Navigation – Plan du site
2013

Lucciana – La Canonica II

2013 – Opération préventive de diagnostic n° 1247
Responsable(s) des opérations : Philippe Chapon
Notice rédigée par : Philippe Chapon

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique sur la déviation de la route départementale RD107 a permis d’explorer un linéaire de plus de 400 m de long au sud du site archéologique de Mariana.

2La poursuite du site antique a été mise en évidence dans le prolongement des vestiges répartis le long d’une voie de circulation qui longe la basilique paléochrétienne. Ils prennent la forme de deux îlots séparés par un probable axe de circulation nord/sud. Deux niveaux d’occupation ont été mis en évidence avec un renouvellement total du bâti après arasement de l’état antérieur. La période d’occupation semble s’étaler entre le iie et le début du ve s., avec une prédominance pour le Bas-Empire. Un ensemble d’éléments, comme la présence d’épais épandages charbonneux, de scories en abondance et de blocs de minerai de magnétite, indique l’existence d’un atelier artisanal à vocation métallurgique.

3La découverte d’une dédicace religieuse incomplète (fig. 1), en plus de nous éclairer sur les dévotions des habitants de Mariana, nous apporte un élément muséographique de premier ordre.

Fig. 1 – Dédicace religieuse

Fig. 1 – Dédicace religieuse

Philippe Chapon (Inrap), 2013

4Immédiatement au sud du site archéologique, sur près de 300 m de long, la limite de la ville antique a pu être définie avec certitude. Elle correspond exactement à la bordure méridionale de la terrasse ancienne du Golo. Le paysage devait être très différent à l’époque, puisqu’il est maintenant établi qu’une couche de plus de 2 m d’alluvions s’est déposée depuis l’Antiquité entre la terrasse et le lit actuel du fleuve.

5Complètement à l’est de l’emprise, à proximité de la nécropole d’I Ponti, une large structure maçonnée a été découverte très proche de la surface actuelle. Elle a été détruite au sud par d’anciennes crues du Golo et a été aménagée dans d’épaisses couches d’alluvions. Son revêtement formé d’un hérisson de galets légèrement convexe évoque une chaussée d’orientation nord-sud qui semble se prolonger au nord de la départementale par une longue structure linéaire parfaitement visible en photographie aérienne. Elle recoupe un empierrement grossier daté du Haut-Empire et la découverte à sa surface de deux monnaies de la république de Gênes permet de l’interpréter comme le réaménagement à l’époque médiévale d’un axe de circulation nord-sud, non loin du point de franchissement du Golo.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Dédicace religieuse
Crédits Philippe Chapon (Inrap), 2013
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15888/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Philippe Chapon, « Lucciana – La Canonica II », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15888

Haut de page

Responsable d'opération

Philippe Chapon

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org