Navigation – Plan du site
2013

Cours supérieur de la Garonne

Responsable(s) des opérations : Jean-Pierre Claria
Notice rédigée par : Jean-Pierre Claria

Entrées d’index

Chronologique :

Temps Modernes
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :

1L’opération de prospection thématique en 2013 du cours supérieur de la Garonne a été réalisée grâce à un partenariat important, avec en particulier les membres de l’Association pour la Recherche Archéologique et Historique du Cours Supérieur de la Garonne et de ses Affluents (ARAHCSGA), le concours des plongeurs du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Haute-Garonne, et de membres de l’Association IMAGE’IN, qui assurent le tournage d’un film documentaire pour partie subaquatique pour ce qui concerne Toulouse.

2Les conditions météorologiques ont provoqué, sur une grande partie de l’année, un niveau important de la Garonne avec des crues régulières. Les recherches subaquatiques sur le bassin de Toulouse, compris entre le Pont Saint-Michel et la Chaussée du Bazacle, ont été de ce fait très limitées. Le courant violent, le peu de visibilité et la turbidité de l’eau ont considérablement perturbé les plongées.

3Le relevé par sonar à balayage, prévu en partenariat avec la DRASSM en novembre n’a pu être réalisé, la navigation étant à ce moment là interdite. Ce relevé devrait être réalisé en 2014. Néanmoins, la recherche de la meule localisée en 2012, sur l’emprise des vestiges du « Pont de Clary » et qui n’a pas été retrouvée, a permis la découverte d’une ancre à jas isolée.

4Le relevé partiel de la pile en place du « Pont Vieux », proche de la rive gauche, a pu être dressé, sans pour autant pouvoir identifier formellement les éléments appartenant à l’aqueduc antique. Ces recherches sur l’aqueduc sont programmées pour 2014. Une importante similitude a été constatée entre les vestiges du Pont Vieux et du Pont de la Daurade, par la présence en soubassement de pierres assemblées par des agrafes en fer noyées dans du plomb, et surmontées par des assises de briques. La présence d’éléments de galets noyés dans du mortier laisse supposer la complexité des vestiges qui concernent vraisemblablement pour partie l’aqueduc antique et le pont qui lui semble juxtaposé. Ce contexte permet de se poser la question de l’existence d’un pont à Toulouse dès l’Antiquité. Des recherches plus approfondies sur la base des piles devraient permettre à l’avenir de préciser ce point de l’histoire de Toulouse.

Opérations de prospection du lit et des berges de la Garonne

Commune de Lestelle de Saint-Martory

5Sur les indications de Didier Taillefer, nous avons reconnu les vestiges du barrage de Pècheroun, constitués de pieux, palplanches et longerons horizontaux dans un très bon état de conservation. L’étude en détail de ces structures devrait permettre de comprendre le plan et le mode de construction de ce type d’ouvrage qui permettait le rehaussement du niveau de l’eau dans une zone où le radelage était fortement pratiqué. L’emplacement du barrage se situe au niveau de blocs rocheux présentant un risque important pour la navigation.

Commune de Carbonne

6Moulins et manufactures de la Terrasse : Nous avons observé l’importance des vestiges en aval du barrage hydroélectrique de Manciès, grâce à l’autorisation de l’actuel propriétaire qui nous a remis des photographies prises il y a quelques années, lors d’importants travaux de dévégétalisation.

7Grand Port : le relevé topographique des pieux encore présents en rive gauche a été réalisé sur l’emplacement figuré sur le cadastre napoléonien.

8Canal de fuite de l’usine hydroélectrique de Manciès : Une concentration de pieux au milieu du lit de la Garonne a été identifiée en aval de la sortie du canal de fuite, alors que les installations ne fonctionnaient pas. Les lâchers d’eau réguliers du barrage situé en amont du site ont perturbé et interdit les relevés, le courant étant trop important.

Commune de Martres Tolosane

9le relevé topographique des vestiges de la digue du canal d’amenée du moulin de Martres a été réalisé.

Commune de Cazères

10la municipalité de Cazères a fait l’acquisition du bâtiment de l’ancien chantier naval Atoch. Un projet de création d’un espace polyvalent incluant un secteur réservé à la Garonne est en cours. Avant les travaux, nous sommes intervenus auprès de la municipalité pour permettre la sauvegarde d’éléments encore in situ concernant l’activité de construction navale. Un inventaire des divers éléments devra être réalisé.

Commune de Palaminy

11Ramier de Palaminy : Préalablement à un aménagement coordonné par le SMEAG (Syndicat Mixte d’Etude et d’Aménagement de la Garonne), nous avons été sollicités pour réaliser un relevé topographique et une étude des divers vestiges présents sur le site.

12En annexes du rapport 2013 remis au SRA, nous avons joint :

  • Les relevés bathymétriques de la Garonne à Toulouse réalisés dans le cadre du département, de l’ancienne usine AZF à la Chaussée du Bazacle.

  • Les fiches de localisation et de description de 48 sites situés sur la Garonne.

  • Les fiches de localisation et de description de 9 sites situés sur l’Ariège.

13Des recherches de documents d’archives et de bibliographie sont en cours d’élaboration.

Fig 01

Barrage de « Pècheroun »

D. Taillefer

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17377/img-1.png
Fichier image/png, 335k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Claria, « Cours supérieur de la Garonne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17377

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Pierre Claria

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org