Navigation – Plan du site
2013

Saint-Jean-et-Saint-Paul – Les Touriès

Responsable(s) des opérations : Philippe Gruat
Notice rédigée par : Philippe Gruat

Entrées d’index

Mots-clés :

podium, fosse, tumulus, stèle, monolithe

Chronologique :

âge du Fer

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=2.946;43.901;3.105;43.957

1La deuxième année du programme triennal 2012-2014 confirme tout l’intérêt scientifique du site des Touriès, révélé par une opération d’évaluation (2008) puis par quatre campagnes de fouilles programmées (2009 à 2012). Les recherches 2013 se sont concentrées, comme prévu, sur la poursuite du démontage du podium commémoratif composite du ve s. av. J.-C., selon la chronologie relative du gisement qui commence à être bien étayée. Ces investigations ont permis de progresser sur nombre de détails architecturaux et stratigraphiques, tout en livrant un abondant mobilier, essentiellement des fragments de stèles en grès. Au total, les 40 000 fragments qui ont été mis au jour, du simple éclat au monolithe complet, appartiennent à 40 à 50 stèles, statues ou piliers représentant environ 8 tonnes. Pour les principaux acquis antérieurs, nous renvoyons aux précédents BSR.

Fig 01

Vue de la stèle 34 complète, découverte à la base de l’extrémité nord-est du parement M. 4 du monument B

Ph. Gruat, SDA 12

2Un seul nouveau calage de poteau (TP. 53) des premières occupations chalcolithiques du site (phase 0) a été fouillé à la base de l’US 1041, devant le parement M. 5 du monument B.

3Le niveau argileux US 1014 (phase I), qui se développe sous le monument A et manifestement sous le monument B, repose sur le socle à la base de la partie centrale du podium. Le début de son exploration montre que sa surface a été perturbée par les installations du Ve s. av. J.-C. Un premier aménagement commence à se dessiner (S. 1). Il s’agit d’un calage allongé et étroit, au tracé oblique (78° E) par rapport à l’axe du podium. Il n’est pas sans évoquer une sablière basse d’environ 1,40 m de long sur 0,15 m à 0,20 m de large. Sa fonction exacte reste à préciser au sein d’un horizon où les fragments de stèles sont déjà bien présents. La fouille des structures des phases III qui suivent l’édification du monument B (phase IIb) devant sa façade nord-est, a livré plusieurs ancrages de dimensions modestes (piliers ?) aménagés dans le socle (TP. 44, 45, 48 et 52). Bien que mal assurés sur le plan de la chronologie relative, ils semblent plus anciens que les aménagements des phases III. Trois d’entre eux ont fait l’objet d’une condamnation à l’aide de petits blocs.

4La fouille 2013 a mis au jour, outre les structures des phases III déjà décrites lors des campagnes antérieures, deux nouvelles grandes fosses d’ancrage implantées dans l’axe et devant la façade nord-est du monument B : TP. 46 et 49. La première, de grandes dimensions, pouvait accueillir un imposant monolithe. Elle a également été comblée par de gros blocs lithiques dont des fragments de stèles.

5La fouille, puis le démontage des parements et du blocage du monument B ont été menés jusqu’à leur terme. Ces travaux ont permis de :

6• confirmer que le monument B, probablement protégé par un portique, monumentalise le tertre sous-jacent (US 1011-1051) de la phase IIa, un tumulus semble-t-il, en rassemblant et exhibant nombre de stèles antérieures ;

7• déposer et mettre à l’abri près d’une dizaine de stèles plus ou moins complètes et réemployées dans le parement M. 4 (stèles 22, 23, 28, 29, 30, 32, 33 et 34). Trois exemplaires (30, 33 et 34) semblent présenter un enduit ocre proche de celui mis en évidence sur la stèle 11 lors de son nettoyage ;

8• mettre en évidence la présence, sous le monument B, d’un niveau plus ancien (US 1039) sur lequel repose un monolithe (n° 41) couché à proximité de sa probable fosse de calage, peut-être un pilier. L’aménagement du couloir excavé (US 1049) et de son parement interne M. 13 du monument B ne permet malheureusement pas de connaître les relations stratigraphiques entre l’US 1039 et le tertre sous-jacent.

Fig 02

Vue de la stèle ou du pilier 41 découvert à proximité d’une fosse d’ancrage aménagée dans les horizons anciens du site (en blanc), sous le monument B (en noir). Les chiffres en gris indiquent les numéros des stèles en grès

Ph. Gruat, SDA 12

9Par ailleurs, une fosse de grandes dimensions (TP. 47), prise indiscutablement sous les matériaux du tertre sous-jacent, indique bien que certaines stèles ont été érigées sur le site avant la construction de ce probable tumulus, à la surface duquel sont également fichées deux bases de stèles (n° 13 et 40) et une centaine pierres calcaires.

10Parallèlement, la fouille du péristalithe et de son tertre argileux (phases IVa et IVb) constituant l’extrémité nord-est du podium a été poursuivie. Ces investigations ont mis au jour :

11• une nouvelle fosse (u.s. 1053/1054), riche en mobilier céramique attribuable autour du milieu du Ve s. av. J.- C. et creusée à la surface du tertre ;

12• deux trous de poteau (TP. 50 et 51) creusés dans le socle calcaire, plus anciens que l’u.s. 1009 mais non datés précisément.

13Enfin, à l’extrémité sud-ouest du podium, le démontage des structures de l’extension méridionale (phase Vc1) et de l’ensemble parementé u.s. 1001 G ont été menés à bien sans grande nouveauté par rapport à la campagne 2012.

14Les fouilles, toujours en cours, du site des Touriès apportent une contribution majeure à la connaissance d’un complexe protohistorique à stèles. Son intérêt réside dans le fait qu’il est abandonné précocement, à la charnière du Ve et du IVe s. av. J.-C., sans donner naissance à une agglomération comme c’est souvent le cas dans le Midi de la France, avec réemploi symbolique de certains monolithes dans le rempart. Il permet donc, pour une des toutes premières fois en Méditerranée nord-occidentale et en Europe celtique, une approche de la genèse et du fonctionnement d’un sanctuaire héroïque archaïque.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17262/img-1.png
Fichier image/png, 784k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17262/img-2.png
Fichier image/png, 885k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Gruat, « Saint-Jean-et-Saint-Paul – Les Touriès », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 03 mai 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17262

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Gruat

COL 12

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org