Navigation – Plan du site
2012

Vitrac – Château de Montfort, La Garenne

n°026111
Responsable(s) des opérations : Nadine Beague
Notice rédigée par : Nadine Beague

Entrées d’index

Mots-clés :

bâti, lice

Géographique :

Aquitaine, Dordogne (24), Vitrac
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.191;44.822;1.260;44.868

1Le diagnostic a porté sur l’emprise d’un bassin de collecte des eaux pluviales en bordure de falaise dans un premier temps. En dehors de la présence d’un dépotoir récent, une érosion du substrat rocheux et un remblaiement naturel y ont été observés, mêlant quelques artefacts de toutes les époques.

2Le diagnostic a, dans un deuxième temps, essentiellement porté sur la place allongée située en pied de rempart, où des bâtiments se trouvaient encore au début du xixe s. La taille et l’aménagement de la roche calcaire en terrasses successives y sont mis en évidence, de même que des fondations de murs s’y appuyant, correspondant de toute évidence au bâti visible sur le cadastre napoléonien. L’ensemble du bâti semble plus ou moins contemporain des habitations subsistant sur la terrasse inférieure, soit au plus tôt du xvie s. Deux monnaies témoignent d’une occupation allant jusqu’au xviiie s. et d’un abandon progressif au xixe s. Les aménagements de terrasses au pied de l’enceinte du château, en contrebas de l’accès actuel, sont plus difficiles à appréhender, notamment en raison de la réutilisation de très grosses pierres de taille, vraisemblablement récupérées lors d’une des reconstructions du château.

3L’espace où sont situés les sondages est une placette allongée dans le sens nord-sud. Il est évident que l’espace compris entre le premier mur d’enceinte et l’enceinte basse doublant l’enceinte principale, était dès les premiers temps taillé dans la roche pour y ménager une lice, constituant une sorte de plate-forme. L’hypothèse la plus probable est que la lice était laissée telle quelle puisque le remblai de grosses pierres (US 20) est manifestement moderne.

4Le mur M2 du sondage 3 est vraisemblablement la suite du mur qui cernait complètement le château jusqu’au début du xixe s. Les deux tronçons de mur reconnus dans le sondage 3 (M1 et M2) se situent à l’endroit où un passage figure en pointillé sur le cadastre napoléonien de ce qui sera plus tard l’entrée du château telle que nous la connaissons. Ce passage devait être constitué en terrasse avec des marches taillées dans la roche et des pierres pour retenir la terre. Dans ce cas, ce que nous soupçonnions pour M1, à savoir une ouverture dans un muret de terrasse par la suite rebouchée, est conforme à ce que nous indique le cadastre ancien.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nadine Beague, « Vitrac – Château de Montfort, La Garenne », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16487

Haut de page

Responsable d'opération

Nadine Beague

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org