Navigation – Plan du site
2013

Méautis – RD223

n°3438
Responsable(s) des opérations : Élise Séhier
Notice rédigée par : Élise Séhier

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge

Nature des opérations :

Fouille préventive (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.337;49.253;-1.265;49.312

1Une fouille a été menée aux mois d’août et septembre 2013 sur le site de Méautis, RD 223, diagnostiqué par L. Paez-Rezende (Inrap), sur les terrains prévus pour la construction d’une usine de fabrication de produits laitiers par la société des Maîtres Laitiers du Cotentin. Si la mémoire contemporaine se souvient des épisodes marquants du Bloody Gulch qui ont eu lieu sur ces terrains lors de la Seconde guerre mondiale, l’emprise, décapée sur 2 hectares, a révélé l’existence de traces humaines plus anciennes correspondant à un habitat rural du haut Moyen Âge daté des viie-xe s. La caractérisation, le phasage et l’étude de cet établissement sont actuellement en cours.

2L’occupation se présente sous la forme d’un établissement enclos au moyen de fossés d’envergures importantes qui se localisent le long de terrains appartenant aux marais bordant la ville de Carentan. Ce dernier est ouvert sur le tracé d’une voie d’origine antique longeant ces mêmes terrains. L’intérieur de cet enclos est subdivisé par de petits fossés, de plus faible ampleur, qui organisent l’espace et créent des zones aux vocations différentes. En marge du marais, on note une zone dédiée à une ou des activités restant à définir à ce jour. Ce secteur est caractérisé par l’aménagement d’excavations à la morphologie complexe, de fosses et de bâtiments sur poteaux. Adjacent à ce dernier, au nord, se déploient de petits lopins de terre ceinturés de fossés et vierges de structures anthropiques qui sont vraisemblablement voués à la culture ou à l’élevage. Au sud de la zone d’activité et également enclos, se développe un espace destiné à l’habitat domestique.

3Cette aire accueille fosses, fonds de cabane et plusieurs bâtiments sur poteaux de terre et de bois, comme en témoigne la quantité de fragments de torchis découverte sur le site. Au sud-est de ces habitations, adjacent à ces dernières mais dans une parcelle distincte, se localise un grand bâtiment sur poteaux et solin (ou sablière) accompagné des reliquats d’un niveau de cour empierrée et damée. Le mobilier qui en est issu (clé, fragment de mortier peint…) affiche nettement un statut plus élevé de cet habitat au regard des autres qui n’ont livré que des lots de céramique domestique. À l’extérieur de l’enclos principal s’étend, à l’ouest, une division parcellaire où seules des fosses ont été mises en évidence. Cet espace semble voué aux activités agro-pastorales. Au sud, en revanche, en limite de l’emprise fouillée, nous connaissons l’existence d’une zone de chauffe où un minima de deux fours et deux foyers ont été découverts lors de la réalisation du diagnostic archéologique. Ces éléments n’appartenaient pas à l’emprise fouillée.

4La récente étude céramique nous permet d’ores et déjà de définir deux grandes phases d’occupation du site. La première correspond à l’implantation de ce dernier qui a eu lieu dans le courant du viie-viiie s. La seconde est attribuée à la fin du ixe et au xe s. Une autre phase est pressentie pour les viiie-ixe s. affichant nettement une continuité d’occupation du viie au xe s. Toutefois, la problématique majeure de l’étude céramologique du site porte sur le faible nombre de référentiels céramiques du haut Moyen Âge en Basse-Normandie et plus encore dans la Manche. Plusieurs éléments du corpus de Méautis sont en parfaite adéquation avec une occupation de la fin de la période mérovingienne et couvrant la période carolingienne, et quelques artefacts tendraient à être définis comme appartenant aux viiie-ixe s. Toutefois, leur caractérisation chronologique ne pourra être attestée qu’après l’obtention des résultats des analyses radiocarbones qui ont été effectuées au niveau des structures associées à leur découverte. Les pièces céramiques mises au jour sur le site comportent des jattes, des écuelles, des bols, des cruches et des pots. Ce corpus affiche très nettement le caractère domestique de l’habitat.

5Cet habitat offre une parenté directe avec les quelques établissements ruraux du haut Moyen Âge recensés à ce jour à travers la Basse-Normandie. Il est vraisemblablement lié à des activités agro-pastorales et son implantation possède un lien indéniable avec le marais. Sa définition, tant domestique et économique qu’agraire, reste à approfondir afin de caractériser et de mettre en valeur l’occupation dans l’espace rural du parc des marais du Cotentin et plus généralement dans le nord-ouest de la Gaule franque.

Fig 01

Vue aérienne du site

Cliché H. Paitier, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16761/img-1.png
Fichier image/png, 341k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Élise Séhier, « Méautis – RD223 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Basse-Normandie, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16761

Haut de page

Responsable d'opération

Élise Séhier

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org