jeannet d’après Jeannet et Mourre, 2013

Industrie lithique

5La principale nouveauté concernant l’industrie lithique est liée à l’identification d’un certain nombre de traits évoquant le Moustérien de type Quina pour la couche gb. Deux racloirs issus de gb présentent une retouche écailleuse scalariforme de type Quina. Par ailleurs, ce même niveau a livré douze éclats de retouche (9 en silex, 2 en lydienne et 1 en cinérite). Parmi eux, 4 sont des éclats de retouche ou de ravivage de racloir Quina ; deux de ces derniers ont à leur tour servi de support pour la confection d’outils (1 racloir déjeté en cinérite et 1 outil à retouche partielle en silex). L’utilisation d’éclats de retouche comme supports d’outils est un comportement déjà signalé par plusieurs auteurs pour le Paléolithique moyen, en particulier dans les industries de faciès Quina (cf. notamment Jaubert et al., 2001).

6Au cours des campagnes précédentes, le niveau gb n’a livré qu’un fragment de nucléus en schiste ne renvoyant à aucune structure volumétrique connue, et un nucléus centripète unifacial assez plat en schiste également, à plans de frappe préparés avec peut-être une phase finale de transformation en outil par retouche. Les affinités typologiques de la couche gb avec le Moustérien de type Quina ne sont donc pas confirmées pour l’instant, d’un point de vue technologique. Toutefois, si ce faciès demeure peu documenté dans la partie centrale des Pyrénées, il n’en est pas pour autant absent : l’étude de la série lithique du gisement de Lario en Ariège a ainsi permis d’identifier des éléments typiquement Quina non seulement d’un point de vue typologique, mais aussi en ce qui concerne les méthodes de débitage mises en œuvre (Sanson, 2012).

Sépulture médiévale de la grotte du Lierre

7En 2011, un petit sondage a été réalisé dans la grotte du Lierre, une petite cavité adjacente à la grotte du Noisetier et appartenant au même réseau karstique, afin de faciliter la compréhension des modalités de mise en place des dépôts renfermant les vestiges moustériens. À cette occasion, une sépulture de sujet périnatal datant du haut Moyen Âge avait été découverte. B. Maureille avait alors réalisé les premières observations sur le terrain ainsi que les premières analyses de l’individu, daté par le radiocarbone de 1155 ± 25 BP, soit une date 14C calibrée de 779 cal AD – 969 cal AD. La fouille de cette sépulture a été menée à terme en 2013 par É. Perez, anthropologue et alors doctorante en Histoire et Archéologie à l’Université de Nice Sophia-Antipolis. Des observations qu’elle a réalisées, il ressort que cette sépulture ne s’écarte en rien des pratiques funéraires documentées pour cette époque, si ce n’est son implantation dans une grotte. Le corps a été déposé dans un contenant en matériaux périssables non cloués, calé par des pierres, dans une fosse assez profonde, d’environ 40 cm et orientée ouest-est, la tête posée à l’ouest. Aucun objet n’a été déposé auprès du corps, comme c’est également la norme à cette époque.

Fig 02

Squelette périnatal de la sépulture du haut Moyen Âge de la grotte du Lierre ; les ossements du crâne, la clavicule et la scapula gauche avaient été prélevés en 2011 (échelle = 10 cm)

V. Mourre.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17459/img-1.png
Fichier image/png, 96k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17459/img-2.png
Fichier image/png, 110k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Mourre, « Fréchet-Aure  », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 20 mai 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17459

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Mourre

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org