Navigation – Plan du site
2012

Savignac-de-Miremont – La Ferrassie

n°026138
Responsable(s) des opérations : Alain Turq
Notice rédigée par : Alain Turq

Entrées d’index

Mots-clés :

abri
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.923;44.949;0.973;44.982

1La première année de l’opération triannuelle 2012-2014 consacrée à la partie ouest du site de la Ferrassie a apporté des données nouvelles et importantes pour la compréhension du site.

2Les stratigraphies des trois secteurs de fouille ont été unifiées, puis cette synthèse comparée aux observations faites par D. Peyrony (tableau ci-dessous).

Industries

Selon D. Peyrony

Nouvelle

Appellation

Description lithologique sommaire

?

?

9

Remanié ?

G?

?

8

Sable jaune rouge orangé

F

Aurignacien

7b

Sable silteux brun foncé riche en silex et faune

7a

E

Chatelperronien

6

Sable brun rouge

D et C

Moustérien

Ferrassie

5b

Sables jaune brun foncé riche en silex et faune

5a

Comme 5a mais avec plus riche en matériel lithique et osseux

Moustérien

4

Sables jaune brun foncé avec moins d’os qu’en 5a/b

Moustérien

3

Sable silteux brun clair

B

Moustérien à bifaces

2

Sables jaunes avec des éboulis calcaires

A

Moustérien à bifaces

1

Sable rouge

Bedrock

Bedrock non atteint

Proposition de corrélation stratigraphique

3La prospection géophysique a apporté de très nombreuses données, tant sur la morphologie des lieux que sur le potentiel archéologique du gisement.

4Le vallon nord-sud longeant le site à l’ouest, avant colmatage, était un canyon d’une quinzaine de mètres de profondeur. Un profil réalisé le long de la route passant devant le site présente des éléments intéressants pour comprendre la géométrie du substrat. Au nord, se développe une dépression correspondant à l’abri actuel séparé du talweg du vallon est-ouest, bordant le site vers le sud, par une remontée du substratum située au niveau de l’entrée actuelle du gisement. En fait, le complexe archéologique de la Ferrassie est implanté sur une sorte de promontoire calcaire situé au confluent de deux vallons. Il surplombe le fond des deux vallées d’une dizaine à une vingtaine de mètres.

5Deux autres profils électriques réalisés parallèlement à la route, l’un en arrière de la coupe frontale du grand abri avant le pointement rocheux qui le délimite à l’est, l’autre plus en amont dans le vallon, démontrent tout le potentiel archéologique du site. Le premier profil enregistre un abri plus profond que celui visible sur la coupe laissée par H. Delporte. Le second a mis en évidence, sur le versant nord, vers le sommet, une grotte colmatée et vers la base un probable abri sous roche. En outre, il y a vraisemblablement dans ce secteur une interstratification entre les dépôts de versant et le remplissage argilo-limoneux du vallon. Nos connaissances concernant les dépôts archéologiques se sont affinées, tant sur leur nature que leur état de conservation.

6Pour les couches 1 et 2, qui renferment le Moustérien à biface, le ruissellement joue un rôle important et une surface d’érosion a pu être observée, tant au niveau macro que microscopique, entre ces deux couches. La couche 2 a été affectée par des phénomènes de cryoturbation et des lentilles de glace ont été observées, ce qui confirme que cette couche a été affectée par d’importants phénomènes de gel. Ceci est très important pour la discussion sur le caractère anthropique ou non des dépressions dans lesquelles se trouvaient les corps des néandertaliens LF1 et LF2, et pourrait être comme l’a écrit D. Laville une explication pour les monticules découverts par D. Peyrony plus au cœur de l’abri.

7Une autre surface d’érosion a été mise en évidence entre les couches 3 et 4.

8Si les couches 4 et 5 présentent une importante similitude lithologique, elles montrent une différence importante. La couche 4 est horizontale, mais la chute de gros blocs lors de son dépôt va modifier la morphologie de ce secteur du site et induire une sédimentation sur talus dès la couche 5.

9La couche 6 (Châtelperronien) qui se développe toujours sur un talus est homogène tant d’un point de vue sédimentaire qu’industriel. Contrairement aux séries de D. Peyrony, il n’y a ici aucun élément moustérien dans la série recueillie.

10L’analyse micromorphologique des échantillons couvrant la totalité de la coupe retrouvée a permis de caractériser finement la totalité des couches retrouvées à 1 ou 2 mètres du lieu de découverte de la sépulture 2. La comparaison de ces données avec le bloc de sédiment qui enrobe le pied de la Ferrassie 2 a permis de confirmer l’attribution de ces vestiges humains à la couche 5, soit au moustérien de type Ferrassie.

11Les déterminations effectuées par S. Madelaine sur un échantillon encore faible donnent des résultats très proches de ceux obtenus par D. Peyrony et par F. Delpech à partir des séries de H. Delporte. Si globalement la faune des couches 1 à 5, dominée par les bovinés et le cerf, laisse supposer un environnement plutôt tempéré, la présence de renne (couches 2 et 5a) de rhinocéros et de mammouth (couche 3) modère sensiblement l’interprétation climatique. Le renne ne devient dominant que dans la couche 7.

12Les très nombreuses traces observées par T. E. Steele (combustion, raclage, découpe, percussion) indiquent que dans tous les niveaux, l’Homme est le principal responsable de l’accumulation de l’assemblage osseux. Notons toutefois la présence de quelques restes d’Ours des cavernes et d’Hyène probablement amenés avec les sédiments depuis la grande grotte située au-dessus de la zone de fouille.

13Le programme de datation est toujours en cours tant pour l’OSL (laboratoire Iramat-CRP2A de Bordeaux et laboratoire de Rize au Danemark) que pour le carbone 14 AMS (Max Planck Institut, Leipzig). Dès l’année prochaine, nous disposerons de résultats qui devront être comparés avec les données de la faune et de la géologie.

14Pour ce qui est des industries, les couches 1 et 2 livrent un Moustérien à bifaces qui pourrait se placer à la fin du stade isotopique 5 avec une faune tempérée (Bœuf, Cheval, Cerf). L’étude détaillée de ce faciès sera particulièrement intéressante en comparaison avec le MTA du stade isotopique 3, classique en Périgord.

15Pour la couche 5 (Moustérien de type Ferrassie, défini sur le site), nos premières observations, malgré un échantillon encore limité, semblent indiquer que, à côté du débitage Levallois dominant, il existe une production discoïde et que sa richesse en racloir est essentiellement due au système de récolte des objets (les plus grands et les plus reconnaissables par les ouvriers).

16Le Châtelperronien de la couche 6 ne contient aucun élément moustérien. Une production laminaire caractéristique du Châtelperronien et des pointes de Châtelperron coexistent avec une très forte quantité de grands supports lamellaires non produits à partir de grattoirs carénés. Ceci laisse planer un doute sur une éventuelle présence de Protoaurignacien. Il convient donc d’être prudent avant d’affirmer l’homogénéité de cet ensemble archéologique. Enfin, cette couche est surmontée directement par la couche 7 renfermant de l’Aurignacien.

17Avec la collaboration de H. Dibble, D. Sandgathe, Sh. Mac Pherron, L. Chiotti, P. Goldberg, L. Bruxelles, G. Guerin, S. Lin, M. Magnani, V. Aldeias, S. Madelaine, N. Mercier, Y. Penhouet, T.E. Steele, S. Talamo

18

Fig. 01

La Ferrassie, Savignac de Miremont (Dordogne).- Vue générale de la zone de fouille située sous l’ancien chemin communal. À droite, le mur de clôture du site et à gauche la route du Bugue à Rouffignac

Cliché : Sh. MacPherron.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16476/img-1.png
Fichier image/png, 6,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Turq, « Savignac-de-Miremont – La Ferrassie », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 22 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16476

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Turq

MCC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org