Navigation – Plan du site
2012

La Roque-Gageac – La grotte Maldidier

n°026290
Responsable(s) des opérations : Myriam Boudadi-Maligne
Notice rédigée par : Myriam Boudadi-Maligne

Entrées d’index

Mots-clés :

faune, silex

Chronologique :

Paléolithique supérieur
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-1.178;44.805;1.221;44.835

1La grotte Maldidier, située dans un environnement archéologique riche, est une petite cavité qui surplombe la vallée de la Dordogne. Sa localisation, à proximité de sites majeurs attribués à la même période chrono-culturelle, tels que la Gravette (commune de Bayac), Laugerie-Haute (Les Eyzies-de-Tayac), Le Flageolet (Bézenac) ou encore la Grotte XVI (Cénac-et-Saint-Julien), fait de ce gisement un site important dans le cadre des études visant à caractériser les comportements socio-économiques des groupes humains du début du Paléolithique supérieur.

2La grotte Maldidier présente de petites dimensions : 2 m de haut sur 2 m de large et est longue d’une vingtaine de mètres. Les fouilles conduites par J.-P. Rigaud, entre 1967 et 1973, se sont concentrées sur l’entrée et le début du couloir de la grotte (Rigaud, 1982 ; Delpech, 1975 ; Laville, 1973). F. Delpech a poursuivi ces travaux entre 1976 et 1980 (Delpech, 1980 ; 1983). En 2003 et 2004, G. Lucas et J.-Ch. Castel ont entrepris de nouvelles campagnes de fouille en vue de mieux définir les comportements de subsistance du début du Paléolithique supérieur, à l’échelle régionale (Lucas et al., 2003 ; Lucas, 2004 ; Castel et al., 2005). Leurs travaux ont porté sur le secteur de la salle du fond (zone B’ à E’), le milieu (A2, B2 et C2) et les bords du couloir (J3, K3 et L3), qui n’avaient pas été fouillés lors des campagnes précédentes. Le matériel issu de ces diverses campagnes atteste d’une occupation par les Aurignaciens et les Gravettiens.

3Sur la base de l’industrie lithique, une archéostratigraphie composée de sept niveaux a été établie suite aux travaux de J.-P. Rigaud et F. Delpech : un niveau stérile (c.1), deux niveaux de « Périgordien supérieur » (c.2 et c.3 : présence de pointes de la Gravette, microgravettes, lamelles à dos tronquées et burins de Noailles), et quatre niveaux de l’Aurignacien (c. présence de grattoirs carénés, grattoirs à museau, grattoirs Caminade et lamelles à fine retouche directe) [Rigaud, 1982 ; Lucas et al., 2003].

4Lors de la reprise des fouilles en 2003-2004, A. Lenoble propose une lithostratigraphie de la grotte composée de trois unités (Lenoble in Lucas et al., 2003). C’est de l’unité 2, regroupant les couches 2 à 5, que provient la majeure partie du matériel archéologique.

5Parmi les restes de faune, le cerf (Cervus elaphus), le renne (Rangifer tarandus) et le bouquetin (Capra ibex) sont les trois ongulés dominants. Par ailleurs, un grand nombre de restes de carnivores et notamment de loup (Canis lupus maximus, Boudadi-Maligne, 2010 et 2012) sont découverts en fond de grotte. Les traces présentes sur ces derniers attestent d’un lien certain avec les groupes humains. On trouve par ailleurs de nombreux restes de renard et différents oiseaux (Gypaète et autres rapaces, Lagopède, Grand corbeau et différents Galliformes).

6La reprise des opérations de terrain en 2012 dans la grotte de Maldidier s'inscrit dans une dynamique de description et de compréhension des occupations de la cavité par les hommes et les carnivores de manière subsynchrone. À cela s’ajoute une analyse des comportements humains à travers les modalités d’exploitation du milieu animal dans une perspective économique et à travers les systèmes de production technique dans une sphère micro et macro-régionale.

7Les principaux objectifs de l'opération de 2012 étaient de documenter les niveaux correspondant aux occupations humaines et de comprendre les accumulations dans le fond de la cavité qui semblent être le fait de l’activité humaine et animale. Les opérations de terrain ont donc été concentrées en 2012, dans le fond de la grotte.

8Les analyses conduites sur le matériel issu de la campagne de fouille de 2012 ainsi que la reprise des données des campagnes antérieures ont permis de proposer de nouveaux scénarii concernant notamment l’activité des carnivores dans la grotte et leur lien avec l’occupation par les groupes humains.

9Parmi les carnivores représentés à Maldidier, ce sont le renard et le loup qui dominent nettement l’assemblage. Les restes de ces deux espèces ne sont retrouvés que dans la moitié nord de la grotte. Pourtant, le statut de ces deux canidés dans la grotte est loin d’être clair. Une partie de leurs restes sont dépourvus de toutes traces et pourrait indiquer une mort naturelle des individus dans la grotte. Une autre partie porte des traces liées à l’activité des carnivores : ils ont donc pu constituer des proies (chassées ou charognées) pour les prédateurs non humains ayant fréquenté la cavité. Une dernière partie porte des traces d’origine anthropique, attestant d’un lien (qu’il soit utilitaire, alimentaire ou symbolique) entre hommes et carnivores. Par ailleurs, de très nombreux fragments de coprolithes ont été collectés lors du tri des refus de tamis de l’US II des trois carrés fouillés cette année. Dans la grotte de Maldidier, ces éléments n’étaient jusqu’à présent documentés qu’à travers trois fragments de gros calibre. Il est certain que les méthodes de fouille employées cette année (tri à sec des refus de tamis) ont contribué à la récolte des nombreux fragments infra-centimétriques, absents dans les fouilles anciennes.

10De tels fragments sont rencontrés dans des zones de latrines de grands carnivores actuels tels que le loup (Mallye et al., sous presse). À Maldidier, renards et loups étant présents en grand nombre, il est fort probable que cette accumulation de coprolithes soit le fait d’un canidé.

11D’autre part, une partie des restes d’avifaune et de microvertébrés résulte vraisemblablement d’une accumulation par un petit carnivore plus petit que le loup. Ces éléments viennent donc alimenter l’hypothèse d’accumulations mixtes au sein de la grotte de Maldidier.

12Dans l’unité II, de nombreux fragments d’os brûlés ainsi que divers témoignages résultant de l’activité des préhistoriques (industries lithique et osseuse, élément de parure, ossements portant des traces de boucherie) ont été découverts cette année en fond de grotte. Bien que ces vestiges soient très certainement en position secondaire (pas de foyers reconnus à la fouille, processus de ruissellement identifié), il est étonnant de constater à la fouille, cette association entre présence humaine et activité des carnivores. Il est possible que cette association résulte de processus post-dépositionnels, mais elle peut être également le fait d’une alternance d’occupations saisonnières/annuelles/pluri-annuelles, par les carnivores et par les hommes.

13Enfin, la reprise du matériel lithique issu des campagnes antérieures a permis d’identifier plusieurs phases d’occupation gravettiennes. Grâce aux débitages lamellaires, il est possible d’individualiser une phase de Gravettien moyen (Rayssien), qui n’avait jusqu’alors jamais été signalée à Maldidier. La présence de chutes de burin indifférenciées, de pièces à dos et de pièces à dos tronquées est incompatible avec le Rayssien mais pourrait être rapportée, en l’absence d’autres fossiles chrono-culturels caractéristiques, tant au Gravettien ancien, qu’au Gravettien moyen à burins de Noailles, ou encore au Gravettien récent (Klaric et al., 2009).

Haut de page

Bibliographie

Boudadi-Maligne M., 2010. Les Canis pléistocènes du Sud de la France : approche biosystématique, évolutive et biochronologique, Université Bordeaux 1, PACEA, UMR 5199, Thèse de doctorat, 451 p.

Boudadi-Maligne M., 2012.- « Une nouvelle sous-espèce de loup (Canis lupus maximus nov. subsp.) dans le Pléistocène supérieur d’Europe occidentale ». C.R. Palevol 11(7) : 475-484

Castel J.-C., Lenoble A., O'Farrell. M., 2005 : « La Roque-Gageac, Grotte Maldidier », p. 53. In D. d. P. Ministère de la Culture et de la Communication, sous-direction de l'Archéologie (ed.), Bilan scientifique de la Région Aquitaine 2004. DRAC Aquitaine, SRA.

Delpech F., 1975 : Les faunes du Paléolithique supérieur dans le Sud-Ouest de la France, Bordeaux, Université Bordeaux 1, 374 p. Thèse de Doctorat ès Sciences naturelles.

Delpech F., 1980 : « La Roque-Gageac. Grotte Maldidier » p. 405, in J.-P. D. Rigaud, Informations archéologiques : circonscription Aquitaine. Volume t. 23, fasc. 2. Gallia Préhistoire.

Delpech F., 1983, Les faunes du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France, Paris, 6, 453 p.

Klaric L., Guillermin P. et al., 2009 : « Des armatures variées et des modes de productions variables. Réflexions à partir de quelques exemples issus du Gravettien d'Europe occidentale (France, Portugal, Allemagne) », Gallia Préhistoire. 51, p. 113-154.

Laville H., 1973 : Climatologie et chronologie du Paléolithique en Périgord. Étude sédimentologique de dépôts en grottes et sous abris, Université Bordeaux 1, Thèse d'État, 720 p.

Lucas G., 2004 : « La Roque-Gageac, grotte de Maldidier », p. 35. In D. d. P. Ministère de la Culture et de la Communication, sous-direction de l'Archéologie (ed.), Bilan scientifique de la région Aquitaine 2003. DRAC Aquitaine, SRA.

Lucas G., Castel J.-C., Lenoble A. 2003 : Grotte Maldidier, La Roque-Gageac, Dordogne, France. Rapport de fouille octobre 2003, 45 p.

Mallye J.-B., Costamagno S., Boudadi-Maligne M., Prucca, A., Laroulandie V., Thiebaut C., Mourre V., (sous presse). « Dhole (Cuon alpinus) as a bone accumulator and new taphonomic agent ? The case of the Noisetier Cave (French Pyrenees) », Journal of Taphonomy

Rigaud J.-P., 1982 : Le Paléolithique en Périgord : Les données du sud-ouest sarladais et leurs implications, Université de Bordeaux 1, Bordeaux, Thèse de Doctorat, 2t. ; 493 p.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Myriam Boudadi-Maligne, « La Roque-Gageac – La grotte Maldidier  », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16433

Haut de page

Responsable d'opération

Myriam Boudadi-Maligne

DOC

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org