Navigation – Plan du site
2012

Coulounieix-Chamiers – Écorneboeuf

n°026232
Responsable(s) des opérations : Christian Chevillot
Notice rédigée par : Christian Chevillot

Entrées d’index

Chronologique :

Gallo-romain

Opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=0.652;45.141;0.721;45.201

1Le site de hauteur d'Écornebœuf, connu depuis plus de deux siècles pour ses nombreuses découvertes archéologiques, a fait l'objet d'une opération de sauvetage urgent en septembre-octobre 2012 avec l’équipe de l'ADRAHP. Suite à des travaux d'aménagement d'une fosse à purin pour le centre équestre, la propriétaire du site, Mme Combe, nous a contacté car de nombreux vestiges archéologiques venaient d'être mis au jour. Ce mobilier, surtout constitué de céramiques, appartient à la fin de la période gauloise et au gallo-romain précoce.

2Nos prospections et ces fouilles récentes apportent un éclairage nouveau sur ce site exceptionnel finalement méconnu.

3La position dominante et la forme particulière de la colline d'Écornebœuf ont suscité l'intérêt des premiers chercheurs périgourdins depuis le début du xixe s., tels Jouannet et Taillefer. Sa position dans la boucle de l'Isle et sa vue panoramique sur le plateau de Périgueux en font un site magique. Longtemps considéré comme l'oppidum des Pétrocores, ce site du type « éperon barré » a connu une longue occupation. Les recherches en cours permettent d’évoquer un site habité sur la longue durée, depuis le Néolithique (IVe millénaire av. J.-C.), jusqu'à nos jours. Il est voisin de l’oppidum des Pétrocores situé à La Curade, à quelques centaines de mètres. L’autre nouveauté regarde la mise en évidence d’un habitat important contemporain de la fondation de la ville gallo-romaine, entre 50 et 10 av. J.-C., et l'existence probable du sanctuaire des Pétrocores sur sa pointe la plus élevée. Les recherches en cours et à venir devraient permettre de mieux comprendre le rôle joué par ce site majeur dans la mise en place de la cité des Pétrucores.

4La fouille a permis de découvrir un riche mobilier qui provient d’un dépotoir rejeté dans une ancienne carrière de calcaire, probablement en vue du réaménagement d’une structure d’habitat, ou périphérique à un habitat. L’étude en cours devrait apporter des précisions sur ce site majeur pour Périgueux.

5Le mobilier très abondant appartient à deux phases distinctes :

  • Phase 1 : vers 50 av. J.-C.-vers 10 av. J.-C., avec de nombreuses amphores vinaires Dressel Ib, de la céramique campanienne abondante, des productions de narbonnaise, de la terra nigra en grande quantité, de la sigillée précoce (d’Italie et de Montans), des dizaines de kilos de céramique commune, du mobilier métallique (notamment un beau couteau en fer), une monnaie Pétrocore en argent dite « au sanglier hybride », une autre monnaie émise postérieurement à la Conquête (en cours d'identification), une perle en verre bleu cobalt avec incrustations, d’énormes quantités de faune consommée (bœuf, mouton, porc, cheval, chien, cerf, etc) ;

  • Phase 2 : entre 20 et 50 apr. J.-C., avec de la céramique commune abondante, du verre, de la sigillée, des amphores vinaires de la péninsule Ibérique et de la faune.

6Ce mobilier s'ajoute aux innombrables découvertes monétaires faites au cours du xixe s., ainsi qu’à un bec verseur en bronze à tête de rapace et des fibules « tuées », conservées au musée Vesunna. Cet ensemble mobilier illustre un site exceptionnel, à la vocation particulière, certainement le sanctuaire des Pétrocores et le lieu de résidence d'élites.

Fig. 1

Plan cadastral du site, avec l’emplacement de la fouille de septembre 2012

relevé : A. Guillin, 2012.

Fig. 2

Vue générale de la fouille de sauvetage réalisée en septembre 2012

cliché : A. Guillin.

Fig. 3

Grosse perle ronde en verre à décor de damiers (ier s. av. J.-C.).

Cliché : A. Guillin.

Fig. 4

Petit vase balustre en terra nigra (2e moitié du ier s. av. J.-C.)

Cliché : Ch. Chevillot.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christian Chevillot, « Coulounieix-Chamiers – Écorneboeuf », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16353

Haut de page

Responsable d'opération

Christian Chevillot

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org