Navigation – Plan du site
2012

Périgueux – Cathédrale Saint-Front

n°026168
Responsable(s) des opérations : Cécilia Pedini
Notice rédigée par : Cecilia Pedini

Entrées d’index

Mots-clés :

église, bâtiment
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=-0.674;45.174;0.747;45.214

1La restauration de la cathédrale Saint Front a engendré une prescription archéologique portant sur la façade occidentale de la « vieille église ».

2Le travail a porté sur l’étude de la mise en œuvre des différentes unités maçonnées, dans le but d’en proposer un phasage, et sur celle des éléments remarquables.

3Il ne subsiste que quelques lambeaux de la maçonnerie originelle et c’est seulement sur ces derniers que l’on peut s’appuyer pour tenter de cerner l’histoire de cette façade. L’impact de sa restauration, dirigée par l’architecte Boeswillwald entre 1887 et 1913, constitue une problématique importante. Certains éléments sont conservés alors que d’autres sont ravalés ou rhabillés, ce qui soulève certaines questions sur les choix de l’architecte qu’il conviendra d’éclaircir.

4Cette étude a permis de proposer plusieurs phases de construction, comprises entre l’Antiquité et les restaurations de l’extrême fin du xixe s. - début xxe s.

5La préexistence d’un édifice antique est supposée par la présence d’éléments lapidaires dont les dimensions s’apparentent aux modules de l’architecture monumentale antique (base, piédestal et blocs). La proximité supposée d’une nécropole et la situation topographique nous permettent d’envisager l’existence d’un édifice de type mausolée, oratoire, temple, etc.

6Un deuxième édifice, mettant en œuvre des blocs de grand gabarit, vient s’appuyer sur l’édifice antique. Conservée de manière résiduelle, la reconnaissance de ce bâtiment permet d’invoquer le poème de Fortunat relatif à la restauration de « temples » qui avaient brûlé et dont il attribue le mérite à l’évêque Cronope.

7La première église romane (xie s.) a conservé peu d’éléments intègres. L’arcature qui couronne la partie centrale de la façade est supposée appartenir, au plus tard, à cette construction. Le reste des décors, buchés au xixe s., semble l’indiquer.

8Les ruptures matérialisées ou laissées apparentes et l’ajout d’une porte au sud tendent à indiquer l’insertion a posteriori de bas-côtés, visibles au nord dans un mur préexistant et au sud dans un mur repris ou refait, de facture différente.

9À la fin du xiie ou au début du xiiie s., on insère dans l’ouverture en plein-cintre une porte dotée d’un arc brisé et de plusieurs corps de voussures, à pointes de diamant notamment.

10Ensuite, ce sont essentiellement des réfections et restaurations qui touchent l’édifice. Celles de l’époque moderne ont été gommées par les restaurations du xixe s. Ces dernières touchent la totalité de la cathédrale, mais les travaux portant sur la façade sont essentiellement imputables à Boeswillwald. L’état d’esprit dans lequel il a mené cette restauration, les renseignements dont il disposait pour mettre en place son projet, ainsi que le détail de ce qu’il a réalisé restent la meilleure manière d’articuler l’évolution du bâtiment.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Cecilia Pedini, « Périgueux – Cathédrale Saint-Front », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16425

Haut de page

Responsable d'opération

Cecilia Pedini

EP

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org