Navigation – Plan du site
2013

Albitreccia, Cauro, Coti-Chiavari, Grosseto-Prugna, Pietrosella

2013 – Prospection diachronique n° 1276
Responsable(s) des opérations : Émilie Tomas
Notice rédigée par : Émilie Tomas et Gildas Le Marchand

Texte intégral

1Une opération de prospection-inventaire a été menée sur la frange littorale des communes se situant sur la rive sud du golfe d’Ajaccio. La réalisation de cette prospection-inventaire est à mettre en lien avec la mise à jour d’un plan local d’urbanisme (PLU). Les communes considérées étant incluses dans les zones de prospections prioritaires définies par le service régional de l’archéologie de Corse, il s’est avéré nécessaire de disposer d’un diagnostic territorial s’intéressant au patrimoine historique des zones concernées par la révision de ces plans d’aménagements, et se répartissant sur le secteur sud du golfe d’Ajaccio. Le service régional de l’archéologie ne possédait en effet que peu de données sur ces zones sensibles où des sites ont anciennement été répertoriés. Des investigations opérées dans le cadre d’une étude systématique du golfe de Sagone ont récemment démontré tout l’intérêt de cette démarche, en permettant de relever l’existence de sites ou indices de sites sur le littoral, et de documenter les fréquentations de la Préhistoire jusqu’au Moyen Âge. Il importait donc de faire de même sur cet ensemble territorial possédant une frange littorale d’environ 50 km2, où l’expansion démographique a entraîné une urbanisation grandissante des terres côtières et des premiers contreforts montagneux (par exemple sur Porticcio).

2Ce travail s’est donc donné pour objectif principal d’établir un état des lieux archéologique des communes d’Albitreccia, Cauro, Coti-Chiavari, Grosseto-Prugna, Pietrosella, en portant un intérêt particulier à la frange littorale de ces communes où s’exercent les pressions foncières risquant de menacer des sites archéologiques. Toutes les périodes chronologiques sont donc concernées, de la Préhistoire à l’époque contemporaine (fin xixe s.). Un examen systématique de la totalité de cette bande littorale de la rive sud du golfe d’Ajaccio a donc été opéré sur une distance d’environ 1,25 km vers l’intérieur des terres, amenant à constater qu’une partie de cette zone est actuellement occupée. Nous avons cherché à proposer une cartographie des zones de « sensibilité archéologique » de cet ensemble territorial côtier sur la base de deux axes de recherche :

  • visiter les sites répertoriés sur la carte archéologique nationale ;

  • répertorier de nouveaux sites et les documenter.

3Dans le premier cas, l’examen des sites a permis d’apprécier leur lisibilité sur le terrain, d’actualiser l’état de conservation des vestiges, de compléter la description des données structurelles et mobilières, leur étendue, et de vérifier leurs coordonnées GPS.

4La découverte de nouveaux sites a, quant à elle, pu être entreprise en explorant un maximum de terrain possible, compte tenu de la densité parfois très importante du couvert végétal. En dehors des zones littorales privilégiées pour les raisons invoquées précédemment, il est aussi à signaler qu’une attention particulière a été donnée à la prospection des éminences topographiques, constituant souvent des sites d’implantation préférentiels, ce à toutes les périodes chronologiques. Les informations – sites et indices de sites – recueillies confirment l’occupation de ce territoire de la Préhistoire à nos jours. Pour les périodes les plus anciennes, les témoignages de l’occupation se présentent sous la forme de sites ou d’indices de site où du mobilier lithique et céramique a pu être observé. Les vestiges antiques sont par ailleurs assez ténus, du moins sur la frange littorale. Il convient de signaler qu’au cours de notre investigation aucun site ou indice de site daté de l’Antiquité n’a été répertorié. Pour la période médiévale, les vestiges observés dans la zone d’étude se limitent à des édifices de culte qui sont construits au cours des premiers siècles du second Moyen Âge. Pour finir, les temps modernes sont représentés par de nombreux moulins (fig. 1) et habitats dispersés liés au pastoralisme.

Fig. 1 – Vue du moulin au lieu-dit A Fica, situé sur le ruisseau du Ruppione (Pietrosella)

Fig. 1 – Vue du moulin au lieu-dit A Fica, situé sur le ruisseau du Ruppione (Pietrosella)

Crédits : Émilie Tomas

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue du moulin au lieu-dit A Fica, situé sur le ruisseau du Ruppione (Pietrosella)
Crédits Crédits : Émilie Tomas
URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15754/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Émilie Tomas et Gildas Le Marchand, « Albitreccia, Cauro, Coti-Chiavari, Grosseto-Prugna, Pietrosella », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Corse, mis en ligne le 26 avril 2017, consulté le 27 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15754

Haut de page

Responsables d'opération

Émilie Tomas

Bénévole

Articles du même responsable de fouilles

  • Bonifacio [Texte intégral]
    2013 – Prospection diachronique n° 1277
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Letia [Texte intégral]
    2013 – Prospection diachronique n° 1278
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Quenza [Texte intégral]
    2013 – Prospection diachronique n° 1302
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Linguizzetta [Texte intégral]
    2013 – Prospection diachronique n° 1374
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • 2015 – Autre étude
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Letia [Texte intégral]
    2014 – Prospection diachronique n° 1352
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Corse
  • Tous les textes...

Gildas Le Marchand

Bénévole

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org