Navigation – Plan du site
2013

Lyon - Pont Schuman

n°2211302 (juin 2013 – juillet 2013)
Responsable(s) des opérations : Stéphane Carrara
Notice rédigée par : Stéphane Carrara et Hervé Tronchère

Entrées d’index

Mots-clés :

géomorphologie, rivière

Peuples et cités :

Ségusiaves

Chronologique :

ép. contemporaine, Würm
Haut de page

Texte intégral

Code INSEE de la commune : 69384
Lien Atlas (MCC) :
http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=4.772;45.707;4.899;45.808

1Le diagnostic archéologique réalisé à l’occasion du creusement des fondations de la pile centrale du pont Schuman, au milieu du chenal actuel de la Saône, n’a pas mis en évidence de mobilier archéologique notable ayant pu résulter de l’activité de batellerie attestée dès la période gallo-romaine sur la rivière. Les seuls éléments anthropiques mis en évidence datent des xixe et xxe s., et ne présentent pas d’intérêt archéologique.

2La stratigraphie révélée sur les 3,5 m creusés sous le plancher de la Saône présente toutefois un intérêt géomorphologique certain. Les sept unités stratigraphiques rencontrées font état de faciès sédimentaires alluviaux de nature très variable.

3Les deux unités sommitales constituent le plancher caillouteux du chenal actuel de la Saône. Sous ces strates récentes, deux unités de sables grossiers purs entrecoupées par une unité limono-sableuse organique impliquent soit une activité hydraulique plus modérée de la Saône, soit que le chenal principal de la Saône était décalé par rapport à l’actuel. Enfin, les deux niveaux les plus profonds présentent un faciès limono-argileux très nettement lité, à l’aspect plus proche de ceux généralement observés en berge que de ceux normalement visibles dans un chenal actif. Le plus profond de ces deux niveaux est de plus marqué par un caractère fortement organique, résultant notamment de la présence de nombreuses microfibres végétales. Les analyses géochimiques (diffractométrie des rayons X sur les argiles) ont de plus mis en évidence une possible néogénèse argileuse. Ces facteurs tendaient à suggérer un dépôt durant une phase climatique plus chaude. Cette hypothèse a été validée par une datation au radiocarbone (43 800 BP ± 1100) qui a rattaché cette US à l’inter-pléniglaciaire d’Hengelo, une période de réchauffement ayant eu lieu avant le maximum glaciaire würmien.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Stéphane Carrara et Hervé Tronchère, « Lyon - Pont Schuman », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 28 août 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://adlfi.revues.org/15546

Haut de page

Responsables d'opération

Stéphane Carrara

SAVL

Articles du même responsable de fouilles

Hervé Tronchère

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • Revues.org