Navigation – Plan du site
2013

Brison-Saint-Innocent - Chemin de Pompierre

Responsable(s) des opérations : Christophe Landry
Notice rédigée par : Christophe Landry

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=5.853;45.714;5.911;45.767

1Le diagnostic mené du 15 au 17 avril 2013 sur une parcelle de 1 300 m2 bordant au nord le chemin de Pompierre, a consisté en cinq sondages, sur un replat morainique situé au pied du versant occidental de la montagne calcaire de Corsuet et 55 m au-dessus du niveau actuel du lac du Bourget. L’emprise sondée se trouve à une vingtaine de mètres au nord d’un espace funéraire antique identifié en 2007, et une centaine de mètres au sud-est de l’église Saint-Innocent dont la fondation pourrait remonter au premier Moyen Âge. Le terrain s’avère extrêmement inondable, en raison des abondants ruissellements provenant du versant, et de nombreuses résurgences causées par les infiltrations karstiques du massif. Quatre sondages ont été implantés en périphérie du futur bâtiment, révélant des aménagements drainants dont certains renferment du mobilier céramique attestant trois phases d’occupation du secteur : Haut-Empire, Antiquité tardive et haut Moyen Âge. Ces tranchées ont permis de repérer des concentrations de matériaux de démolition en fosses ou en probables remblais, mais leur observation a été rapidement empêchée par l’inondation des sondages. Deux tranchées ont ainsi été creusées, au détriment de l’expertise archéologique proprement dite, sur la partie amont du terrain comme seul recours afin de couper les flux de ruissellement. Cette stratégie a permis d’isoler le sondage 3 implanté dans l’emprise du futur immeuble, rendant possible l’étude de ses vestiges. Six murs et deux foyers probablement domestiques ont ainsi pu être dégagés de la boue. Ils se caractérisent par des fondations sur gros blocs morainiques ou dalles en calcaire, et une à deux assises d’élévation à double parement de blocs calcaires et galets avec blocage interne lié à la terre. Ces maçonneries structurent un bâtiment comportant au moins cinq pièces ou espaces, dont l’un présente un foyer semi-circulaire aux parois constituées de fragments de carreaux ou de tegulae en terre cuite placés sur chant, calés par des blocs calcaires et des galets. Le bâtiment s’étend en tous sens au-delà du sondage 3, et potentiellement des tranchées périphériques condamnées par les inondations. Le mobilier s’avère peu abondant, mais quelques restes fauniques, un fragment de verre ainsi que des éléments en fer ont pu être mis au jour. Quant à la céramique, hormis les éléments gallo-romains probablement résiduels (dont un fragment de Dragendorff 30 à décor figuré), elle désigne un horizon allant du viie s. au xie s. apr. J.-C. Si cette estimation se vérifie, ce bâtiment constituerait, pour la période carolingienne ou le siècle suivant, un des premiers exemples d’habitat rural en pierre mis au jour sur le territoire savoyard.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Christophe Landry, « Brison-Saint-Innocent - Chemin de Pompierre », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15595

Haut de page

Responsable d'opération

Christophe Landry

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org