Navigation – Plan du site
2012

Saint-Avit-Sénieur – Haut de Combe-Capelle, Abri Peyrony

n°025970
Responsable(s) des opérations : Michel Lenoir
Notice rédigée par : Michel Lenoir, Shannon McPherron, Tamara Dogandzic, Christopher E. Miller et Teresa E. Steele

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.772;44.749;0.865;44.797

1La campagne de fouilles de 2012 a permis d’achever les recherches entreprises dans ce gisement en 2009. Ces travaux ont concerné les deux terrasses U (Upper) et L (Lower) distinguées lors des campagnes antérieures. Les vestiges recueillis ont été analysés pour l’étude finale et la publication. Sur la terrasse inférieure, les niveaux L-3B reposant sur le bedrock et L-3A ont livré la plus grande partie des vestiges archéologiques. Un gros effondrement rocheux les sépare. Localement concrétionné, L-3B est riche en industrie et en matériel brûlé.

2L-3A est un dépôt gris jaune résultant de l’érosion de la falaise. Ce niveau est entièrement concrétionné et il renfermait des restes de structure de combustion.

3Le niveau 2, visible dans un secteur limité, pourrait correspondre au remaniement de L-3A. Le niveau 1 qui coiffe la séquence sur l’ensemble du gisement est composé de déblais des fouilles anciennes. Sur la terrasse supérieure, les dépôts sont plus minces et plus inclinés. Le niveau U-3 correspond manifestement à L-3. De couleur jaunâtre et concrétionné, il a livré de la faune et de l’industrie lithique et des témoins de combustion. U-2, rougeâtre, provient de sédiments originaires du plateau.

4La meilleure preuve de la présence de Moustérien de tradition acheuléenne à l’abri Peyrony concerne L-3A qui a livré tous les bifaces complets caractéristiques du MTA. L’industrie de L-3B est très comparable par la production des supports et les outils retouchés (il y a notamment un couteau à dos et une pièce biface partielle) mais mis à part quelques éclats de façonnage de bifaces, il n’y a pas d’indices de MTA sur la terrasse supérieure.

5L’industrie est moustérienne et il n’y a pas d’indice de Châtelperronien ou d’autre industrie du Paléolithique supérieur. Le débitage discoïde et le débitage Levallois dominent et les outils sont peu abondants, surtout des pièces à encoche. Les racloirs sont généralement peu retouchés.

6La faune de la terrasse inférieure est la seule analysée pour l’instant. Dans L-3A dominent les grands bovidés et les chevaux. L-3B renferme un plus grand pourcentage de cervidés avec présence de restes de renne. Deux restes de carnivore de taille moyenne proviennent de L-3B.

7Les carnivores semblent avoir joué un rôle mineur dans la constitution et l’accumulation des ensembles fauniques qui montrent des traces d’intervention humaine en relation avec la présence d’outils.

8Trois os travaillés, dont deux dans L-3A et un dans L-3B sont des fragments de côtes d’ongulé de taille moyenne (cerf  ou renne). Ils montrent chacun une extrémité arrondie, ogivale. Un a conservé les deux faces corticales de l’extrémité, les deux autres une seule. La cassure de ces deux petits fragments est caractéristique d’une flexion ; ce mode de cassure est celui attendu d’une pression longitudinale sur un os frais en direction de l’extrémité.

9Ces os, datés entre 47 710 et 41 130 cal BP, évoquent les lissoirs par leur contour, leur profil et leur usure. Les lissoirs sont connus dès les débuts du Paléolithique supérieur de l’Europe de l’Ouest (Châtelperronien, Proto-Aurignacien et Aurignacien) jusqu’aux périodes plus récentes et à la période actuelle. Leur forme est standardisée et leurs dimensions varient selon les espèces. Ils permettent d’exercer une pression sur une faible surface pour l’adoucir. Appliquée sur des peaux, cette action permet de les rendre plus résistantes, plus imperméables et plus lustrées. Aucun autre outil du Paléolithique moyen ou supérieur ne peut accomplir cette tâche ce qui signifie que ces outils exploitent des propriétés spécifiques à l’os pour le façonnage et l’utilisation.

10Des sondages effectués en pied de falaise à l’ouest du gisement à peu de distance de l’abri du Roc de Combe-Capelle ont révélé la présence d’Aurignacien (probablement Aurignacien récent) avec industrie lithique et faune.

Fig. 01

En haut, de gauche à droite : Campagne 2012 montrant les deux terrasses et lissoir découvert lors de la campagne 2012 dans L-3B.

En bas : Stratigraphie synthétique.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16443/img-1.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Michel Lenoir, Shannon McPherron, Tamara Dogandzic, Christopher E. Miller et Teresa E. Steele, « Saint-Avit-Sénieur – Haut de Combe-Capelle, Abri Peyrony », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16443

Haut de page

Responsables d'opération

Michel Lenoir

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Shannon McPherron

Articles du même responsable de fouilles

Tamara Dogandzic

Christopher E. Miller

Teresa E. Steele

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org