Navigation – Plan du site
2013

Gisors – Léproserie Saint-Lazare, Chapelle Saint-Luc

n°17-1757
Notice rédigée par : Aminte Thomann et Raphaëlle Lefebvre

Entrées d’index

Chronologique :

bas Moyen Âge, Temps Modernes

Géographique :

Normandie, Eure (27), Gisors

Nature des opérations :

Diagnostic (EV)
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE commune : 27284
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.726;49.247;1.803;49.308

1Le diagnostic archéologique effectué en avril 2013 à l’intérieur de la chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare de Gisors a permis de mettre en évidence des niveaux principalement funéraires, mais également une fosse dont la fonction et la datation sont indéterminées et un trou de pilier d’époque moderne ou contemporaine.

2Au sein des deux sondages effectués (dans le chœur et dans la nef, cf. fig.), cinq sépultures ont été observées et quatre ont été fouillées. Elles se trouvent toutes dans l’axe central de l’édifice. Celle du chœur (SP 101), creusée dans le sol géologique, a la particularité d’être orientée est-ouest avec un coffrage en bois très bien conservé. Les sépultures de la nef s’étagent sur plusieurs niveaux et deux périodes d’inhumation ont été constatées, au Moyen Âge et à l’époque moderne. L’intervalle entre ces deux périodes voit l’installation d’un niveau de sol. Les quatre tombes en place observées dans la nef sont toutes ouest-est.

3L’observation de niveaux de terre de cimetière remuée dans les deux sondages témoigne de la présence d’autres sépultures perturbées anciennement. Le décompte des ossements déconnectés a pu mettre en évidence la présence d’au moins huit adultes et d’un adolescent en plus des cinq individus en place. La synthèse de nos données avec celle d’un sondage archéologique effectué en 1996, au centre de l’édifice, indique la présence d’au moins sept sépultures trouvées. Si celle du chœur et celle du sondage de 1996 affleurent sous le niveau de préparation du sol actuel, les inhumations de la nef atteignent une profondeur d’1,30 m.

4L’étude biologique des squelettes montre un échantillon d’adultes composé de deux jeunes femmes, d’un homme et de trois individus de sexe indéterminé. L’observation de lésions pathologiques sur les squelettes a pu mettre en évidence un cas de rachitisme pendant l’enfance et, sur le même individu, un cas possible de goutte.

Fig. 01

Plan de la chapelle avec les sondages de 1996 (SD 9) et 2013 (SD 1 et SD 2)

B. Le Cain, R. Lefebvre et É. Ravon

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16567/img-1.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Aminte Thomann et Raphaëlle Lefebvre, « Gisors – Léproserie Saint-Lazare, Chapelle Saint-Luc », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16567

Haut de page

Responsables d'opération

Aminte Thomann

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Raphaëlle Lefebvre

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org