Navigation – Plan du site
2013

Vieille-Toulouse – 9 chemin de la Planho

Responsable(s) des opérations : Julien Vial
Notice rédigée par : Julien Vial

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.421;43.513;1.453;43.546

1Le projet de construction d’une habitation particulière au numéro 9 du chemin de la Planho a suscité une fouille préventive en fin d’année 2013. L’objectif de cette opération s’inscrit dans une volonté d’étudier l’évolution topo-chronologique de la marge occidentale du cœur de l’oppidum de Vieille-Toulouse, vaste établissement qui constitue à la fin du second âge du Fer, la métropole des Volques Tectosages ; cette fouille aura permis de reconnaître 90 structures sur une superficie relativement restreinte, près de 800 m2 . Si la plupart de ces vestiges peuvent être datée des iie-ier s. av. J.-C., les études de mobilier étant en cours, il n’a pas été possible d’établir pour l’instant de phasage plus précis.

2La fouille a concerné deux zones distinctes. La première d’entre elles s’étend sur le rebord du plateau de la Planho et sur l’amorce du coteau abrupt dominant la Garonne. La seconde zone étudiée, située à près de 7,5 m au sud de la précédente, est implantée exclusivement sur le haut du versant.

3Au sein de la zone 1, dans son angle nord-est, un radier de tessons d’amphores associé à une tranchée d’implantation de sablière basse et à divers trous de poteau constituent vraisemblablement les vestiges d’un bâtiment de nature indéterminée. Ce radier est recoupé par un fossé d’axe est-ouest. Dans ce même secteur, une tranchée a en particulier livré un ensemble conséquent de ratés de cuisson, ce qui est à mettre en relation avec la mise au jour par M. Vidal, dans les années 1970, d’un atelier de potier dans une parcelle située à proximité.

4À quelques mètres au sud-ouest des vestiges précédents, ont été reconnus un ensemble de trous de poteau et de fosses ainsi qu’une probable tranchée d’implantation de sablière basse. Il n’est toutefois pas possible de restituer un plan cohérent à partir de ces structures.

5Plus à l’ouest, au niveau d’un affleurement du substrat marneux, a été fouillé un puits de section rectangulaire et profond de 6,83 m. Le fond de cette structure accueille un dépôt constitué de sept vases en céramique commune et d’un casque en bronze de type Coolus-Mannheim. Le puits connaît ensuite une première période d’utilisation avant que trois céramiques communes y soient à leur tour déposées. Par la suite, il demeure en activité un certain temps avant d’être désaffecté et comblé.

6Enfin, à l’extrémité occidentale de la zone 1, juste en contrebas de la rupture de pente, prend place un bâtiment sur poteaux partiellement excavé. Un puits de section rectangulaire recoupe les niveaux d’abandon de cet édifice.

7Au nord de la seconde zone étudiée, un puits quadrangulaire partiellement engagé dans la berme n’a pu être fouillé.

8Plus au sud, un autre puits quadrangulaire est quant à lui, engagé dans la berme orientale. Postérieurement au comblement de cette structure, est aménagé une série de fosses carrées de 80 à 90 cm de côté qui semblent avoir été destinées à accueillir des poteaux. Ces excavations, assez régulièrement réparties, dessinent un vaste rectangle de 11 m de long sur plus de 5 m de large. Cet ensemble paraît devoir être interprété comme une importante construction dont la nature nous échappe toutefois. Son implantation sur une pente prononcée tend en particulier à exclure l’hypothèse d’un simple bâtiment. Cet édifice sur poteaux cède la place, probablement dans le dernier tiers du Ier s. av. J.-C., à un important bâtiment qui adopte cette fois-ci des modes de construction d’origine italique. L’érosion d’une partie des vestiges conjuguée à un épierrement systématique des maçonneries dès l’Antiquité rend délicate la restitution de l’architecture de cet édifice qui pourrait en outre se développer vers l’est, hors emprise. Il est néanmoins envisageable de restituer un bâtiment d’un peu plus de 11 m de long, large d’au moins 5,8 m et divisé en deux pièces. D’un point de vue des techniques de construction, quelques indices ténus attestent l’emploi du mortier de chaux dans les fondations des murs. Ces derniers étaient par ailleurs couverts d’un enduit peint à fond blanc sur lequel des filets noir et rouge délimitent des panneaux ainsi qu’une plinthe à mouchetis rouges. Les niveaux de circulation ont en grande partie été détruits, mais un sol en mortier de chaux intégrant de nombreux fragments d’amphores concassées est tout de même partiellement conservé.

9Juste au sud-ouest des vestiges évoqués ci-dessus, se trouve un puits de section carrée (90 cm de côté), profond de 5,98 m et qui est presque entièrement remblayé au moyen de substrat remanié. Ce sédiment s’avère pratiquement vierge de tout mobilier à l’exception notable d’une cruche en bronze de type Kelheim. Ce puits totalement comblé est recoupé par une vaste fosse dont le fond présente un surcreusement de section carrée (90 cm de côté) et de 54 cm de profondeur. Il pourrait s’agir de l’amorce d’un puits.

10Enfin, dans la partie méridionale de la zone 2, un dernier puits est à son tour engagé dans la berme orientale. Il est recoupé par une vaste fosse d’au moins 7 m de long sur plus de 3 m de large. Compte tenu de son profil, cette excavation pourrait avoir été vouée à l’extraction de marne. En dernier lieu, un important fossé d’axe nord-sud se surimpose à cette fosse avant d’obliquer à 90° vers l’ouest.

Fig 01

Dépôt au fond du puits PT1048 en cours de fouille

J. Vial (Hadès)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17447/img-1.png
Fichier image/png, 95k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Julien Vial, « Vieille-Toulouse – 9 chemin de la Planho », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17447

Haut de page

Responsable d'opération

Julien Vial

Hadès

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org