Navigation – Plan du site
2013

Auch – A Lagoudagne

Responsable(s) des opérations : Fabienne Landou
Notice rédigée par : Fabienne Landou

Entrées d’index

Chronologique :

Gallo-romain

Géographique :

Midi-Pyrénées, Gers (32), Auch
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.486;43.618;0.648;43.708

1Le projet de Zone d’Activité porté par Grand Auch Agglomération au lieu-dit A Lagoudagne est à l’origine de cette opération de diagnostic. L’emprise du projet, qui concerne la partie sud-est de la parcelle DW 23, se situe à environ 6 km au nord du centre actuel de la ville d’Auch, le long de l’ancienne voie ferrée reliant Auch à Agen. Située à 160 m de la rive droite du Gers, la parcelle concernée occupe un petit relief, dont l’altitude est comprise entre 119 m et 123 m NGF, et domine la zone inondable.

2Ce secteur est très riche en vestiges antiques. Plusieurs tronçons de la voie antique Auch-Lectoure ont été détectés. Un sarcophage en plomb et un enclos ont été observés au lieu-dit Lamothe. Au lieu-dit A Lagoudagne, un ensemble interprété comme une villa a été repéré par photographie aérienne. Par projection, il est situé en bordure ouest de la voie antique mentionnée ci-dessus. Cet ensemble se composerait d’un corps principal allongé précédé au nord par deux longs murs perpendiculaires à son axe. Au sud du corps principal s’étendrait un édifice, bordé par des petites pièces. Les ramassages de surface ont permis de récolter du mobilier daté du ier et du ive s. Cet ensemble est localisé pour une grande partie dans l’emprise du futur projet d’aménagement.

3L’emprise totale du projet porte sur une surface totale de 32 509 m2. Le creusement des 49 sondages et fenêtres, qui équivaut à une ouverture à 7,6 % de l’emprise totale accessible, a permis de mettre au jour des vestiges ou des indices d’occupation dans 24 d’entre eux. Les 132 structures reconnues, localisées dans la moitié sud de l’emprise du diagnostic, sont dispersées sur une surface de 20 000 m2. La plupart des vestiges sont apparus entre 0,20 et 0,60 m de profondeur et ils présentent de manière générale un bon état de conservation malgré leur faible profondeur d’enfouissement. Dans le secteur sud-est de l’emprise, la stratigraphie est remarquable pour un site en contexte rural. En effet, les niveaux d’occupation et les structures les plus anciens ont été identifiés entre 0,80 et 1,15 m de profondeur.

4Rares sont les indices qui permettent d’envisager une occupation antérieure au ier s., même si quelques tessons épars datés de la Protohistoire récente (Second âge du Fer) ont été recueillis à la base des labours dans la moitié nord-est de l’emprise.

5Le bâtiment principal, déjà repéré en photo aérienne, structure l’espace selon un axe sud-sud-ouest - nord-nord-est.

6Ce bâtiment, reconnu sur 100 m de long maximum et sur 40 m de largeur, est composé de nombreux murs en fondation ou épierrés, de sols dont certains sont en béton de tuileau, et de quelques aménagements particuliers. Bien qu’un plan détaillé du bâtiment n’ait pu être établi dans le cadre du diagnostic, la distribution des murs reconnus suggère une partition interne qui peut être la conséquence soit de phases successives d’aménagement/transformation, soit de nouvelles phases d’occupation. Le corpus céramique atteste plutôt d’une première phase d’occupation au Haut-Empire – centrée sur le deuxième et le dernier tiers du ier s. – mais l’hypothèse d’une implantation plus précoce – augustéenne – est à envisager. Une occupation de certains espaces au Bas-Empire, sans doute au ive s., est attestée.

Fig 01

Plan de localisation des sondages et des structures.

7Les fondations de murs repérées au sud pourraient faire partie d’un second bâtiment ou d’une plausible extension méridionale du corps principal. Cet ensemble, daté du ier s., fonctionne avec certains niveaux de sols et maçonneries reconnus à l’intérieur et à l’extérieur du corps principal et clairement identifiés comme appartenant à la même période. Les structures isolées rencontrées au sud-ouest semblent relever pour partie de cette phase d’occupation.

8Au sud-est, les bases de pilier entre lesquelles s’intercalent des structures foyères marquent un autre type d’occupation, à mettre en relation peut-être avec une activité domestique extérieure à l’habitat ou avec une activité artisanale. Cette occupation intervient entre la première moitié du ier s. et le ive s.

9L’espace au-devant du corps principal de bâtiment a surtout livré des structures dont la nature – trous de poteau, fosses, fossés – évoque plus une occupation extérieure périphérique – peut-être une cour – et cela même si elles peuvent relever de phases d’occupation tardives, du Bas-Empire ou du Moyen Âge.

10Enfin en périphérie nord-est, les maçonneries et les bases de pilier se développent perpendiculairement à l’axe du corps principal sur une bande de 65 m de long et de 35 m de largeur au minimum. Ces structures définissent la trame de plusieurs aménagements et/ou bâtiments, dont certains sur plots. Malgré l’absence d’éléments de datation, cet ensemble de maçonneries homogène et soigné, paraît plutôt à rattacher au Haut-Empire, même si l’hypothèse d’un fonctionnement plus tardif ne peut être écartée.

11Les traces d’occupation médiévale sont ténues. Un silo, certainement associé à un probable autre silo, est la seule structure médiévale attestée. Cependant, la présence au nord-est du bâtiment de tessons épars dans les labours et les remblais incite à penser que cette structure n’est pas isolée.

Fig 02

Sol en béton de tuileau avec empreintes du dallage en marbre, aménagement et angle de murs (vues vers le nord - nord-est)

F. Landou

Fig 03

Vue générale des sols en béton de tuileau antiques et du silo médiéval (vue vers le nord-ouest)

F. Landou

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabienne Landou, « Auch – A Lagoudagne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 04 mai 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17272

Haut de page

Responsable d'opération

Fabienne Landou

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org