Navigation – Plan du site
2013

Toulouse – Les Hauts Murats

Responsable(s) des opérations : Pierre Pisani
Notice rédigée par : Pierre Pisani

Entrées d’index

Mots-clés :

archives

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.351;43.533;1.515;43.669

1Le site de l’ancienne prison des Hauts-Murats, désaffecté depuis plusieurs années après le départ de l’Institut National Polytechnique de Toulouse, est implanté au sud de la place du même nom, entre l’église du Gésu et l’actuelle maison de retraite « Plénitude Saint-Michel », sur une emprise rectangulaire d’environ 1 900 m2. Ce site est délimité, au nord par la courtine du rempart antique de Toulouse, au sud et à l’est par le rempart médiéval de Toulouse et à l’ouest par l’église et le collège Saint-Stanislas. Un vaste bâtiment rectangulaire de 45 m de long pour 12 m de large adossé au rempart antique occupe l'espace entre la tour des Hauts-Murats et la tour de la Sénéchaussée.

2L’opération de diagnostic conduite par l’Inrap en juin et décembre 2011 (Viers, 2012) sur cette emprise a engendré, d’une part, la réalisation de sondages sédimentaires sur la quasi-totalité de l’assiette du projet et d’autre part, une étude du bâti sur la plupart des maçonneries antiques et médiévales (tours et courtine) en lien avec les systèmes défensifs de cette portion de la ville de Toulouse. Ce diagnostic n'a en revanche pas permis la datation du bâtiment accolé au rempart antique.

3La présente opération de sondage diligentée par la SA HLM Les Chalets visait, par une recherche en archives et par une étude de bâti limitée, à déterminer l’intérêt patrimonial de ce vaste bâtiment adossé au rempart antique et médiéval considéré comme les geôles médiévales de l’Inquisition des Hauts-Murats et qui sera ensuite utilisé comme prison militaire jusqu’en 1924, sous l’Occupation et jusqu’à la guerre d’Algérie.

4Cette opération de sondage s’est limitée à une investigation archivistique et à l’étude du mur de façade arrière du bâtiment principal actuel de la prison des Hauts-Murats. L’étude documentaire a permis de déterminer que la construction de la prison des Hauts-Murats date de la fin du xiiie ou du début du xive s. Néanmoins, le bâtiment actuellement conservé contre le rempart antique ne date pas forcément de cette époque : il pourrait s'avérer être plus tardif. La réalisation d’un sondage stratigraphique à la jonction des murs de façade arrière du bâtiment et le mur perpendiculairement MR 3 n’apporte aucune datation absolue mais uniquement une datation relative : le mur de cloisonnement probablement contemporain d'un dallage daté du bas Moyen Âge par le diagnostic réalisé par l’Inrap et encore présent sur un plan du xviiie s., s’appuie sur la face intérieure du mur de façade qui est donc plus ancien. Ce mur, du moins dans sa partie basse, est donc antérieur à l’époque moderne lato sensu. L’épaisseur des briques de l’état 1, autour de 0,05 m, pourrait confirmer cette proposition de datation, même si l’on se doit de rester prudent puisque les matériaux de récupération sont souvent favorisés lors de nouvelles constructions.

5En somme, les éléments à notre disposition permettent de faire remonter la construction du bâtiment de la prison des Hauts-Murats s’appuyant sur le rempart antique de Toulouse au bas Moyen Âge, au moins, sans qu’il soit possible d’en dire plus en l’état actuel de la recherche.

Fig 01

Relevé d'une partie de l'élévation méridionale du mur de façade du bâtiment

V. Buccio et P. Pisani (SATM)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17424/img-1.png
Fichier image/png, 54k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pierre Pisani, « Toulouse – Les Hauts Murats », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17424

Haut de page

Responsable d'opération

Pierre Pisani

COL Toulouse

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org