Navigation – Plan du site
2015

Kourou – Ariane 6, carrière S2 (Luna)

n°555
Responsable(s) des opérations : Jérôme Briand
Notice rédigée par : Jérôme Briand

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :

1Le diagnostic archéologique est préalable au projet d’exploitation de la carrière de sables Luna (S2) sur la parcelle cadastrée BW 2 de la commune de Kourou, par le Centre National d’Etudes Spatiales, dans le cadre du programme Ariane 6. Un arrêté de prescription a été émis par le service de l’archéologie de la DAC Guyane, en date du 4 juin 2014. L’intervention a été réalisée par quatre agents de l’Inrap du 29 juin au 13 juillet 2015.

2L’emprise réelle du diagnostic concerne le périmètre d’exploitation de la carrière (136 585 m2). Le positionnement des tranchées a été conditionné par l’ouverture de travées sous le couvert forestier. Au total, 4969 m2 ont été ouverts (plus de 2300 m linéaires avec deux pelles hydrauliques de 20 t. munies d’un godet de 2,1 m de largeur), ce qui représente 3,6 % de la surface d’exploitation.

3En profondeur, les sondages atteignent ponctuellement l’horizon supérieur du substrat stérile (grès tendres jaunes). La plupart du temps, les parois des tranchées se sont effondrées avant, à une profondeur comprise entre 1,30 m et 1,50 m dans les sables recouvrants.

4Le diagnostic sur l’emprise de la future carrière de sable Luna (S2) a permis la reconnaissance de deux sites archéologiques, dénommés LUNA-1 et LUNA-2, situés chacun sur un petit plateau du sommet dunaire de la barre pré-littorale qui sera exploitée.

5Le site LUNA-1 se caractérise par la présence de deux niveaux d’occupation distincts. Le premier niveau, qui apparaît sous 40 cm du sol actuel, est un site amérindien de plein air de l’époque coloniale. Le mobilier est constitué pour l’essentiel de céramique incluant du kwepi (écorce brûlée) comme dégraissant, d’objets métalliques et de perles en verre associées à une probable sépulture secondaire en urne. Si on considère l’ensemble des données, la fourchette de datation de l’occupation est assez large, du xviie au xixe s. Le lot céramique présente des caractéristiques comparables avec la production galibi. Les objets ferreux n’apportent pas plus de précisions sur la datation en l’état actuel de l’inventaire. L’absence de bouteilles de verre sur le site est à remarquer. Cette remarque tendrait vers un resserrement de l’occupation, antérieure au second quart du xixe siècle. Quant aux perles, ce sont à priori les indices les plus fiables pour dater l’occupation, ou du moins la sépulture à laquelle elles sont associées comme objets de parure. La majorité des petites perles retrouvées sur le site sont usuelles au cours du xviiie s. et leur production perdure au xixe s. En conclusion, l’occupation du niveau supérieur du site LUNA-1 est rattachée au nouveau complexe Malmanoury (Bel, 2015) attribué à la population Kali’na du littoral, ayant eu contact avec les premiers colons à partir du xviie s.

6Le second niveau du site LUNA-1 est enfoui sous au moins 1,5 m de sables. Sans résultat de datation absolue, ce niveau est difficilement datable en l’état. Il se caractérise principalement par son lot d’éléments lithiques résultant des différentes étapes de la chaîne opératoire de débitage sur quartz. La présence d’un amas rappelle aussi les structures de combustion mises au jour sur des sites archaïques. Cependant, la prudence s’impose pour dater aussi anciennement les quelques tessons retrouvés dans le niveau inférieur du site LUNA-1. Si leur présence est sans conteste associée à ce niveau ancien, des caractéristiques de finition de surface ne leur confèrent pas forcément la qualification de céramique sommaire habituellement attribuée à la période archaïque.

7Le site LUNA-2 ne présente qu’un seul niveau archéologique, enfoui sous au moins 1,4 m de sables. Sans résultat de datation absolue, ce niveau est difficilement datable en l’état. La série de mobilier lithique semble homogène, toutes proportions gardées, avec celle provenant du niveau inférieur du site LUNA-1, avec une représentativité commune du débitage du quartz, plus important que les objets de mouture. La présence d’un amas rappelle là aussi les structures de combustions mises au jour sur les sites archaïques. Le mobilier céramique, semblable par les constituants utilisés à celui retrouvé associé au niveau inférieur du site LUNA-1, présente lui aussi des caractéristiques de finition de surface qui ne lui confèrent pas la qualification de céramique sommaire habituellement attribuée à la période archaïque. Nous resterons prudents sur l’appartenance chronologique de ce site, d’autant que son recouvrement important est peut-être en partie lié à une action mécanique moderne ou contemporaine.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jérôme Briand, « Kourou – Ariane 6, carrière S2 (Luna) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Guyane, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/16252

Haut de page

Responsable d'opération

Jérôme Briand

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org