Navigation – Plan du site
2013

Graye-sur-Mer – Le Bougon, Les Coteaux du Marais

n°3445
Responsable(s) des opérations : David Giazzon
Notice rédigée par : David Giazzon

Entrées d’index

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.514;49.316;-0.462;49.344

1L’opération de diagnostic réalisée sur la commune de Graye-sur-Mer, au lieu-dit le Bougon, fait suite à un projet d’aménagement proposé par la société L.M. Promotion. Le projet couvre une superficie de 22 951 m2. L’emprise des travaux se situe à proximité du littoral et non loin de la Seulles qui se déverse à quelques centaines de mètres au nord-est du site.

2Le diagnostic s’est déroulé avec la réalisation de 6 tranchées et de quelques ouvertures supplémentaires, soit un total de 2937 m2 ouverts (12,8 %). Ces décapages ont permis d’identifier 82 anomalies, qui sont plutôt concentrées dans le secteur ouest de l’emprise. Ces vestiges appartiennent à trois horizons chronologiques distincts : le Néolithique, La Tène finale et l’époque contemporaine. L’occupation néolithique est documentée par la découverte de silex taillés (nucléus, grattoirs…). Mieux documentée, l’occupation protohistorique est matérialisée par un ensemble de structures. Elle se définit par une zone enclose de fossés (1200 à 1500 m2). L’intérieur de cet espace présente un niveau d’une puissance de 0,20 m constitué de limon brun dans lequel se trouvent de nombreux blocs de calcaire chauffé, des vestiges céramiques, métalliques, osseux et des poches de coquillages (moules en particulier). Quelques fragments de godets à sel et des éléments de briquetage complètent l’assemblage. On rencontre également quelques structures, dont une de combustion et une très vaste fosse dont la profondeur atteint 1,90 m. Cette dernière, sondée, livre des restes d’éléments d’architecture sous la forme de nodules d’argile rubéfiée clayonnée. En dehors de la zone enclose, des structures (fossés, fosses et trous de poteau) ont été détectées. Elles présentent un comblement sommital comparable à celles découvertes dans l’enclos (pierres chauffées). À ces découvertes s’ajoute une incinération en vase dont l’attribution chronologique reste méconnue.

3Les indices qui ont été détectés lors de cette opération de diagnostic présentent un intérêt incontestable. L’enclos mis au jour intègre une vaste trame fossoyée. Les activités artisanales, et tout particulièrement la fabrication du sel, demeurent encore trop peu documentées ; leur présence au sein d’un établissement domestique offre l’opportunité d’en saisir le mode de fonctionnement et peut-être d’en évaluer le mode de diffusion. Ce type d’occupation est susceptible d’apporter de nouvelles connaissances sur l’appropriation des matières premières issues du milieu marin et de déchiffrer l’économie générée par cette activité. Il convient d’ajouter que l’état de conservation des vestiges est très satisfaisant : faune et métal constituant souvent les parents pauvres des restes mobiliers protohistoriques.

4Pour ce qui est de la période contemporaine, des vestiges sont attribués à la Seconde guerre mondiale. Ils se manifestent sous la forme de structures ponctuelles livrant quelques restes de type chaussures et boîtes de conserve.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

David Giazzon, « Graye-sur-Mer – Le Bougon, Les Coteaux du Marais », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 16 mars 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16945

Haut de page

Responsable d'opération

David Giazzon

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org