Navigation – Plan du site
2013

Auch – La tour des Pénitents Bleus

Responsable(s) des opérations : Magali Cabarrou
Notice rédigée par : Magali Cabarrou

Entrées d’index

Mots-clés :

tour, porte, courtine, rempart

Chronologique :

Gallo-romain, Moyen Âge

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.486;43.618;0.648;43.708

1À l'occasion de la publication des actes du colloque qui s’est tenu à Pau les 4-5 novembre 2011 et qui était consacré aux enceintes urbaines de Novempopulanie, il a été jugé intéressant de proposer la rédaction d’un article faisant le point sur les connaissances sur Auch dans l’Antiquité tardive. Une opération d'étude archéologique du bâti a donc été réalisée durant le mois de juillet 2013 sur la tour des Pénitents Bleus, rare vestige aucitain visible de cette période.

2La tour des Pénitents Bleus est enserrée dans le tissu urbain. Sur le flanc est de la ville haute d'Auch, elle occupe trois parcelles cadastrales correspondant à des habitations. Lors de l'étude, le logement du rez-de-chaussée actuel de la tour était inoccupé, facilitant le travail de relevé. Le bâtiment qui renferme la tour est constitué des murs visibles MR1 à MR9, dont les élévations intérieures sont plaquées et, par conséquent, impossibles à analyser. Une partie de la tour est également visible dans l'un des immeubles de la rue des Pénitents Bleus (parcelle 294). Le plan a été complété et deux murs supplémentaires, MR10 et MR11 ont été examinés. Enfin, dans la cour de l'immeuble situé sur la parcelle 926, le mur MR12, considéré jusqu'ici comme une portion de courtine médiévale, a attiré notre attention.

3D'après les observations réalisées sur le plan et les élévations du bâtiment, il apparaît que les murs qui constituent ou s'appuient sur des bases antiques doivent être les murs MR1 à MR4 pour la tour et MR10 et MR12 pour les courtines. La tour devait avoir une forme outrepassée en fer à cheval. Elle est constituée d'un trapèze, au nord-ouest, accolé d'un demi-cercle sur sa base sud-est. Sa cote est-ouest intérieure est de 5,60 m tandis que sa cote extérieure avoisine 7,50 m. La partie semi-circulaire a un diamètre intérieur maximal de 5,75 m et son diamètre extérieur est de 7,65 m. S'il est indéniable que les murs MR1 à MR3 font partie de la tour, son talon trapézoïdal est quant à lui difficilement décelable depuis l'extérieur du bâtiment. La largeur importante de MR4 ainsi que la toiture à cet endroit permettent d'affirmer qu'il s'agit du mur interne de la tour. Les murs de la tour antique avaient une épaisseur de 1 m environ.

Fig 01

Vue de la tour romaine depuis la rue des Pénitents Bleus

M. Cabarrou

4Cette tour a été bâtie sur le rocher. Son soubassement, formé de gros blocs parallélépipédiques en remploi, s'appuie sur une fondation constituée de moellons de modules divers et de fragments de briques liés par du mortier de chaux dans la partie sud-est de la tour tandis qu'au nord-est, il s'appuie directement sur le rocher. Les gros blocs sont de deux types : les premiers ont une hauteur régulière de 0,60 m, soit deux pieds romains, les autres ont des formes plus quelconques. La mise en œuvre rigoureuse des grosses pierres du soubassement de la partie sud-est de MR2 contraste avec celle de la portion visible dans l'immeuble de la rue des Pénitents Bleus. Il semblerait que ces blocs réutilisés n'aient pas été récupérés aux mêmes endroits et ne possèdent donc pas les mêmes qualités. Ce soubassement, en remploi, est caractéristique des enceintes du Bas-Empire.

Fig 02

Plan de la tour des Pénitents Bleus et des murs voisins

M. Cabarrou

Fig 03

Coupes A et B au sud-est de la tour

M. Cabarrou

5L'élévation est constituée, comme dans celles de nombreux remparts de Novempopulanie ou plus largement du sud-ouest de la Gaule, d'une alternance d'assises de moellons et de briques. Le module utilisé pour la construction est d’une hauteur de 0,60 m soit deux pieds romains. Il est constitué de quatre assises de moellons de 10 cm par 10 cm et de deux assises de briques de 2,5 cm à 3 cm d'épaisseur. Des assises de briques observées au nord-ouest de MR2 peuvent également être intégrées à l'élévation. Le dernier intervalle supérieur est quant à lui plus petit, mais il n'est pas impossible qu'à l'approche de la toiture, l'intervalle entre les briques ait été modifié pour différentes raisons esthétiques, constructives ou pratiques. La hauteur conservée de la partie antique de la tour est de 7,25 m (25 pieds environ). Treize ensembles moellons-briques peuvent être restitués en estimant que le dernier a une hauteur moins importante de 40 cm. Cette dernière dimension pourrait indiquer que nous sommes à proximité du couronnement.

Fig 04

Élévation nord-est des murs MR2 et MR3

M. Cabarrou

6Un élément supplémentaire peut être intégré à la restitution de cette tour. Sur MR1, une porte murée, puis enduite, a été étudiée. Le niveau de son seuil a été estimé au même niveau que celui de l'arase de MR12. Son linteau est situé en dessous du niveau haut conservé de la tour. Il pourrait s'agir d'une porte d'accès depuis la courtine.

7Enfin, sur le mur interne de la tour, un accès a été observé formant une porte d'entrée dans la tour depuis l'intérieur de la ville. Concernant les courtines, les indices sont malheureusement plus succincts. Il semble que seul le soubassement en pierres de remploi soit conservé au niveau de MR10. Le mur MR12 donne quant à lui des indications sur la largeur du rempart qui serait de 2 m.

8L'opération réalisée dans la rue des Pénitents Bleus a permis de récolter des informations sur l'enceinte antique d'Auch. L'étude détaillée ici permet d'affirmer que ce chef-lieu de cité de Novempopulanie possédait un monument défensif témoignant de son importance. Si des portions de ce rempart ont pu être observées, son tracé n'en reste pas moins très mal connu.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Magali Cabarrou, « Auch – La tour des Pénitents Bleus », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 18 mai 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17282

Haut de page

Responsable d'opération

Magali Cabarrou

AUT

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org