Navigation – Plan du site
2013

Nogaro – Cloître, collégiale Saint-Nicolas

Responsable(s) des opérations : Catherine Viers
Notice rédigée par : Catherine Viers

Entrées d’index

Mots-clés :

inhumation, cimetière, arcade

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Géographique :

Midi-Pyrénées, Gers (32), Nogaro
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.066;43.746;0.007;43.784

1Le projet de réaménagement des bâtiments du cloître de la collégiale en centre culturel est à l’origine de la prescription d’un diagnostic archéologique. Le projet prévoit l’installation d’une rampe longeant les bâtiments sur l’emplacement de la galerie et le décaissement du sol dans les ailes sud et est où se trouve la salle capitulaire. L’emprise prescrite a porté sur le cloître et l’aile sud dans un premier temps, sur laquelle trois sondages ont été réalisés. Cette opération fait suite à une opération de sondage réalisée par N. Pousthomis en 1991, dans des circonstances similaires.

2La présence de sarcophages du haut Moyen Âge découverts anciennement sur l’emprise du cloître et dans les sondages pratiqués sur l’aile orientale suggère une implantation antérieure à l’édification de la collégiale au xie s. Associées à ceux-ci, des tombes en coffre bâti en pierre ou en brique ont été découvertes en 1991. Datées typologiquement entre le xe et le xiiie s., l’une d’entre elles se trouve exactement sous l’emprise du mur bahut représenté par une tranchée d’épierrement à cet emplacement. Elle permet de confirmer une mise en place des tombes antérieure à la construction du cloître.

3Les sources archivistiques témoignent d’une fondation par l’évêque Saint-Austin de l’église Saint-Nicolas en 1060, érigée en collégiale au xiie s. Les bâtiments, église et bases des ailes occidentale et méridionale de la maison canoniale, témoignent de cette période. L’indication du nombre des chanoines, 12 en 1231, puis 13 en 1672 atteste de la permanence d’une petite communauté, malgré les destructions relatives aux Guerres de religion. En effet, les troupes de Montgoméry dévastent la ville en 1569, et les voûtes et les piliers septentrionaux de l’église sont détruits. Cette dernière ne sera reconstruite qu’en 1662.

4Les sondages indiquent que des inhumations s’installent dans le jardin du cloître probablement dès le début de la période moderne. Une tombe de la fin de cette période, implantée sur l’emplacement du mur bahut, indique que celui-ci est totalement dérasé lors de l’inhumation et permet de supposer que les destructions de 1569 ont aussi largement affecté la maison canoniale. La densité des sépultures à l’époque moderne suggère d’y voir le cimetière paroissial. L’exhaussement des seuils des portes traduit l’importante sédimentation du cloître, probablement liée à l’intensification des inhumations. Autour de 1790, le cimetière est transféré à l’extérieur de la ville.

5Différents chronogrammes au dessus des portes datent les nombreuses phases de transformations des bâtiments (1635, 1777 sur l’aile orientale, 1782 au dessus du portail de l’aile méridionale). L’analyse architecturale de cette dernière aile indique que le creusement et l’aménagement d’un niveau inférieur à celui donnant sur le cloître et ouvrant sur la place du Sol ne peut être antérieur à la période moderne.

6Enfin, l’ensemble collégial a fait l’objet de plusieurs campagnes de restauration au cours du xixe s. Outre celles engagées sur l’église, les arcades de la salle capitulaire ont été en grande partie refaites. Les sondages réalisés au pied du chapitre montrent en effet de profonds remaniements, et la destruction des niveaux d’inhumations sur plus d’un mètre d’épaisseur. Il semble qu’au même moment, les vestiges du mur bahut aient été recherchés, comme en témoigne le bouleversement d’une tombe établie sur son arasement côté sud.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Catherine Viers, « Nogaro – Cloître, collégiale Saint-Nicolas », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 19 mai 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17312

Haut de page

Responsable d'opération

Catherine Viers

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org