Navigation – Plan du site
2013

Saint-Jean-Poutge – La Molère

Responsable(s) des opérations : Fabien Colléoni
Notice rédigée par : Fabien Colléoni

Entrées d’index

Chronologique :

Gallo-romain

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.357;43.711;0.409;43.762

1Au terme de la cinquième campagne de fouille programmée, d’une durée de plus de 2 mois, le relais routier antique de la mutatio Vanesia, mentionné dans l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem et identifié au site de La Molère, a été rendu à la terre en septembre 2013. Après des investigations accélérées en 2012 pour lever l’intégralité du plan, la recherche menée en 2013 s’est attachée à examiner la stratigraphie de nombre d’espaces architecturaux du bâtiment de façade et des deux cours successives ainsi que celle des thermes. Enfin, les aménagements extérieurs ont fait l’objet d’une étude approfondie, même si le temps nous a manqué pour examiner avec minutie la liaison entre la voie et le bâtiment routier.

Le bâtiment de façade, l’espace de réception occidental et les deux cours

2Le bâtiment de façade présente un plan axial et symétrique avec un passage charretier I et II au centre, et ses espaces disposés de part et d’autre (IV et V à l’est et VI et VII à l’ouest) ; il était sûrement pourvu d’un étage dédié à l’hébergement, comme invitent à le restituer la puissance des fondations et la largeur de l’élévation. L’annexe occidentale, scindée en deux salles (VIII et IX), offre des espaces de réception agrémentés de revêtements de sols soignés. La cour nord (III), qui devait avoir, en partie au moins, vocation à servir au stationnement des véhicules, a révélé quatre plots maçonnés carrés, interprétés comme des supports de piliers destinés à soutenir des étages. La cour sud (XXIV), qui pouvait accueillir les animaux, comportait également un étage dont l’existence est bien attestée par la découverte d’un plot maçonné dans le quart sud-est. La fouille 2013 a permis d’étudier la stratigraphie des quatre espaces architecturaux qui flanquent le passage charretier. Parmi les découvertes notables, on relève la présence de sablières basses composées de fragments de tuiles dans les espaces IV et V, témoignant donc d’une partition de ces espaces après avoir vraisemblablement constitué des portiques de façade de part et d’autre d’une porte axiale. La salle V, qui borde la chambre de chauffe des thermes, a livré, en son centre, plusieurs foyers successifs à vocation culinaire, comme le suggèrent la découverte d’une meule contre le mur nord de la pièce et la proximité du praefurnium, si bien qu’il est plausible d’interpréter cet ensemble comme une cuisine. Le passage charretier et les deux cours ont donné lieu à la révélation de sols superposés, parfois dans un très bon état de conservation et avec des traces d’ornières. Les sols de la cour sud sont nettement moins soignés que ceux de la cour nord.

Les thermes

3Les thermes, identifiés au corps de bâtiment oriental, ont été bien étudiés en 2012, de telle sorte que trois états architecturaux ont été attestés. Une inconnue demeurait néanmoins : les thermes 1 étaient-ils fermés au sud ? C’est pourquoi la fouille a été reprise au sud du mur de fermeture méridional de l’état 2 des thermes. Il apparaît qu’un mur (MR39) ferme, au sud, les thermes de l’état 1. Son état est fort dégradé puisqu’il a été en grande partie démonté au moment de la construction de l’état 2 des thermes, qui voit également l’édification du portique XIX, développé au sud des thermes et ouvert à l’est. La fouille de cette zone a aussi permis de mettre au jour un probable bassin d’eau froide du frigidarium de l’état 1 des thermes, qui se caractérise par un sol carrelé de dalles de terre cuite.

Découvertes et aménagements extérieurs

4L’un des objectifs majeurs de cette ultime campagne de fouille visait à examiner les aménagements extérieurs, partiellement aperçus jusqu’alors. En premier lieu, les structures hydrauliques devaient être étudiées en totalité. C’est ainsi qu’a été reprise l’étude des caniveaux qui bordent les thermes. Deux états avaient été identifiés en 2012, mais les structures n’avaient pas été totalement mises au jour. Ainsi, la canalisation CAN4, construite dès le premier état des thermes, et observée jusqu’alors le long du mur nord de ces derniers, se prolonge le long du mur est et prend fin à hauteur de la probable piscina des thermes 1. La canalisation tardive (CAN5), qui sert à vidanger la piscina et le solium du 3e état des thermes et qui se prolonge vers les latrines tardives (XXV), a été entièrement mise au jour. Au débouché de ces latrines, un fossé (FS3) a été observé et devait acheminer les eaux usées vers le sud-ouest, comme en témoigne la découverte d’un autre tronçon de ce fossé, 20 m plus au sud-ouest. Il ne fait guère de doute que ce dernier se dirigeait vers la rivière de La Baïse qui servait de déversoir aux eaux usées du relais routier.

5Par ailleurs, deux modestes sections de canalisations bâties avaient été mises au jour le long du mur ouest du bâtiment routier, l’une au sud de la salle de réception IX (CAN 1), l’autre à l’angle sud-ouest de la cour sud XXIV (CAN 7). Entre les deux, un sondage a révélé l’existence d’un fossé qui devait relier les deux conduites maçonnées. Un fossé reprend forme au sud de la canalisation CAN 7 et devait rejoindre, plus au sud, le collecteur FS3.

Fig 01

Effondrement du mur MR35.

6Au rang des découvertes les plus remarquables de 2013 se place la mise au jour de l’effondrement du mur de fond (MR35) de la cour sud, dont on distingue nettement les différentes assises de l’élévation en petit appareil calcaire lié au mortier de chaux.

7Enfin, la fouille a concerné la voie et la partie comprise entre celle-ci et le bâtiment. Deux chaussées de facture fort différentes ont été reconnues ; la plus récente offre comme revêtement un cailloutis calcaire et une bordure de pierres la limite au nord ; la plus ancienne, séparée de la précédente par un épais remblai de terre et de cailloux roulés, se compose de blocs calcaires posés à plat entre lesquels des fragments de calcaire ont été disposés. Malgré une fouille assez fine, aucun traceur chronologique n’a été rencontré dans les différentes strates de la voie. Toutefois, les relations stratigraphiques observées entre la route et le bâtiment permettent de conclure que la chaussée ancienne est antérieure à l’édification de la construction maçonnée, alors que la plus récente lui est contemporaine. Il convient d’ajouter que des sondages profonds pratiqués non loin de la voie ont révélé des vestiges de construction (sablière basse, trou de poteau), sûrement contemporains de la première chaussée et datés de l’époque augustéenne. À noter également la révélation d’un niveau de circulation particulièrement soigné entre la chaussée récente et l’entrée du bâtiment.

8La fouille de la mutatio de Vanesia livre, pour la première fois en Aquitaine méridionale, le plan d’un relais routier à l’architecture soignée, aux équipements et à la culture matérielle adaptés à sa vocation d’accueil des voyageurs. Nul doute que les messagers du cursus publicus y firent étape comme dans toutes les mutationes de l’Empire romain.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17325/img-1.png
Fichier image/png, 183k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabien Colléoni, « Saint-Jean-Poutge – La Molère », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17325

Haut de page

Responsable d'opération

Fabien Colléoni

Univ

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org