Navigation – Plan du site
2013

Rodez – L’aqueduc de la ville de Segodunum

Responsable(s) des opérations : Yves Blanc
Notice rédigée par : Yves Blanc

Entrées d’index

Mots-clés :

aqueduc, piédroit, parcours

Chronologique :

Gallo-romain
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=2.533;44.341;2.606;44.378

1Conformément à une demande du SRA du Midi-Pyrénées, cette recherche thématique concerne l’étude de l’aqueduc antique de la ville de Rodez durant l’Antiquité.

2Oublié des recherches archéologiques du département durant plus d’un siècle, l’aqueduc antique de Segodunum avait pourtant passionné les chercheurs et érudits du xixe s. En effet, afin de répondre au besoin en eau des habitants de cette cité, le conseil municipal de la ville avait engagé sous les conseils éclairés des membres de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron une restauration partielle de l’édifice antique. Dirigés de 1853 à 1857 par l’agent-voyer en chef du département, M. Romain, ces travaux ont précisé une portion significative de la conduite souterraine. Les comptes rendus de cette restauration constituent aujourd’hui les principales sources documentaires. Néanmoins, il subsiste de nombreuses zones d’ombre aussi bien sur la zone primaire de l’aqueduc, fortement remaniée lors de la restauration, que sur la partie finale : le passage de la vallée de l’Aveyron et le réseau de distribution dans la cité.

3Les Romains captaient les eaux de la région du village de Vors (commune de Baraqueville), située à plus de 12 km du centre de Segodunum. Suivant tout d’abord en légère pente les courbes de niveau d’altitude du terrain, les eaux traversaient les régions escarpées grâce à une conduite souterraine et sinueuse de près de 24 km de long. Ensuite, la conduite devenait aérienne sur une longueur de 900 m à proximité du plateau de la Boissonnade, à 4 km du centre de la ville. Le radier est alors à une altitude proche de 650 m et domine toujours la cité de Segodunum culminant, elle, à 630 m. La suite du parcours est plus énigmatique. La vallée creusée par la rivière Aveyron a été une difficulté majeure à franchir pour les ingénieurs romains, du fait de sa forte profondeur et de sa déclivité. La solution adoptée a probablement été la réalisation d’un siphon, à l’image de ceux de Lyon. Les indices archéologiques laissés par un tel ouvrage sont malheureusement faibles. Le passage de la vallée de l’Aveyron fera l’objet d’une étude plus précise pour l’année 2014.

Fig 01

Coupe d’un regard antique selon M. Romain (1854).

Archives de la bibliothèque municipale de Rodez – Cote 3N1. 64

Fig 02

Proposition de projection de parcours sur fond aérien : géoportail - départ de la conduite souterraine – Village de Vors

Réalisation Y. Blanc

4Dans la continuité de la prospection menée l’année précédente, celle de 2013 avait pour principal objectif l’élaboration d’une proposition de parcours. Elle a été réalisée de la zone primaire de Vors à la région du village du Cluzel situé à mi-parcours de la conduite souterraine. Sur cette portion, les recherches de terrain ont permis la découverte de deux regards aux caractéristiques antiques. Le premier, situé à proximité du lieu-dit la Valière, dispose encore de sa dalle supérieure. En complément de la proposition de parcours sur fonds IGN, aérien et cadastré, une analyse approfondie des données historiques m’a permis de proposer une synthèse de la situation potentielle du radier et de la conduite pour chaque portion étudiée (profondeur, pente, état sanitaire de la conduite au xixe s.).

5Le parcours proposé dans la région de Vors, départ de la conduite souterraine, a été confirmé par le diagnostic archéologique réalisé à Vors par le SDA de l’Aveyron fin 2013. Identifiée comme une portion restaurée (rapport prospection 2012) une conduite en ciment de Vassy y a été découverte. Elle a été posée par les techniciens du xixe s. sur le radier antique de l’aqueduc. Sur une des deux tranchées réalisées dans la zone concernée, un piédroit antique a également été découvert. La surface de ce piédroit, conforme aux caractéristiques suggérées par la documentation historique, ne disposait pas de revêtement hydraulique.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17253/img-1.png
Fichier image/png, 50k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17253/img-2.png
Fichier image/png, 565k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yves Blanc, « Rodez – L’aqueduc de la ville de Segodunum », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 03 mai 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17253

Haut de page

Responsable d'opération

Yves Blanc

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org