Navigation – Plan du site
2013

Lagraulet-du-Gers – Diagnostic

Responsable(s) des opérations : Catherine Viers
Notice rédigée par : Catherine Viers

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge*
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.157;43.847;0.239;43.927

1Le château de Lagraulet se répartit aujourd’hui en deux corps de bâtiments comportant tous deux des vestiges médiévaux entourés de douves, dont plus de la moitié septentrionale est encore en eau.

2Le premier château, probablement du xiie s., est constitué d’une tour puissante, de 12,50 m de côté, et d’un mur attenant. Ces vestiges sont très arasés mais d’une belle qualité de construction. L’épaisseur des murs (3,5 m) suggère le voûtement de la partie basse de la tour et un édifice de grande hauteur. Un corps de bâtiment se développe au nord-ouest de la tour, dont l’origine médiévale est attestée, et qui a depuis été maintes fois réaménagé. Une cheminée du xve s. – aujourd’hui dans les combles – témoigne d’une fonction résidentielle dotée d’un certain confort, et permet de proposer un schéma classique, avec corps de logis attenant à la tour et salle à l’étage.

3C’est probablement au xive s. qu’est édifié un second château, à l’ouest du premier, lors de la division en co-seigneurie de Lagraulet. Ce dernier, plus modeste, se compose d’une tour de 7,5 m de côté et d’un bâtiment attenant vers le nord. Les vestiges permettent de restituer un corps de logis sur trois niveaux – deux niveaux de stockage et un niveau résidentiel – au-dessus desquels s’élève la tour, déclinaison du fameux château gascon. C’est probablement à cette période que le site est doté d’une fortification englobant les deux châteaux, et entouré de douves encore visibles. Le bâtiment est très remanié, et en grande partie reconstruit à la fin du Moyen Âge ou au début de l’époque moderne, mais garde une fonction résidentielle probablement jusqu’à la fin de cette époque.

4Le sentiment prédominant à l’issue de ce diagnostic est celui d’un château en perpétuelle mutation depuis sa construction dès le xiie s. Si le xixe s. a été à l’origine d’importants nivellements qui ont fait disparaître les niveaux archéologiques, c’est entre la fin de la période médiévale et le début de la période moderne que le corps de bâtiment occidental a subi les plus radicales transformations. On peut regretter de ne pas avoir pu étudier plus en détail le corps de bâtiment oriental, qui aurait peut être permis de mieux cerner l’histoire de ce site fortifié.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Catherine Viers, « Lagraulet-du-Gers – Diagnostic  », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 18 mai 2016, consulté le 19 février 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17303

Haut de page

Responsable d'opération

Catherine Viers

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

  • Montricoux [Texte intégral]
    Place Lenoir, rue des Remparts, rue de la Brèche
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Midi-Pyrénées
  • Nogaro [Texte intégral]
    Cloître, collégiale Saint-Nicolas
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Midi-Pyrénées
  • Homps [Texte intégral]
    Au Vieux Château
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Midi-Pyrénées
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org