Navigation – Plan du site
2013

Breteuil-sur-Iton – Rues du Docteur Brière et Gilbert Daudin

n°17-1918
Responsable(s) des opérations : Nicolas Roudié
Notice rédigée par : Nicolas Roudié

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.844;48.817;0.945;48.886

1Les vestiges archéologiques repérés lors de ce diagnostic constituent un petit aperçu de l’histoire de Breteuil et apportent déjà quelques indices précis, en particulier sur la fonction de cette parcelle. Ils soulèvent bien des questions concernant le détail des activités artisanales médiévales (fonctions, organisation, évolution) et sur le tracé supposé des remparts.

2Au Moyen Âge (xe-xive s.), ce terrain en pente douce est occupé par un quartier artisanal, peut-être dans la ville, mais hors les murs d’enceinte et sur un accès direct à la voie navigable. Un four domestique et deux tessons carolingiens témoignent d'une très légère occupation, juste antérieure à l’érection des remparts à partir du xie s.

3Des niveaux de sols semblent relativement préservés, surtout en partie basse, avec potentiellement d’autres structures en partie haute pour les xie-xiie s. La métallurgie, à travers de nombreuses scories de différentes natures, apparaît sans surprise être une des activités importantes : Breteuil était une ville située dans une région de tradition métallurgiste disposant de matières premières. Pour autant, malgré les nombreuses scories présentes dans les niveaux, il n’y a pas de certitude absolue quant à la réalisation sur le site d’opérations de réduction et/ou de forge.

4Un ensemble de bassins maçonnés, vraisemblablement de tanneur, datable des xiiie-xive s., constitue une découverte peu courante dans la région. Les deux seuls autres exemples étudiés et publiés sont ceux de Rouen, rue Martainville (P. Calderoni) du xiiie s., avec des cuves en bois en contexte urbain et, en milieu rural entre le xiiie et le xve s., le Clos des Forges à Avrilly (B. Le Cain) avec des bassins rectangulaires très similaires à ceux de Breteuil.

5Il nous manque des informations précises sur les abords du grand fossé médiéval qui, dans le cadre du diagnostic, apparaît en partie détruit et définitivement comblé bien avant la mise en place des tranchées et dépotoirs du xixe siècle.

6L’absence du rempart médiéval dans l’emprise laisse supposer un accès « en coin » dans la ville médiévale et un tracé décalé de l’enceinte, soit sur la rue du Docteur Brière, soit bien plus bas au niveau du cours d’eau. L’hypothèse de l’absence complète d’une enceinte orientale (englobant en particulier l’église) paraît improbable.

7Les niveaux médiévaux sont préservés en bas de pente et scellés par les remblais postérieurs de 0,50 à 0,80 m d’épaisseur. Sur le reste de l’emprise, les structures médiévales apparaissent sous la même épaisseur de remblais modernes. Le sol naturel médiéval est préservé en partie basse de l’emprise. Il faut s’attendre probablement à une quantité et qualité supérieures de mobiliers, et donc à une chronologie plus étendue, plus assurée et sans hiatus.

8Du xvie au xixe s., au moins une maison et son jardin (privé et clos ?) occupent l’espace après la destruction des remparts (postérieure à 1378), ou dans le courant du xve s. Ils ne semblent pas accompagnés de gros dépotoirs ou d’activités impactant fortement ce secteur.

9Quelques remaniements doivent se produire dans le courant du xixe s. avec la destruction des bâtiments sur la rue et la mise en place de grands dépotoirs de briqueterie dans des tranchées a priori anarchiquement creusées. L’hypothèse de présence d’un four de briquetier reste ouverte. Durant le xxe s. ne semblent subsister que la vieille demeure, son jardin d’agrément dominant le ruisseau et de belles grilles en fer forgé.

Fig. 01

Bassin de tanneur (st. 4)

N. Roudié

Fig. 02

Plan du diagnostic

N. Roudié

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16515/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16515/img-2.png
Fichier image/png, 197k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nicolas Roudié, « Breteuil-sur-Iton – Rues du Docteur Brière et Gilbert Daudin », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Haute-Normandie, mis en ligne le 17 février 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16515

Haut de page

Responsable d'opération

Nicolas Roudié

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org