Navigation – Plan du site
2013

Caraman – Cimetière Saint-Pierre-des-Maçons

Responsable(s) des opérations : Didier Paya
Notice rédigée par : Didier Paya

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.702;43.487;1.796;43.579

1Le diagnostic réalisé au lieu-dit Saint-Pierre-des-Maçons s’est déroulé du 25 au 27 septembre 2013. Le site présente deux phases d’occupation. La première phase semble être dévolue à l’inhumation et à des activités agricoles. Un cimetière qui ne paraît pas enclos, ou du moins qui présente des limites floues s’étend vers le nord-est et l’est. L’ouest du site ne laisse apparaître qu’une aire d’ensilage et les éventuels vestiges d’un habitat. Les datations ont été obtenues grâce aux mobiliers provenant d’une tombe, rupestre et anthropomorphe, laquelle est attribuable au xe ou xie s. Le mobilier provenant des comblements de certaines des quatorze fosses ou silos identifiés peut être attribué entre le milieu du xie s., et le début du xiiie s. Il est donc possible qu’une activité autre que funéraire ait empiété sur la partie sud d’une zone dévolue initialement à l’inhumation. Notons que deux tranchées de récupération peuvent témoigner de l’ancienne présence d’un bâtiment. La vocation de ce dernier reste à démontrer, mais le fait qu’il soit parallèle au bâtiment identifié pour la période suivante peut inciter à y reconnaître un ancien lieu de culte.

2La deuxième phase d’occupation du site succède à un arasement important observable sur sa moitié nord-ouest, entraînant la destruction du possible bâtiment et l’abandon des silos. Ces bouleversements précèdent la construction d’un nouveau bâtiment identifié grâce aux vestiges d’un carrelage et aux tranchées de récupération de ses murs. Il semble possible d’identifier ce dernier comme un lieu de culte, constitué d’une nef unique d’une longueur interne de 18 m pour 8 m de large. Le site semble seulement dévolu à ce bâtiment et à une aire dense d’inhumations que l’on ne trouve désormais qu’au sud-est de ce dernier. La couche sépulcrale conservée mesure jusqu’à 1,9 m d’épaisseur. Elle laisse apparaître des sépultures « en pleine terre » et des cercueils. Le bâtiment semble avoir été abandonné durant la première moitié du xviie s., mais l’activité funéraire a vraisemblablement perduré jusqu’au xixe s.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Didier Paya, « Caraman – Cimetière Saint-Pierre-des-Maçons », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17364

Haut de page

Responsable d'opération

Didier Paya

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org