Navigation – Plan du site
2012

Carsac-Aillac – Saint-Rome Haut

n°026031
Responsable(s) des opérations : Alexandra Hanry
Notice rédigée par : Alexandra Hanry

Entrées d’index

Chronologique :

Gallo-romain, haut Moyen Âge

Nature des opérations :

Fouille préventive (FP)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.245;44.824;1.315;44.885

1Dans le cadre de la construction du nouvel Ehpad Saint-Rome, deux opérations de fouille préventives ont été réalisées par l’Inrap, l’une du 12 janvier au 17 avril 2009, l’autre du 12 mars au 06 avril 2012.

2Ces interventions ont démontré une forte présence humaine dans le secteur entre le début de l’époque augustéenne et le ive s. apr. J.-C. Perché sur une terrasse à plus de 16 m au dessus de la Dordogne, ce site antique se développe sur 2 à 3 hectares. Le toponyme Saint-Rome conserve encore le souvenir de cette occupation. Après l’abandon de cet établissement gallo-romain, un espace funéraire du Haut Moyen Âge (entre le milieu du viie et la fin du xe s.) prend place dans ces ruines sur des terrains devenus alors peu propices à l’élevage ou à l’agriculture.

3Des modifications du projet initial ont entraîné la prescription d’une nouvelle fouille préventive sur la bande de terrain nord-sud (170 m de long par 40 à 50 m de large) en marge orientale du premier projet et de la fouille réalisée en 2009. Le secteur exploré, d’une surface de 9160 m2, se situe à quelques mètres des vestiges mis en évidence dans les tranchées de diagnostics de 2006 (F. Cavalin, Inrap) et des structures antiques découvertes lors de la fouille de 2009 (A. Hanry, Inrap). De plus, des ensembles funéraires ou des sépultures isolées du Haut Moyen Âge ont été mis en évidence lors des deux opérations, laissant supposer la présence d’une aire funéraire non circonscrite dans les limites de la fouille, et dont l’étendue restait à déterminer.

4Plusieurs tranches d’intervention ont été prévues dans la prescription de fouille, en fonction des résultats des premières investigations. La première partie de la fouille a donc été mise en œuvre entre mars et avril 2012, sous la forme de vingt sondages archéologiques réalisés mécaniquement (couvrant 14 % de la surface prescrite et accessible). Le nombre de faits complexes reconnus n'excédant pas quinze (ensembles I à V), les éléments les plus caractéristiques de l’occupation anthropique de ce secteur ont été fouillés dans la foulée, sous la forme de fenêtres d’investigations. En effet, la tranche conditionnelle qui aurait permis un décapage complet de la surface impactée par l’aménagement, ne pouvait être engagée qu’à partir de la découverte de quinze faits complexes dans les sondages de la tranche ferme. Trois zones de concentration des vestiges ayant été repérées, la fouille extensive s’est recentrée autour des sondages Sd. 3 et 17 (zone III, 483 m2), Sd. 5 et 6 (zone II, 741 m2) et Sd. 8 et 11 (zone I, 378 m2) pour permettre d’observer l’organisation spatiale des structures, voire de déterminer leurs relations. 63 structures archéologiques ont ainsi été découvertes dans les 20 tranchées d’évaluation et les 3 élargissements de fouille.

5Les cinq périodes d’occupation du site mises en évidence au cours de la fouille de 2009 n’apparaissent pas clairement sur cette bande de terrain mitoyen. Parmi les 63 structures archéologiques, 15 entités semblent se rapporter à une occupation précoce du site (période 1 : phase augustéenne) car elles sont antérieures à la mise en place d’un niveau de remblai d’époque julio-claudienne (US 1037, période 2). Parmi les 48 aménagements implantés sur ce niveau, seuls 2 fours (ensemble I et II) et un trou de poteau (F52) ont pu être datés plus précisément et rattachés à la période 5 du site (haut Moyen Âge)

6En outre, l’étude du mobilier céramique révèle une présence anthropique au cours du Haut-Empire, ne donnant de datation plus poussée que pour deux contextes : US 1037 (ier s. apr. J.-C., et plus probablement 20-70 apr. J.-C.) et F52/US 1055 (iie s., mais le tesson est résiduel). Ce sont alors les datations des charbons de bois issus de structures de combustion (F7 et F33) qui complètent l’étude céramologique : les deux fours appartiennent au haut Moyen Âge. Ces données chronologiques issues de l’étude du mobilier et des analyses physico-chimiques s’enrichissent de l’étude séquentielle des niveaux sédimentaires et de l’interface entre ces derniers et les structures archéologiques, mettant en évidence trois périodes d’occupation du site sur cette parcelle.

7L’apport majeur de la dernière intervention archéologique est, donc, la mise en évidence de structures de combustion pouvant être contemporaines de l’espace funéraire du haut Moyen Âge : deux fours à vocation indéterminée (domestique, voire artisanale ; cf fig. 1, niveau d’apparition du four de l’ensemble II). La fouille de 2012 permet également de préciser la limite orientale de cette aire d’inhumation : la zone autour des bâtiments antiques, probablement en ruine lors de l’installation des sépultures.

Fig. 1

Vue du four F33/F34 (Ensemble II) en cours de relevé

8Ces découvertes ne contredisent pas l’analyse du site que nous avons faite à l’occasion de la fouille de 2009, mais ne permettent pas d’aller plus loin dans l’interprétation globale du site antique de Saint-Rome. Seules de nouvelles découvertes permettraient d’enrichir notre connaissance de la structuration de ce site et de son étendue. S’il s’agit bien d’une villa, la partie résidentielle devait se trouver en bordure de la terrasse perchée surplombant la Dordogne au sud. Les bâtiments de l’Ehpad actuel ont, sans doute, largement affecté les vestiges antiques. Seules de nouvelles investigations dans la zone séparant l’emprise du nouveau projet des constructions en bordure de terrasse permettraient de faire progresser l’interprétation du site de Saint-Rome.

9L’espace funéraire du haut Moyen Âge est quant à lui mieux connu spatialement. Il s’étend depuis les ruines des bâtiments antiques jusqu’au milieu de la terrasse géologique surplombant à l’ouest la Dordogne. Les deux fours datés entre le viie et le ixe s. apr. J.-C. attestent d’une fréquentation de la zone au cours de cette période, sans que l’on puisse garantir la contemporanéité de ces structures de combustion et des sépultures.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/16346/img-1.png
Fichier image/png, 6,4M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alexandra Hanry, « Carsac-Aillac – Saint-Rome Haut », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Aquitaine, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16346

Haut de page

Responsable d'opération

Alexandra Hanry

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org