Navigation – Plan du site
2012

Périgueux – Place de la Clautre

n°026029
Responsable(s) des opérations : Philippe Calmettes
Notice rédigée par : Philippe Calmettes

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.674;45.174;0.747;45.214

1Un diagnostic archéologique réalisé au sommet du Puy Saint-Front, sur la place de la Clautre, a confirmé l’existence d’une occupation antique sous le vaste ensemble funéraire médiéval se développant au pied de la cathédrale actuelle (cf. fig.).

2L’occupation antique est marquée par la présence d’un mur maçonné (larg. 0,60 m, haut. 0,90 m) qui apparaît à -1,60 m du niveau de circulation actuel de la place. Orienté nord-est-sud-ouest, il est couvent d’un enduit contre son parement oriental. Un lambeau de sol conservé contre son parement occidental permet de supposer qu’il peut s’inscrire dans une construction plus importante.

3La nature des matériaux utilisés et la mise en œuvre employée sont caractéristiques de la fin de l’Antiquité. Cette construction, dont la nature et la fonction restent indéterminées, laisse place dès l’Antiquité tardive à des inhumations en sarcophage. Ces dernières sont directement installées contre le mur du bâtiment abandonné (cf. fig. 1).

4L’intégration de cette construction dans l’organisation et la gestion de l’aire sépulcrale tardo-antique n’est pas improbable.

5Au cours du Haut Moyen Âge (ve-xe s.), le bâtiment antique et les inhumations en sarcophage font place à une occupation plus « lâche », caractérisée par une succession de niveaux de circulations. Entre le xe et le xiie s., l’occupation se densifie avec l’élaboration d’une véritable voirie, puis d’un nouvel ensemble de tombes en sarcophage. Dans un laps de temps court, de nouveaux aménagements de voirie ou de place, pouvant être juste antérieurs, voire contemporains de la construction du monastère Saint-Front, oblitèrent cet état. Des inhumations se succèderont alors sans discontinuité tout au long du Moyen Âge sur plusieurs niveaux, s’inscrivant pleinement dans le cimetière qui entoure désormais l’église.

6L’interaction entre ces différents espaces, bien que supposée - bâtiment antique, aire sépulcrale antique tardive, place et voirie médiévales ou encore cimetière paroissial -, n’avait auparavant pas été mise en évidence.

Fig. 1

Vue vers l’ouest, depuis la cathédrale Saint-Front, des deux tranchées réalisées au cours du diagnostic archéologique d’avril 2012.

Fig. 2

Au fond du sondage, installée sur la terrasse, la première inhumation en sarcophage mise en place après l’abandon du bâtiment antique (antiquité tardive).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16429/img-1.png
Fichier image/png, 10M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Calmettes, « Périgueux – Place de la Clautre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16429

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Calmettes

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org