Navigation – Plan du site
2012

Sergeac – Abri Blanchard et Abri Castanet

n°026426
Responsable(s) des opérations : Randall White
Notice rédigée par : Randall White

Entrées d’index

Mots-clés :

gravure

Chronologique :

Paléolithique supérieur

Géographique :

Aquitaine, Dordogne (24), Sergeac
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.087;44.979;1.138;45.022

Abri Blanchard (Aurignacien ancien et récent)

1L’abri Blanchard se trouve sur le versant est du vallon de Castelmerle. Ce site majeur pour l’Aurignacien fut identifié grâce à la découverte d’une perle en ivoire de mammouth en surface par M. Castanet en 1909, après avoir été sondé, semble-t-il, par A. Reverdit vers 1870. Lors du passage de ce dernier, les travaux de terrassement du versant est du vallon étaient en cours ou venaient tout juste de s'achever. Il est probable que ces travaux d'aménagement aient mis au jour des objets archéologiques, attirant l'attention de l'amateur Reverdit.

2L’abri Blanchard reste, de loin, le gisement aurignacien le plus riche en industrie osseuse, en parure et en art-sur-bloc de toute l’Europe. Les collections de l’abri Blanchard ayant été dispersées par L. Didon, aucun spécialiste n’a pu étudier la totalité de ces ensembles archéologiques.

3Les lambeaux intacts de Blanchard ont été découverts en 2009 sous des déblais de fouilles de M. Castanet, nous laissant penser que possiblement le fouilleur a pu laisser des couches en place à l'extrémité nord de sa fouille. Les objectifs de l'opération 2011 étaient alors de faire une tranchée depuis le haut du talus jusqu'à la route afin d'une part, de voir si le lambeau de couche en place continue vers l'ouest, mais aussi d’atteindre le substrat de la zone pour en observer la topographie. Sur le haut du talus, au contact de la paroi de la corniche, nous avons également ouvert les dépôts afin de tenter de suivre le niveau.

4Cette campagne de diagnostic de l'abri Blanchard nous a permis de mettre en évidence la présence d'un lambeau de niveau non fouillé par M. Castanet : Blanchard nord secteur 1. L'étude préliminaire du matériel lithique l'attribue chrono-culturellement à un Aurignacien évolué. Ce niveau pourrait correspondre au niveau supérieur D décrit par Castanet et Didon lors de leur fouille. Sous ce niveau, les fouilleurs du début du siècle décrivaient un autre niveau au contact du substrat, livrant de nombreux foyers, qui pourrait correspondre chronologiquement au niveau archéologique fouillé par notre équipe dans le secteur sud de Castanet.

5En 2012, nous avons fouillé un fragment de couche avec une superficie de 8 m2, très carbonatée, au contact du substrat situé au nord du secteur 1. Ce secteur (4/5) est séparé de la fouille Didon (et du secteur 1) par un pilier de la roche-mère. Donc, le secteur 4/5 n'est pas en continuité avec la couche inférieure (B) de L. Didon, même si dans les deux secteurs les Aurignaciens s'installaient directement sur le bedrock.

6Si l'industrie du secteur 1 est, sans aucun doute, attribuable à un Aurignacien récent, celle du secteur 4/5 est un Aurignacien ancien quasiment identique archéologiquement à celui de l'abri Castanet-Sud daté à 32 400 +/- 480.

7Malgré nos premiers soupçons, la couche archéologique du secteur 4/5 est très homogène, sans aucune contamination récente. Elle a subi des infiltrations d'eau de très basse énergie. La fraction fine est intacte et le taux de raccords et de remontages lithiques est très élevé.

8En milieu de la couche, nous avons découvert une grosse plaque de calcaire dont la surface inférieure portait une gravure splendide d'aurochs avec plusieurs rangées de petites cupules. La technique est typiquement aurignacienne. Il s'agit du premier bloc trouvé à Blanchard depuis 1912.

9Ce bloc, fracturé anciennement dans sa longueur, a été découvert en deux étapes au cours de la fouille. Il gisait face gravée vers le sol dans la couche archéologique du secteur 5 (carré I11) et était associé à d’autres vestiges (lithiques, faune, parure).

10Par la qualité de la gravure aussi bien que par son contexte archéologique, ce bloc représente une contribution majeure au corpus de l'art aurignacien en Aquitaine. L'analyse et la datation de cette œuvre sont en cours.

Fig. 01

Secteur 4/5. Contexte de la découverte des deux fragments du bloc gravé

Cliché : R. Bourillon.

Abri Castanet, secteur central (Aurignacien ancien)

11En 2012, nous avons entrepris une opération de diagnostic dans le secteur central de l'abri Castanet, entre la zone fouillée par D. Peyrony et celle fouillée par nous entre 1995 et 2010. Le but était de comprendre l'étendue des dépôts archéologiques restants et de savoir si la couche archéologique était continue entre les deux secteurs.

12La rectification de la coupe à l'aide de la pelle mécanique ainsi que les différents sondages et observations des dépôts nous permettent de proposer une lecture de la morphologie du talus du secteur central de l'abri Castanet. Nous pouvons d'ores et déjà affirmer que le niveau archéologique au contact du bedrock et fouillé dans la secteur nord et sud de l'abri Castanet est présent sur l'ensemble du secteur central. Les dépôts que l'on a mis en évidence constituent le remplissage de la partie avant de l'abri ; nous avons pu les observer en place sur le seuil de l'abri dans le sondage 1 mais aussi redéposés dans la pente que fait le substrat une fois passé le seuil.

13La partie supérieure de la coupe (US 2) montre un profil à plusieurs faciès : dans la partie centrale, le remplissage est constitué d'une accumulation de plaquettes calcaires emballées dans un sédiment extrêmement meuble constitué de sable provenant de la désagrégation de ces plaquettes ; la partie sud du profil montre un faciès plus évolué, colmaté par une pâte carbonatée provenant de l'intense ruissellement qu’a subi le haut de la séquence à cet endroit. Sous cette unité et laissé en palier sur toute la longueur de la coupe, excepté au niveau du sondage 1, on trouve un chaos de gros blocs marquant une rupture avec l'unité 2. Cette partie de la coupe concerne nos unités 3 et 4, dans lesquelles on peut supposer plusieurs phases d'effondrement au vu de la quantité de blocs, mais nous avons pu mettre en évidence une partie de la voûte directement sur la couche archéologique (sondage 1), contenant notamment un bloc à anneau.

14En somme, l'intervention sur la partie centrale du talus a permis de mettre en évidence la partie avant de l'abri Castanet, caractérisée par le seuil que fait le plancher de l'abri avant de plonger vers l'ouest. Sur ce seuil, une partie de la voûte effondrée a été dégagée ; elle se retrouve sous forme de blocs cassés en place dont un fragment percé d'un anneau.

15La voûte s'est effondrée directement sur un niveau archéologique qui livre à l'endroit du sondage 1 toutes les caractéristiques du « purple-layer » reconnu précédemment dans le secteur nord. Ce niveau nous a livré en 2007 un fragment de voûte portant des images gravées, notamment une vulve. Le niveau archéologique a été observé sur l'ensemble de la coupe à la base de l'unité 4. Seuls quelques indices nous indiquent sa présence sous forme de plaquage de niveau qui verse dans la pente du substrat. Il n'y a pas de doute quant à affirmer qu'un niveau archéologique, au contact du substrat, se développe du secteur nord au secteur sud de l'abri Castanet scellé par l'effondrement de la voûte de l'abri.

16Avec la collaboration de l'équipe Castanet-Blanchard

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16484/img-1.png
Fichier image/png, 7,2M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Randall White, « Sergeac – Abri Blanchard et Abri Castanet », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16484

Haut de page

Responsable d'opération

Randall White

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org