Navigation – Plan du site
2013

Conjux – Lac du Bourget, Pré Nuaz, La Vacherie, site PNLV1

n°2211203
Responsable(s) des opérations : Sébastien Nieloud-Muller
Notice rédigée par : Sébastien Nieloud-Muller

Entrées d’index

Keywords :

Antiquity

Chronologique :

Antiquité

Géographique :

Rhône-Alpes, Savoie (73), Conjux

Nature des opérations :

Prospection thématique (PRT)
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 73091
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.800;45.782;5.841;45.806

1Le site PNLV 1 a été découvert en 2000, lors de la deuxième campagne de prospection, menée par André Marguet dans le lac du Bourget, réalisée dans le cadre de l’élaboration de la carte archéologique des gisements sous-lacustres des lacs préalpins. Immergé à une profondeur moyenne de 3,5 m, il se situe à environ 200 mètres de la rive actuelle, sur l’emprise lacustre de la commune de Conjux. Dès sa découverte, un sondage avait permis de topographier et de prélever l’ensemble des bois (105) et du matériel archéologique présents. Les analyses numismatiques (M. Amandry) et dendrochronologiques (Archéolabs) qui suivirent, permirent de définir une séquence chronologique homogène couvrant le deuxième tiers du iie s. apr. J.-C. (Marguet, 2002).

2L’étude exhaustive du mobilier issu de ce gisement fut entreprise dans le cadre d’un travail universitaire. La présence quasi exclusive de gobelets en céramique fine, pour la plupart dans un parfait état de conservation, et de pots en céramique commune, attestait d’un choix intentionnel d’objets. De plus, la présence de mutilations volontaires et d’un nombre significatif de monnaies permit de conclure qu’il s’agissait d’un dépôt à caractère cultuel (Nieloud-Muller, 2010).

3En 2011, une campagne de prospection thématique fut menée sur le site afin de définir ses limites et sa morphologie. L’emprise générale du gisement fut ainsi évaluée à plus de 350 m2 et 535 piquets/pieux furent topographiés. En 2012, 649 nouveaux bois furent triangulés, élevant ainsi à 1 289 le nombre de bois topographiés sur le site. Le plan étant désormais quasiment complet, il fut possible de distinguer deux grandes zones principales. En complément de ces travaux de topographie, la réalisation de deux sondages longitudinaux permit de localiser et de prélever l’ensemble des bois et du mobilier archéologique en place.

4En prenant en compte l’ensemble des bois prélevés en 2000 et 2012, de nombreuses informations ont pu être obtenues à partir de l’observation morphologique et de la détermination botanique (195 échantillons), ainsi que des analyses dendrochronologiques (153 échantillons, dont 145 datés en absolu).

5Le croisement de l’ensemble de ces données (taille des bois, diamètre, nombre de cernes/~âge, essence, phases d’abattage…) a permis de montrer qu’il s’agit d’un site unique et homogène constitué d’une multitude de petits bois implantés progressivement sur le site entre 132 et 186 apr. J.-C. Il fut ainsi possible de suivre en partie l’évolution et l’accroissement du site année après année.

6De plus, la morphologie des bois, leur implantation, leur répartition, leur écartement et la mise en évidence d’une progression chronologique dans l’implantation excluaient l’existence d’une structure bâtie, et invitaient à interpréter les bois comme des éléments partiellement autonomes. L’examen du mobilier vint conforter les premières conclusions avancées en 2010 en ce qui concerne l’interprétation cultuelle de ce gisement.

7En 2013, de nouveaux éléments sont venus enrichir la connaissance de ce site singulier. Une réflexion menée sur le contexte du gisement permet aujourd’hui d’affirmer que le site PNLV 1 s’est toujours trouvé en pleine eau, ou du moins en milieu humide. C’est ce que semble attester la parfaite conservation des bois sur le site pour la période considérée (132-186 apr. J.-C.). La mise en évidence d’un niveau associant sédiments sableux et oncolithes est caractéristique des zones riveraines où la profondeur d’eau est assez faible. Cette faible profondeur aurait pu favoriser une intervention in situ dans le cadre du dépôt du matériel. Certains mobiliers ont en effet été découverts en situation remarquable, comme certaines monnaies ou céramiques recouvertes par des fragments de tegulae ou d’imbrices, ou encore une monnaie protégée par un fond de céramique retourné.

8Les observations sur les bois ont permis quant à elles de percevoir la forme que pouvait revêtir la partie exondée du site. C’est en observant la profondeur d’enfouissement des piquets et pieux qu’il apparaît aujourd’hui presque certain que ces bois ne supportaient pas de structures bâties. Il s’agit d’un nouvel argument à la longue liste apportée en 2012 (absence d’éléments supérieurs, petit diamètre des bois, utilisation de bois blanc, incohérence planimétrique et chronologique…). De surcroît, le prélèvement et le relevé de deux éléments horizontaux qui correspondent très certainement à des bois debouts qui ont été couchés dans l’Antiquité (forme et chronologie) permettent d’avoir une idée de l’élévation de quelques-uns de ces piquets/pieux. Il s’agit de bois de section complète, simplement élagués et ébranchés, de grande hauteur (377 et 215 cm). L’absence de clous de construction dans le corpus de clous découverts sur le site est un autre point à rappeler.

9Le mobilier découvert lors de cette campagne est également remarquable. La découverte d’un brûle-encens (turibulum), d’une clochette (tintinnabulum), d’un couteau (culter/clunaculum ?), d’un style (stilus) et de nombreuses monnaies (stipes) viennent enrichir le corpus de matériel archéologique mis au jour sur le site. À partir de ces éléments, caractéristiques ou courants en contexte cultuel, il est possible d’envisager que ce site ait pu être le cadre de pratiques comme le sacrifice (couteaux et faune consommée), l’oblation de l’encens (brûle-encens), l’offrande (contenant céramique) et la iactatio stipis (monnaies). À ces pratiques renseignées à partir des sources antiques et archéologiques, la découverte inédite d’une monnaie à l’intérieur d’un piquet de bois blanc vient documenter une pratique rituelle inconnue (fig. 01).

10L’ensemble de ces éléments permettent d’appréhender les bois comme des éléments autonomes ayant un rôle direct dans le cadre de pratiques rituelles. L’examen de sources variées autorise à envisager qu’ils aient pu servir de base pour des tituli, pinaces… ou autres marqueurs visant à commémorer un geste (votum, sacrifice, offrandes…). Ils auraient pu également servir de supports (palus/stipes) ou bien de réceptacles aux objets déposés comme cela a par exemple pu être mis en évidence avec la monnaie découverte à l’intérieur même d’un bois.

11En 2014, la poursuite des dévasages permettra d’approcher davantage les modalités des dépôts d’objets sur le site, tandis que la poursuite des analyses dendroarchéologiques devrait permettre d’avoir de nouvelles données sur la chronologie d’implantation et la fonction des bois.

Fig. 01

Monnaie découverte à l’intérieur du bois n° 628

D. Le Cornu

Haut de page

Bibliographie

Marguet 2002 : Marguet A., « Élaboration de la carte archéologique des gisements du lac du Bourget (Savoie) », in : DRASSM. Bilan scientifique 2000, Ministère de la Culture et de la communication, p. 117-137.

Nieloud-Muller 2010 : Nieloud-Muller S., PNLV 1. Un site cultuel en milieu lacustre ?, Mémoire de Master 1, sous la direction de J.-C. Béal, Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://adlfi.revues.org/docannexe/image/15630/img-1.png
Fichier image/png, 321k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sébastien Nieloud-Muller, « Conjux – Lac du Bourget, Pré Nuaz, La Vacherie, site PNLV1 », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15630

Haut de page

Responsable d'opération

Sébastien Nieloud-Muller

Université Paris Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org