Navigation – Plan du site
2012

Castelnaud-la-Chapelle – Le château : barbacane et fossé maçonné

n°026602
Responsable(s) des opérations : Benjamin Michaudel
Notice rédigée par : Benjamin Michaudel

Entrées d’index

Mots-clés :

barbacane, fossé

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.090;44.764;1.169;44.839

Fig. 1

La barbacane basse, vue depuis le sommet de la courtine en étrave.

Clichés de B. Michaudel (Hadès, 2012)

1Dans la perspective d’exécution de travaux de restauration de maçonneries dans plusieurs secteurs du château de Castelnaud-la-Chapelle (fig. 1), le SRA a prescrit une fouille préventive que l’aménageur, la SARL Kléber Roussillon, a confiée à la société Hadès.

2Elle consiste en une étude archéologique conduite dans un souci de documentation et de conservation d’informations architecturales et sédimentaires amenées à être perturbées, et d’autre part dans le but de préciser l’histoire monumentale du château de Castelnaud au sein de deux espaces jusqu’ici difficilement rattachés aux principales campagnes de construction. Enfin, ces deux secteurs étudiés soulèvent des questions particulières liées aux mutations défensives de la forteresse entre le xiiie et le xvie s., époque où l’artillerie à poudre prit progressivement l’ascendant sur l’armement de trait.

3Le premier secteur à l’étude est un ouvrage désigné comme la « barbacane basse » ou comme la « tour médiane » du boulevard de la fin du xve s. qui s’étire le long du front nord de la basse-cour du château (fig. 2).

Fig. 2

Le front ouest de la cour haute défendu par la courtine en étrave (à droite) et le donjon (à gauche).

Clichés de B. Michaudel (Hadès, 2012)

4Cet espace est constitué d’un vestibule rectangulaire, d’une porte à accès en chicane et de son corridor, défendu par une canonnière à double ébrasement tournée vers le nord. L’analyse archéologique confirme qu’il fut construit en même temps que le boulevard, entre le dernier quart du xve s. et le début du xvie s., dans le but de protéger l’accès au château depuis la porte percée dans la muraille nord de la basse-cour, par le biais d’un long passage borné de hauts murs et canalisant directement les visiteurs dans le vestibule (fig. 3).

Fig. 3

Le réduit de la cour haute vu depuis le sud.

Cliché de B. Michaudel (Hadès, 2012).

5Cette barbacane basse semble avoir été active entre le xvie s. et la fin du xviie s., période marquée par le basculement de l’entrée principale du château sur le front sud de la basse-cour. Cette modification du système défensif conduisit à la condamnation du passage reliant la porte nord à la barbacane, par la construction d’un mur au nord du vestibule. Dans un second temps, vraisemblablement à partir de la fin du xviie s., lorsque le château perdit toute vocation défensive, la barbacane basse ainsi que l’espace au revers du boulevard furent recouverts de remblais qui ne furent dégagés qu’à partir du début des années 1970.

6Le second secteur à l’étude est le réduit de la cour haute. Ce petit espace initialement accessible par une porte du côté sud apparaît le long du front ouest de la courtine en étrave, juste au nord de la porte principale, à environ 1,5 m sous le niveau actuel de la cour (cf. fig. 2). Son étude archéologique a révélé que sa construction préexiste à celle de la courtine en étrave, et que sa fonction était donc liée à l’état primitif du noyau castral au tout début du xiiie s., en particulier à l’accès originel au sommet de la cour haute depuis l’est (cf. fig. 2). La construction en deux phases de la courtine en étrave vers la moitié du xiiie s. a pu rendre l’existence de ce réduit obsolète et conduire à son comblement afin de faciliter l’accès aux deux archères qui le surplombent, à moins que la pose d’une voûte ou d’un échafaudage au-dessus de sa surface ait pu permettre de continuer à l’utiliser, peut-être en relation avec le collecteur d’eaux pluviales qui avait été installé au même moment. Dans tous les cas, le réduit fut comblé à une époque comprise entre la fin du xvie s. et la fin des années 1980.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Benjamin Michaudel, « Castelnaud-la-Chapelle – Le château : barbacane et fossé maçonné », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16348

Haut de page

Responsable d'opération

Benjamin Michaudel

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org