Navigation – Plan du site
2013

Vico – Sant’Appianu de Sagone

2013 – Fouille programmée n°1305
Responsable(s) des opérations : Daniel Istria
Notice rédigée par : Daniel Istria, Anne-Gaëlle Corbara, Joël Françoise et Emmanuel Pellegrino

Texte intégral

1La campagne de fouille 2013 a permis de terminer l’étude initiée en 2011 du secteur situé au sud-ouest de l’église paléochrétienne. Quatre phases ont été mises en évidence.

2Des sépultures sont installées durant la première moitié du ve s (fig. 1).

Fig. 1 – Sépultures du ve siècle

Fig. 1 – Sépultures du ve siècle

Daniel Istria (CNRS), 2013

3Elles correspondent à une extension du cimetière paléochrétien repéré les années précédentes au sud-est. Les tombes en amphores et sous tuiles disposées en bâtières sont orientées ouest/est ou sud-ouest/nord-est et sont organisées selon un plan en « L ». À l’heure actuelle, il n’est pas possible d’expliquer cette diversité et cette disposition particulière.

4Dans le courant de la seconde moitié du ve s., une pièce est édifiée sur cette aire funéraire. Au moins deux tombes, peut-être trois, sont alors coupées par les murs de facture assez grossière. Un dolium est installé près de l’angle nord-est et deux foyers prennent place à même le sol en terre. Ces éléments laissent penser qu’il s’agit d’un habitat qu’il faut sans doute mettre en relation avec les pièces attenantes. L’ensemble pourrait être lié au fonctionnement de l’édifice de culte contre lequel il est directement appuyé. Peut-être s’agit-il des logements ou des pièces de service du clergé. Durant un deuxième état, une cloison vient créer une division intérieure. Vers le milieu ou la seconde moitié du vie s., la pièce est abandonnée. Les niveaux d’occupation sont alors scellés par l’effondrement du toit.

5À partir de la fin du xe ou du début du xie s., le secteur est réinvesti et de nouvelles sépultures sont aménagées. Elles constituent un nouveau cimetière surtout utilisé jusqu’au xiiie s., puis de manière plus occasionnelle jusqu’au xve s. L’étude anthropobiologique a pu mettre en évidence une population d’inhumés diversifiée, mais à l’intérieure de laquelle les sépultures de jeunes enfants sont rares. Les datations radiocarbones des ossements permettent aujourd’hui d’avoir une idée assez précise de l’évolution typologique de l’architecture des tombes.

6Une dernière phase correspond au dépôt de sédiments à partir du xviiie s. sur le sol du cimetière médiéval.

7Parallèlement a été entrepris le réexamen des lambeaux de sols et des maçonneries dégagés dans les années 1960 et conservés à l’intérieur de la chapelle du xviiie s. Combiné à la relecture des architectures réalisée en 2007, cette étude conduit aujourd’hui à proposer une nouvelle interprétation de cet ensemble complexe.

8La phase la plus ancienne, non datée précisément mais appartenant au Bas-Empire, pourrait correspondre à un ensemble de pièces d’habitation organisé autour d’un atrium et disposant d’une galerie à portique en façade sud. Il s’agit sans doute là de l’édifice résidentiel de la villa.

9Durant la phase 2, un édifice de culte est érigé sur une partie des bâtiments antérieurs dont il respecte globalement l’orientation. Il s’agit d’une église relativement modeste (dimensions intérieures avec l’abside : 7,65 × < 23 m) dont la céramique et les analyses radiocarbones permettent de situer la construction vers la fin du ive ou le début du ve s. Le presbyterium, en avant de l’abside, est surélevé d’une trentaine de centimètres et sur celui-ci a été mis en évidence l’emplacement de l’autel. Profond de 2,97 m, il occupe toute la largeur de l’édifice.

10Peut-être déjà dans le courant du ve s., des passages sont aménagés au nord et au sud du presbyterium qui est allongé vers l’ouest d’environ 1,30 m et doté d’un couloir axial ou d’une solea. Il est rapidement recouvert d’un nouveau sol dont la mise en place impose la surélévation de quelques centimètres du socle de l’autel, qui est peut-être désormais un peu plus petit. Dans un second temps, un muret permet de repousser la limite nord de l’estrade de 45 cm et de gagner ainsi un espace de près de 2 m2.

11Au milieu du xiie s. l’église est entièrement reconstruite. Les murs, en pierre de taille, sont posés sur les arases de l’édifice antérieur qui conditionne, de fait, le plan et les dimensions. Un sol en argile est posé sur l’estrade. L’autel est réaménagé au même endroit, alors qu’un second est probablement construit sur le côté sud du presbyterium.

12Au xve s. un remblai important recouvre les aménagements antérieurs et permet de poser un nouveau sol en briques. Une partie du mur gouttereau sud est peut-être restaurée au même moment, également en briques.

13Enfin, en 1728, une chapelle est construite à l’extrémité orientale de la nef médiévale en conservant en élévation les murs gouttereaux nord et sud. Ce nouvel édifice, de petites dimensions, possède un sol constitué, au moins en partie, en pierres de réemploi, et est doté d’un nouvel autel imposant, situé près du mur sud.

14Cette opération a donc apporté des informations fondamentales pour la connaissance du site de Sagone. L’évolution de l’édifice de culte est désormais beaucoup mieux cernée et son environnement immédiat bien mieux documenté, tant d’un point de vue architectural et topographique que chronologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sépultures du ve siècle
Crédits Daniel Istria (CNRS), 2013
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Daniel Istria, Anne-Gaëlle Corbara, Joël Françoise et Emmanuel Pellegrino, « Vico – Sant’Appianu de Sagone », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 04 avril 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15820

Haut de page

Responsables d'opération

Daniel Istria

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Anne-Gaëlle Corbara

Joël Françoise

Emmanuel Pellegrino

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org