Navigation – Plan du site
2013

Auzat – Montréal-de-Sos

Responsable(s) des opérations : Florence Guillot
Notice rédigée par : Florence Guillot

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.351;42.602;1.518;42.793

1La fortification de Montréal-de-Sos est située sur un promontoire rocheux calcaire dominant de plus de 250 m de haut un bassin d’habitat de la vallée montagnarde du Vicdessos, affluent de l’Ariège. Au cœur du versant nord des Pyrénées, cet ouvrage s’inscrit à l’amont des zones habitées, dans un espace limitrophe des vallées andorranes et catalanes.

2Une enquête documentaire a permis, préalablement à l’enquête de terrain, de se rendre compte qu’il s’agissait d’un ouvrage majeur dans la géopolitique des comtes de Foix au xiiie s. Il formait – avec trois ou quatre autres castra, véritables nids d’aigles éloignés du monde civil – le cœur d’un ensemble défensif stratégique imposant, puissant réseau de forteresses.

3L’éperon de Montréal-de-Sos comporte deux parties distinctes, étagées, qui pourraient correspondre à une portion d’habitats – sous-jacente et semi-enveloppante – et à un caput castri supérieur. Les vestiges de constructions visibles étaient rares avant la fouille.

4Des grottes éparses sur les flancs comportent des vestiges de structures dont certaines ont été déjà fouillées clandestinement. Des peintures ont été conservées sur les parois de deux baumes. Très célèbres, elles sont le souci d’une mystique récente liée à un catharisme totalement fantasmé.

5Le site est en montagne et ne s’atteint pas en véhicule. En dehors des recherches documentaires et archéologiques, ce site est l’objet d’un programme de valorisation de la commune d’Auzat qui inclut des restaurations dont il a fallu retrouver les savoir-faire et qui utilisent des méthodes traditionnelles respectueuses de l’environnement, telles que le transport muletier pour le dégagement des gravats et la montée des matériaux.

6De 2002 à 2003, des opérations de sondage dans la partie supérieure du castrum ont montré la complexité du site tant du point de vue du bâti que de la densité de ses occupations. Depuis 2004, le cœur de ce château, c’est-à-dire le quartier autour de la tour maîtresse, est l’objet de fouilles programmées. De 2006 à 2008, eut lieu une opération triennale toujours sur le même quartier, mais dont l’objectif était de le fouiller entièrement ainsi que ses proches abords. Celle-ci s’est poursuivie par une opération biennale de fouilles programmées en 2009-2010. L’année 2011 a permis de finaliser les opérations archéologiques dans le caput castri tandis que commençait la rédaction d’une publication monographique sur les 10 années de recherches archéologiques. L’année 2012 a été l’occasion d’effectuer un sondage dans une grotte fortifiée située au-dessous du château, le long de l’accès principal. Puis, en 2013, un dernier sondage a eu lieu dans la tour d’entrée de la fortification, au-dessus de la grotte.

7Il s’agissait de vérifier certaines données suite au sondage de l’été 2012 qui avait eu lieu dans la grotte qui est située juste sous la tour, notamment l’origine des unités perturbées découvertes. En effet, celles-ci pouvaient avoir été mises en place par une ancienne fouille clandestine, ayant eu lieu dans le porche ou par la chute, depuis la tour du Campanal et par-dessus la falaise, d’éléments issus du château. L’origine des éléments découverts, notamment des 3 700 fragments d’enduit peint d’église posait donc problème et devait être vérifiée.

8En 2013, il s’agissait aussi, dans le cadre de la publication synthétique en cours sur la fouille de Montréal-de-Sos qui dure depuis 2002, de vérifier la chronologie de l’enceinte qui était mal assurée par la fouille du caput castri. Celle-ci date bien de la fin du xiie s. ou du tout début du xiiie s. Cette grande forteresse de montagne n’a donc été équipée d’une enceinte maçonnée et d’une tour maîtresse que tardivement et est restée, jusqu’au xiie s., un éperon barré par des crans taillés dans le lapiaz du côté accessible. Les falaises qui entouraient 90 % du sommet assuraient le reste de la protection sans enceinte en moellons. La fouille d’une partie des crans de l’éperon a révélé une occupation bien affirmée au Moyen Âge central, mais elle est trop limitée dans l’espace pour savoir si les volumes taillés pour barrer l’accès sont synchrones de cette occupation ou antérieures. Rappelons que le sommet de Montréal-de-Sos fut occupé depuis au moins la période du Bronze moyen et que certaines phases, ainsi la fin de l’âge du Fer, ont livré des quantités importantes de mobiliers.

9L’étape de la construction maçonnée, tardive, puisque débutant à la fin du xiie s., correspond aux changements de la forme du pouvoir sur le secteur. La reconstruction du site avec un gros œuvre maçonné fut menée au moment où les comtes de Foix affirmèrent une suzeraineté sans partage sur la haute vallée. En même temps qu’ils passèrent des accords (oraux) avec les habitants de la « vallée » (ce terme, ainsi que les « vallées d’Andorre » à la même époque ne recouvre pas une réalité spatiale mais définit un groupe d’hommes et de femmes des communautés villageoises alentour), ils érigèrent un castrum de forme nouvelle dans l’esprit de la nouveauté de leur pouvoir.

10À quelques dizaines de mètres de l’entrée, des deux côtés de l’unique chemin accessible aux équidés, on disposa des fortifications au moment où on construisit le château maçonné. Un petit sommet reçut une barbacane sous la forme d’une tour rectangulaire et un porche de grotte fut barré d’un large mur maçonné permettant la surveillance et la défense du chemin par le côté et par-dessus.

11Cette grotte servit à quelques inhumations dès le début du xiiie s. (dates radiocarbone AMS) et devait abriter une chapelle : elle était nommée grotte du Campanal. Le saint (ou la sainte ?) protégeait ainsi l’accès de la fortification. L’église du village situé 1 km en amont est dédiée à Saint Michel, bien qu’il s’agisse d’un village ouvert. La chapelle de la grotte du Campanal pourrait donc avoir été dédiée à la Vierge, car on remarque très souvent une association Sainte Marie-Saint Michel dans les fortifications médiévales de la région.

12Peu de temps après que le castrum fut arasé, à la fin du xive s., on abandonna la grotte. Mais elle fut entièrement réaménagée à l’époque moderne : on y pratiqua de nouvelles inhumations, on aménagea des accès et on peignit, dans deux baumes, des figurations d’inspiration chrétienne bien que très schématiques. L’une d’elles est située juste à côté de la grotte et forme presque une chapelle à l’établissement cultuel installé dans le grand porche. C’est celle-ci qui fait l’objet, actuellement, d’un mysticisme développé. Elle a été entièrement repeinte (par qui ?) cet été. L’autre est un oratoire disposé le long de l’accès aménagé.

13Enfin, le sondage 2013 a révélé que le secteur de la tour du Campanal avait été utilisé comme poste de surveillance au xxe s., face à la route du fond de la vallée du Vicdessos, mais nous n’avons pas pu définir s’il fallait rattacher cette utilisation à la Première ou à la Seconde guerre mondiale.

14Les rapports de fouilles sont téléchargeables sur http://www.lebarri.com/​montreal.php. (Responsable de l’opération : Florence Guillot)

Fig 01

Tour du campanal érigée à la fin du xiie s. ou au début du xiiie s. à Montréal-de-Sos. Située près de l’entrée de la fortification, elle dominait les derniers lacets de l’accès. Seuls les murs liés à l’enceinte étaient en pierre, les deux autres faces, intérieures à la fortification, étaient en matériaux organiques. Le rez-de-chaussée de la tour était muni d’un foyer aménagé au ras du sol avec une sole en argile.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/17170/img-1.png
Fichier image/png, 226k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Florence Guillot, « Auzat – Montréal-de-Sos », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 03 mai 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://adlfi.revues.org/17170

Haut de page

Responsable d'opération

Florence Guillot

COL

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org