Navigation – Plan du site
2012

Saint-Médard-de-Mussidan – Les Bessinaudes

n°026345
Responsable(s) des opérations : Jean-Pierre Chadelle
Notice rédigée par : Jean-Pierre Chadelle

Entrées d’index

Mots-clés :

silex, débitage, boucherie

Chronologique :

Paléolithique moyen

Nature des opérations :

Fouille préventive (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.284;44.985;0.363;45.053

1Sur le tracé prévu du contournement routier de Mussidan, la fouille préventive des Bessinaudes a été réalisée par le service d'archéologie du conseil général de la Dordogne.

2Le niveau archéologique moustérien (la faune n'est pas conservée) s'étend sur 9 500 m2 dont 205 m2 fouillés à la main. Il est daté par OSL de 80,4 ka (± 6 ka) (com. N. Mercier, Iramat-Crpaa).

3L'industrie lithique comprend 5 989 silex et 203 quartz taillés représentant plus de 300 kg d'artefacts.

4L’analyse techno-économique, réalisée en collaboration avec M. Brenet (INRAP Gso, PACEA-PPP) et A. Michel (conseil général de la Dordogne, PACEA-PPP) a montré la présence de plusieurs méthodes de production d’éclats, principalement Levallois et discoïde. Ces méthodes sont conduites à la percussion directe dure sur des nodules de silex, sélectionnés dans les alluvions locales pour leurs dimensions et leur morphologie, en fonction des objectifs recherchés. Les débitages centripètes (Levallois et discoïde) ont été réalisés sur des galets arrondis et ont produit des supports quadrangulaires ou triangulaires. Les débitages unipolaires convergents (Levallois et convergent-sécant) ont été conduits sur des modules sub-triangulaires ou trapézoïdaux et ont produit des supports triangulaires avec ou sans dos, plus ou moins allongés. Les débitages laminaires ont été menés sur des nodules oblongs, pour production de supports allongés, avec ou sans dos. Toutes les catégories de produits et déchets de débitage sont représentées, mais avec un déficit marqué des phases de plein débitage, déficit qui a pu être évalué entre 750 et 800 supports de tous types, destinés à une consommation différée.

5Les matières premières proviennent de l'environnement immédiat ou proche (alluvions de l'Isle). Les matériaux exogènes sont rares, limités à quelques outils retouchés ou façonnés avant leur introduction aux Bessinaudes, comme une pointe moustérienne en silex « grain de mil » de la région de Jonzac (Charente-Maritime) et plusieurs bifaces abandonnés seuls, sans les éclats de leur façonnage.

6D’autres activités de subsistance liées directement à la consommation des outillages produits ou apportés ont également été menées sur le site en alternance ou en parallèle à la production lithique. L'étude d'E. Claud (INRAP Gso, PACEA-PPP) a ainsi montré, sur plusieurs tranchants, des traces du travail de matières tendres à mi-dures, caractéristiques d'opérations de boucherie.

7Enfin, quelques éléments de débitage laminaire et deux pointes de Châtelperron, conservées à la faveur d'un soutirage karstique, sont les seuls vestiges d'une occupation du site au Paléolithique supérieur.

Fig. 01

Vue aérienne vers le Sud de la fouille des Bessinaudes

Cliché Jean-Claude Truffy, Aéro-club de Périgueux.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16473/img-1.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Pierre Chadelle, « Saint-Médard-de-Mussidan – Les Bessinaudes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16473

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Pierre Chadelle

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org