Navigation – Plan du site
2012

Saint-Martin-des-Combes – Cassenade

n°026288
Responsable(s) des opérations : Emmanuel Discamps
Notice rédigée par : Emmanuel Discamps, François Bachellerie et Luca Sitzia

Entrées d’index

Mots-clés :

silex, faune

Opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.587;44.943;0.657;44.981

1Pour la fin du Paléolithique moyen et le début du Paléolithique supérieur (60 - 35 ka cal. BP), une partie des recherches actuelles vise à mieux comprendre les interactions qui ont pu exister entre changements environnementaux, innovations culturelles et histoire du peuplement. Ces recherches sont néanmoins freinées par le manque de données sur l’environnement animal et les stratégies de subsistance au Châtelperronien, période qui marque le début du Paléolithique supérieur dans le Sud-Ouest de la France. Situé à environ 15 km au nord-est de Bergerac, Cassenade fait partie des rares sites où des éléments châtelperroniens sont associés à des restes fauniques.

2C’est au début des années 1970 que M. Besse découvre à Cassenade des ossements et quelques pièces lithiques en désobstruant ce qui semblait être la voûte d’un petit boyau karstique. Un premier sondage est effectué en 1971 auquel fait suite, de 1974 à 1978, une série d’opérations de fouilles programmées sous la direction de M. Besse. Les travaux s’étalèrent sur une surface d’environ 6 m² et permirent de mettre au jour une séquence stratigraphique d’environ 3 mètres de puissance. L’analyse du matériel issu des fouilles Besse montre que le locus anciennement fouillé correspond vraisemblablement au remplissage d’un petit conduit karstique où se seraient mélangés des niveaux d’occupations anthropiques (Moustérien et Châtelperronien) et animales (ours et hyènes des cavernes). La documentation disponible à l’issue de ces fouilles est cependant insuffisante pour distinguer et documenter correctement ces différentes occupations, ce qui a motivé une reprise des fouilles sur ce gisement.

3Les anciennes fouilles n’ayant concerné qu’une portion interne du système karstique, nous avons préféré effectuer en 2012 des sondages dans le talus, où l’existence de niveaux archéologiques semblait plus probable. Les résultats de cette première campagne de fouille sont particulièrement encourageants. Nous avons pu montrer l’existence à Cassenade d’un niveau châtelperronien homogène associant vestiges lithiques et fauniques (ensemble supérieur), séparé d’ensembles paléontologiques (tanières d’ours et d’hyènes) par un niveau stérile. Dans l’ensemble supérieur, seules des productions à rattacher au Châtelperronien ont été découvertes (schéma de production laminaire à deux plans de frappe opposés, débitage à la pierre tendre, pointes de Châtelperron), sans aucune contamination moustérienne, contrairement à ce qui est souvent le cas pour les sites châtelperroniens en grotte. Le taux de raccords effectués entre pièces lithiques (environ 24 %, incluant des raccords de débitage) ainsi que leur répartition spatiale (tous sub-horizontaux) suggèrent une très forte homogénéité pour cet ensemble. Les séries lithiques et fauniques de 2012 sont encore numériquement faibles et l’objectif principal en 2013 consistera donc à étendre le secteur de fouille afin d’échantillonner le niveau châtelperronien sur une surface conséquente.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Emmanuel Discamps, François Bachellerie et Luca Sitzia, « Saint-Martin-des-Combes – Cassenade », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16466

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org