Navigation – Plan du site
2013

Calenzana, Calvi, Occhiatana

2013 – Prospection diachronique n° 1272
Responsable(s) des opérations : Pierre Comiti
Notice rédigée par : Pierre Comiti

Texte intégral

1Occhiatana est un village de la « corniche » de Balagne orientale, disposant d’un large panorama sur la vallée du Reginu. Le territoire communal présente une forme allongée originale, établie d’après le tracé menant de la mer au village, puis aux passages vers le Giussani par le col de Battaglia. Cet espace étroit a livré des traces de présence humaine depuis la fin du Néolithique, période qui voit le regroupement d’une communauté sur les versants du Monte Ortu di Reginu. Ce groupe, dont l’économie de subsistance semble essentiellement basée sur l’exploitation agricole de la vallée du Reginu, est attesté entre 3 000 et 1 000 av. J.-C. Vers la fin de la période (âge du Bronze final), les populations du Monte Ortu connaissent les savoir-faire liés à la fabrication d’outils et d’armes en bronze, comme le montrent plusieurs éléments mobiliers anciennement découverts sur ce site. Plusieurs stations néolithiques (satellites ?) sont connues à proximité (Capiciolu, Capu di Moru, Querci d’Ortu). L’époque romaine est mal connue sur le territoire. On notera cependant l’existence d’un site antique de nature indéterminée sur la colline de Capu di Moru. Au Moyen Âge, c’est à partir du xiie s. que la communauté d’Occhiatana se réorganise autour de l’édification de chapelles romanes dont le meilleur exemple est celle de San Bartolomeu (fig. 1), située juste sous le village, près d’un sentier muletier. Le bâtiment, assez bien conservé, fut l’église principale d’Occhiatana jusqu’au xvie s. avant d’être abandonné puis transformé en pailler.

Fig. 1 – Chapelle romane de San Bartolomeu

Fig. 1 – Chapelle romane de San Bartolomeu

Pierre Comiti, 2013

2L’époque connaît aussi le développement du village. C’est durant cette phase que la communauté fait construire la tour littorale de Cala Rossa (ou Pianosa), d’abord de forme ronde avant une réfection qui l’agrandira et lui donnera un plan carré. Lors d’une période qui voit les littoraux insulaires menacés par les raids barbaresques, ces monuments, nombreux en Corse, visaient à améliorer la surveillance des côtes et transmettre rapidement l’alerte aux populations vivant plus à l’intérieur des terres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Chapelle romane de San Bartolomeu
Crédits Pierre Comiti, 2013
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pierre Comiti, « Calenzana, Calvi, Occhiatana », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 27 avril 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15928

Haut de page

Responsable d'opération

Pierre Comiti

Association

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org