Navigation – Plan du site
2013

Sartène – Dolmen de Fontanaccia

2013 – Fouille programmée n° 1284
Responsable(s) des opérations : André D'Anna
Notice rédigée par : André D'Anna

Entrées d’index

Mots-clés :

dolmen, mégalithisme, granite

Chronologique :

Néolithique, âge du Bronze

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

1Emblématique de la Préhistoire corse, le dolmen de Fontanaccia est souvent présenté comme l’un des plus beaux de l’île ; il n’a cependant jamais fait l’objet d’une étude détaillée. Dans le cadre du programme portant sur l’approche du mégalithisme du plateau de Cauria, il n’a jamais été une priorité. La Collectivité Territoriale de Corse, propriétaire, met actuellement en œuvre un programme de protection-restauration. Dans cette perspective une opération de diagnostic visant à vérifier le potentiel archéologique du site a été réalisée en 2012 et 2013.

2La première description du monument est due à Prosper Mérimée qui visite le plateau de Cauria pendant son voyage d’inspection en Corse en 1839. La Stazzona del Diavolo, la Forge du Diable, a alors déjà été pillée. La chambre est vide. Il n’y a aucun vestige de tumulus visible. Mérimée publie un dessin et donne les dimensions des huit pierres qui constituent le monument. La chambre mesure 3,15 m × 2,05 m et 1,65 m de hauteur. La dalle de couverture, mesurant 3,50 m × 2,30 m, est fendue. Mérimée y remarque des rigoles qu’il considère comme creusées de main d’homme. Les principales dégradations, dalle de couverture fendue et dalles latérales inclinées vers l’intérieur, sont déjà observées.

3En 1883, Adrien de Mortillet effectue en Corse une mission pour le compte du Ministère de l’Instruction Publique, sous-commission des Monuments Mégalithiques, dont le compte-rendu est publié quelques années plus tard. À la suite de cette mission, le dolmen de Fontanaccia est classé monument historique en 1889. De Mortillet déclare que « ce monument est le plus beau et le mieux conservé des dolmens de Corse », expression qui a été systématiquement reprise depuis. Il donne une description détaillée du monument, accompagnée de dessins, photos et mesures. Les photos, consultables dans la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, montrent que le maquis autour du dolmen est relativement bas.

4Le dolmen est constitué de huit dalles, sept supports et la dalle de couverture. Il nomme les dalles de A à H : A est la dalle de seuil, B, C, D, E, F, G, les orthostates en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et en commençant à droite de l’entrée (B) et finissant à gauche (G). D est le chevet. H est la couverture. Toutes sont en granite. La dalle A est cassée.

5La table de couverture (H) est plate, de forme assez régulière. Elle est fendue obliquement dans la largeur. Elle porte trois cuvettes qui semblent naturelles mais qui sont reliées aux bords par des rigoles faites de main d’homme. Leur fond anguleux et la fraîcheur des bords les font considérer comme modernes. Enfin, de Mortillet signale, à proximité du dolmen, la présence de petits menhirs et d’un alignement.

Tableau 1 – Dimensions des dalles (en m) d'après de Mortillet

Dalle

Hauteur

Largeur

Épaisseur

A

0,25 à 0,45 m

1,60 m

B

1,57 m

2,30 m

0,20 à 0,30 m

C

1,58 m

1,10 m

0,20 m

D (chevet)

1,40 m

1,70 m

E

1,30 m

1 m

1,70 m

F

1,40 m

1,20 m

G

1,40 m

1,20 m

0,20 m

H (table)

3,40 m

2,90 m

A. d’Anna (CNRS), 2013

6Dimensions de la chambre : hauteur, 1,80 m ; longueur, 2,60 m ; largeur, en bas 1,60 m et en haut 1,40 m. Toutes ces mesures sont plus précises que celles de Mérimée ; elles seront systématiquement reprises par la suite.

7En 1911, Louis Giraux signale la présence de deux autres dolmens et d’un alignement de menhirs.

8En 1964, Roger Grosjean, parallèlement à la fouille de I Stantari, fait effectuer un démaquisage autour du dolmen, mais le monument ne semble pas l’avoir particulièrement motivé. Les photos disponibles dans ses archives montrent, d’une part, que c’est probablement à cette période que la dalle G s’est inclinée plus fortement que jusque-là et, d’autre part, que le niveau du sol autour du dolmen était d’une dizaine de centimètres plus haut qu’actuellement.

9Par la suite on apprendra seulement que le dolmen est orienté à 114°, soit sensiblement à l’est-sud-est et que les orthostates sont soigneusement régularisés. Surtout, il sera constaté qu’aucune étude approfondie n’a été réalisée sur ce monument parce qu’il n’y a plus de sédiment et que le substratum est affleurant. C’est bien pour cette raison que le dolmen est resté un élément secondaire de l’opération Cauria alors qu’au-delà de toutes les descriptions la question principale reste sans réponse décisive : quel est son âge ? Il n’y a pratiquement pas de proposition argumentée. Actuellement, il semble que certains dolmens corses ont été utilisés et probablement construits à la fin du Néolithique pendant le Terrinien (Cardiccia ?), ou au début du Bronze ancien ; Settiva en est le meilleur exemple. Par cohérence, il a été proposé d’attribuer Fontanaccia à cette période pendant laquelle se mettent en place dans le Sartenais les alignements de pierres dressées de Stantari, Renaghju, Apazzu et Pallaghju.

10L’opération de 2012 et son prolongement en 2013 ont permis de réaliser quelques observations complémentaires sur l’architecture.

11L’axe d’orientation de l’ouverture a été mesuré à 125°. Pour ce qui concerne les dimensions, on constate quelques similitudes mais aussi quelques différences entre les trois sources disponibles. On note par exemple que la longueur de la chambre n’est plus mesurable du fait de la chute de la dalle A.

Tableau 2 – Quelques dimensions maximales, en centimètres, mesurées en 2012 et 2013

Dalle

Hauteur

Largeur

Épaisseur

Poids

A

100 cm

120 cm

32 cm

950 kg

B

182 cm

240 cm

43 cm

4 t

C

170 cm (au-dessus du sol)

112 cm

20 cm

950 kg

D (chevet)

178 cm

162 cm

30 cm

2 t

E

177 cm

100 cm

40 cm

1,5 t

F

170 cm

115 cm

36 cm

1,75 t

G

162 cm

120 cm

35 cm

1,5 t

H (table)

350 cm

300 cm

25 cm

6,5 t

Elles permettent d’évaluer approximativement le poids de chacune des dalles avec une densité moyenne de 2,5 pour le granite.

A. d’Anna (CNRS), 2013

12Dimensions de la chambre : longueur maximale 290 cm (260 avec A en place), largeur au fond au sol 180 cm, sous la dalle de couverture 178 cm, largeur à l’entré au sol 135 cm, sous la dalle de couverture 90 cm, hauteur maximale 170 cm (par rapport à la surface du sol actuel).

13La chambre a une forme au sol légèrement trapézoïdale. Comme cela avait déjà été remarquée par de Mortillet, la dalle de chevet est engagée entre les orthostates, ce qui est également le cas pour les dolmens d’Arghjola, de Settiva et du Taravo. Ce mode architectural n’est cependant pas systématique en Corse, puisqu’il ne se retrouve ni à Cardiccia, ni sur les dolmens du Monte Revincu.

14On remarquera également que les orthostates E, F, et G proviennent d’une même grande dalle. Le dolmen est édifié en roches monzonitiques locales, mais des dalles de telles dimensions n’existent pratiquement pas (plus !) sur le plateau de Cauria. Le dolmen est construit sur une éminence dominant l’alvéole du Pozzu Rossu. Le substratum est constitué de monzogranodiorite du faciès U Cicali. Cependant le dolmen est édifié sur un filon doléritique d’orientation nord-est/sud-ouest dont plusieurs blocs ont été utilisés pour caler les orthostates. La surface de l’éminence est couverte d’altérite et le substratum massif n’est que très localement affleurant. Dans les environs immédiats, il n’y a pas de débit en dalle.

15Les campagnes de 2012 et 2013 ont permis d’effectuer un relevé détaillé, et de confirmer l’absence de dépôt dans la chambre et la faible épaisseur de sédiment autour du monument (de 0 à 20 cm). Il n’y a aucun vestige de tumulus et les sondages n’ont pas révélé une éventuelle limite de celui-ci. L’exploration reste cependant insuffisante pour conclure à sa totale absence, mais cela reste une probabilité forte ; soit il n’y en avait pas, soit il a été soigneusement nettoyé. Sur l’ensemble des sondages, il n’y a aucun vestige de couche archéologique qui pourrait correspondre à l’installation du monument. Celui-ci a été implanté sur une surface décapée sans qu’il soit possible de déterminer si cela résulte de phénomènes naturels ou d’un nettoyage préalable soigné. Plusieurs observations autour du dolmen et sur l’ensemble du plateau militent pour la première hypothèse, ce qui n’est pas sans effet sur la discussion relative à la datation du monument. Comme cela est visible en surface, les orthostates ne sont calés que vers l’extérieur de la chambre ; enfin, les sondages devant celle-ci montrent qu’il n’y a aucun vestige de couloir, ni bloc en provenant, ni traces d’implantation.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

André D'Anna, « Sartène – Dolmen de Fontanaccia », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15777

Haut de page

Responsable d'opération

André D'Anna

CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org