Navigation – Plan du site
2013

Sainte-Lucie-de-Tallano – Église Saint-Jean-Baptiste

2013 – Fouille préventive n° 1283
Responsable(s) des opérations : Patrick Ferreira
Notice rédigée par : Patrick Ferreira

Entrées d’index

Mots-clés :

église, promontoire, pieve

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Fouille préventive (SP)
Haut de page

Texte intégral

1En 2008, l’Inrap avait mené une campagne de prospection dans l’emprise du projet de création d’un barrage hydroélectrique construit par EDF-GDF. (Tramoni, Ferreira 2008). Bien qu’étant hors de l’emprise, les prospections avaient mis en évidence la nécessité de mener un travail plus approfondi sur le site de Saint-Jean-Baptiste, classé monument historique depuis 1930.

2En 2012, le service régional de l’archéologie de Corse avait donc prescrit une opération de diagnostic sur les parcelles 321, 322 (parcelle de l’église) et 323 de la section E du cadastre actuel de la commune de Sainte-Lucie-de-Tallano.

3Géographiquement, le sud-ouest de la Corse est cloisonné par des axes nord-est, sud-ouest qui contribuent à déterminer les territoires et à isoler différents ensembles. Le cadre de l’étude peut être compris dans la région que l’on appelle traditionnellement la Rocca.

4L’église de Saint-Jean-Baptiste se situe au lieu-dit Pieve e San Giovani. Construite sur les terres de l’ancienne pieve d’Attalà, qualificatif que l’on retrouve dans le nom de la commune, elle est aujourd’hui isolée et éloignée des villages. Le cours d’eau du Rizzanese coule en contrebas de l’église à environ 500 m. L’édifice est construit sur un promontoire, « poggio », au sommet aplani, représentant une surface de 400 m2. Il culmine à environs 328 m NGF.

5San Ghuvan Battista n’avait pas encore fait l’objet d’études historiques et archéologiques approfondies. Elle faisait partie du diocèse d’Ajaccio, dont le territoire s’étend sur la partie sud-ouest de l’île. Elle est traditionnellement datée de la période pisane et correspond à une politique de construction et de reconstruction sur l’ensemble du territoire initiée par la république de Gênes. Cette dernière a en effet obtenu le gouvernement de l’île en 1091, par l’autorité pontificale dirigée par Urbain II. Ce programme ne touche pas uniquement l’intérieur de l’île mais également le littoral.

6Concernant l’église de Saint-Jean-Baptiste, peu de sources textuelles nous renseignent sur sa construction et son évolution. Une visite tardive en 1587 de Monseigneur Mascardi, dans le diocèse d’Ajaccio, fait mention de l’édifice comme d’« un sanctuaire de campagne, isolé sur son poggio ». Il décrit brièvement un « grand baptistère en forme de puits, ainsi que deux petits autels encadrant le maître autel, la présence d’un mur de clôture ».

7Le visiteur décrit également un sol de terre battue, et l’absence de campanile. Ces éléments ont aujourd’hui disparu. Une visite épiscopale du xviie s (1687) mentionne la maison de l’ermite à proximité de l’église. L’état de l’habitation semble être très mauvais, et il n’est déjà plus question des aménagements liturgiques.

8Cette église de San Ghuvan Battista se rapproche très sensiblement de plusieurs autres édifices situés dans la région de la Rocca. Il s’agit de l’église de Carbini, dédiée également à San Giovani. Elle possède un imposant campanile déporté au nord-est, contrairement à notre église qui n’en possède pas.

9Au final, l’opération de diagnostic menée sur l’église de San Ghuvan Battista et ses abords s’est révélée positive tant sur le plan du sous-sol que des observations sur le bâti médiéval. La présence d’une zone d’inhumation est confirmée au sud de l’église sur un replat bordant l’édifice pisan.

10Le diagnostic a donc montré la nécessité de poursuivre les investigations pour apporter un nouveau regard et une aide à la mise en valeur de cette église et de son environnement.

11En 2013, une campagne de fouilles a donc été réalisée sur le cimetière retrouvé en diagnostic (fig. 1). L’une des tombes a pu être datée par radiocarbone et les résultats nous indiquent une inhumation entre le xive et le xve s.

Fig. 1 – Plan de localisation des vestiges

Fig. 1 – Plan de localisation des vestiges

Église Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Lucie-de-Tallano

Patrick Ferreira (Inrap), Maxime Seguin (Inrap), 2013

12En accord avec le SRA, un rapport commun des campagnes 2013 et 2014 est en cours. Il présentera l’ensemble des données et des résultats de cette église médiévale dédiée à Saint-Jean-Baptiste ainsi que son rôle et ses fonctions, notamment funéraires.

Haut de page

Bibliographie

Tramoni P., Ferreira P. 2008 : Aménagement hydroélectrique du Rizzanese, Rapport final de diagnostic archéologique, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan de localisation des vestiges
Légende Église Saint-Jean-Baptiste, Sainte-Lucie-de-Tallano
Crédits Patrick Ferreira (Inrap), Maxime Seguin (Inrap), 2013
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Patrick Ferreira, « Sainte-Lucie-de-Tallano – Église Saint-Jean-Baptiste », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15809

Haut de page

Responsable d'opération

Patrick Ferreira

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org